RSS
 

Articles associés au tag ‘valeurs’

ARNAUD UPINSKY : La jeunesse de France interpellée,
Le portrait d’enquête qui met le feu aux poudres

18 Mar

Le portrait d’enquête qui met le feu aux poudres

 

Mais qu’attend donc la jeunesse de France pour faire la révolution :

sémantique, culturelle et politique !

 

Mais qu’attend donc la jeunesse de France pour faire la révolution

Un an après la déferlante des Manifestations pour tous de 2013, la reprise en main de la jeunesse est devenu l’objectif prioritaire d’un Régime à bout de souffle qui a chargé France Télévision d’enquêter auprès de 210 000 jeunes pour faire le portrait robot de son ennemi n°1 : la jeunesse de France. Le 25 mars 2014, les grands média ont repris en boucle ce «  portrait » officiel publié par Le Monde, sous le titre « Les jeunes et leur avenir » en annonçant : « 61 % des 18-34 ans pourraient participer à une révolte de grande ampleur » !
(Le Monde : http://www.lemonde.fr/emploi/article/2014/02/25/frustree-la-jeunesse-francaise-reve-d-en-decoudre_4372879_1698637.html)

Ce « portrait » inédit de la génération 2013 constitue un document de référence irremplaçable sur : I ) Le rejet des fausses Valeurs du Régime, à l’école du Mensonge d’État ; II ) L’adoption des vraies Valeurs de Renaissance, à l’école de survie ; III ) La stratégie de reconquête du Pouvoir. En conclusion, il révèle ce qui manque à la jeunesse pour terminer la Révolution et accéder au Pouvoir qui lui revient.

 

I)   Rejet des fausses Valeurs du Régime, à l’école du Mensonge d’État.

 

L'une des période les plus difficiles pour la jeunesse depuis 35 ans

Nourrie depuis l’enfance au lait des « Valeurs de la République », la plus « éduquée » de l’histoire de France, la jeunesse a vu ses rêves voler en éclat au choc des réalités de la crise. Elle a perdu « foi » en toutes les Valeurs du Régime auxquels elle croyait dur comme fer, et dont la désillusion subite lui fait voir « la vie en noir », dans tous les domaines prétendument garantis par des « Droits ». Désenchantement. Dans les 21 millions de réponses, les mots clefs choisis librement par les jeunes pour qualifier leur destin témoignent de la faillite et de la trahison dont ils se sentent les dupes. Ils déclarent leur génération : « désabusée », « sacrifiée », « perdue », « galère », « frustrée », « désenchantée ».   « Vingt ans n’est pas le plus bel âge de la vie » disent-ils à 51 % ! Exclusion du droit au travail. Le scandale des scandales pour la jeunesse, c’est son exclusion par le chômage de masse. Un quart des 15-24 ans est au chômage et le taux monte à la moitié pour les non-diplômés ou ceux qui n’ont que le brevet ! Trois quart des enquêtés sont tentés de fuir à l’étranger et 24 % se reconnaissent dans l’expression : « Dès que je peux, je me barre ! » Faillite de l’école et de la méritocratie. « Beaucoup de ces jeunes ont été détruits par le système scolaire ». Broyés « dans la spirale du déclassement » les 18-25 ans « font voler en éclat le mythe d’une société méritocratique », du « système éducatif à la française » et de l’« ascenseur républicain ». Politique et média en procès. « La politique, ils n’y croient plus », « la défiance est énorme ». « Près de la moitié (46 %) des répondants n’ont pas du tout confiance dans les femmes et les hommes politiques. » De même pour les média, à 40 %. Pour les 18-25 ans, « c’est tout vu, les politiques sont « tous corrompus ». Pouvoir usurpé de la finance. « Ils font l’expérience de la désillusion politique », « rien ne change pour eux ». Pour 90 % des répondants, les politiques « laissent la finance diriger le monde ». « Il y a du mépris dans le regard des jeunes. » Exclusion de la Démocratie et liberté d’expression. « Les jeunes se sentent abandonnés par la société », avec leur « besoin d’expression étouffé ». « L’offre politique ne répond pas à leurs attentes. La démocratie ne s’adresse pas à eux. Ils n’iront pas voter mais ce sera une abstention politique, réfléchie, presque militante (1). » Discrédit des Institutions. « Les jeunes ont perdu toute confiance en eux-mêmes et dans les institutions ». Rejet du « nominalisme ». « Les politiques nous embobinent ». À l’école du Mensonge d’État, en cascade, « les yeux dans les yeux » – dont J. Cahuzac et C. Taubira sont le symbole –, les jeunes ont compris combien, aujourd’hui, les mots de la parole publique marchent à l’inverse des faits. Il ne suffit pas de « nommer » ! Pris au piège des fausses Valeurs « nominalistes » – de nom et non de fait ! – et de la carence généralisée des Institutions censées faire son bonheur, la nouvelle génération s’est dotée de son propre « outil » d’information Internet lui permettant de décrypter la sémantique du Mensonge d’État des médias « officiels », à la recherche d’une solution « réaliste » basée sur de vraies Valeurs de survie. C’est ainsi, à l’école du Mensonge d’État, que la nouvelle génération s’est affranchie de l’enchantement trompeur du langage « nominaliste » du Pouvoir pour retrouver sa liberté de Parole  et de Vérité.

Le sentiment d'être méprisé, une envie de révolte

 

II)    Adoption des vraies Valeurs, à l’école de la crise.

 

Désenchantée des sirènes des fausses Valeurs nominalistes d’un Régime qui les ignore, les méprise et les marginalise, la nouvelle génération s’est ainsi tout naturellement tournée vers les authentiques Valeurs « sûres » assurant sa survie dans la crise, donnant un sens à sa vie, et lui ouvrant des perspectives d’avenir. Valeur famille. La première des Valeurs plébiscitée dans l’enquête par la « génération 2013 », à 80 %, est la famille, assurant sa subsistance et dite « idéale » à 27 %. « Toutes les questions portant sur les relations au sein de la famille suscitent des réponses unanimement positives. La famille apparaît plus que jamais comme la valeur refuge ». Nul conflit de génération : les « générations sont solidaires dans la crise, moralement et matériellement ». La génération du 24 mars 2013 « n’est pas en conflit de valeurs», bien au contraire. Valeur travail et engagement. À l’opposé d’une vision dévalorisée d’une « génération feignasse », « 81% des répondants disent que le travail est important dans leur vie », et « sert avant tout pour s’épanouir (2) ». Cécile Van de Velde sociologue de l’enquête souligne : « les jeunes ne sont pas dans la résignation. Il y a une énergie latente » qui ne demande qu’à s’exprimer. « Il suffit d’une étincelle. Et d’une figure cible ». L’ennemi des jeunes. Cécile Van de Velde, le désigne comme « ennemi lointain et abstrait : la finance, la mondialisation, l’Europe ». Valeur Vérité. En attaquant la valeur de « proximité » refuge de la famille contre la crise – l’inverse de cet « ennemi lointain et abstrait » –, le Mensonge d’État de la Loi Taubira-Hollande ne pouvait que soulever en masse « les générations solidaires » contre la crise et contre la « force injuste de la Loi » ! Valeur Civilisation. C’est ainsi, dans le retour au réel des vraies Valeurs, issu du premier mouvement international de la Résistance culturelle parti de Versailles en 2008 (3), que s’est faite, en 2013, « la naissance d’un mouvement profond qui, au-delà des clivages droite-gauche, fait primer le combat culturel et identitaire sur le discours économique et l’approche technicienne de la politique » (4), la plus forte mobilisation jamais vue en France engageant la jeunesse dans son ensemble : apolitique, aconfessionnelle, sans précédent dans l’histoire. C’est dans la renaissance de toutes ces Valeurs pérennes de la France – d’une Civilisation héritée des Grecs qui n’a cessé de se renouveler depuis 5000 ans – que la nouvelle génération voit enfin poindre la sortie de cette crise mortifère – qui l’ignore, la méprise, l’exclut massivement – et l’avenir de la France enfin de retour ! Adoption du « réalisme ». À l’école des faits – « Les politiques ne changent pas notre vie » –, le juste critère de la nouvelle génération n’est plus l’étiquette « nominaliste » mais le contenu « réaliste », au regard de la Réalité et de la Vérité. Pour elle « Il n’y a pas de politique économique de droite ou de gauche, il y a des politiques économiques qui marchent et d’autres qui ne marchent pas (5) ! » Déconstruction révolutionnaire. Forte de ce constat « réaliste », la jeunesse s’est engagée dans un processus de déconstruction des stéréotypes nominalistes des fausses Valeurs d’exclusion politique qui les « embobinent ». En faisant voler en éclat le stéréotype d’asservissement « Droite contre Gauche », la jeunesse fait basculer l’axe politique de l’horizontale à la verticale « Pouvoir contre Peuple ». Ce n’est plus alors une Révolte qui gronde mais une Révolution en puissance qui s’annonce ! C’est ainsi qu’à l’école de la survie en se tournant vers les vraies Valeurs du « réalisme » ne se contentant pas de nommer les choses en se payant de mots, la nouvelle génération a enclenché une déconstruction, une inversion de la phrase politique et une dynamique révolutionnaire « Peuple contre Pouvoir usurpé ».

 

III)    Stratégie du Pouvoir pour mâter la jeunesse

 

NON !

Ce portrait de la nouvelle génération 2013 – dont le rejet des fausses Valeurs nominaliste et du stéréotype d’asservissement Droite-Gauche enclenche de fait un processus révolutionnaire – a mis le feu aux poudres du Pouvoir qui a dû adopter une stratégie en trois temps :

1)     Mai 2013, Liberté, Égalité Fraternité. Pour contrer la « crise des valeurs » nominalistes… F. Hollande a pris la mesure « nominaliste » d’inscription de la devise de la République au fronton des écoles, avec affichage de la déclaration des Droits de l’Homme du 26 août 1789. Les jeunes interrogés par les média ont répondu « qu’inscrire les mots ne changeait rien … »

2)    17 décembre 2013 : « Francs-maçons la Grande offensive, les Francs-maçons à la manœuvre. » C’est sous ce titre que le Figaro-Magazine du 28 février 2014, révèlera la stratégie du Grand Orient de France, conscient d’avoir perdu le « magistère intellectuel » de la République, pour pallier la « crise des valeurs ». Le 17 décembre 2013, le grand maître du GODF a appelé 1200 loges à débattre de manière active sur cette « crise qui a déboussolé les valeurs de la République » et le garde des Sceaux, Christiane Taubira, son invitée, devenue l’égérie du GODF, en livrera le triple plan de bataille degré par degré : « Nous devons mener bataille sur tous les fronts, reconquérir les champs sémantiques, culturels et politiques (6) ». Le mot « reconquête » donne la mesure du terrain perdu ! Cet appel aux Valeurs, c’était avant le double Mensonge d’État des 10-13 mars 2014, du garde des sceaux (garant de la Loi, de la Vérité, de la Justice ! ), condamnés par 71 % des Français…

3)    25 février 2014 : incitation à la Révolte. Pour mettre la jeunesse dans une impasse, l’enquête substitue la perspective d’une « Révolte » à celle de la « Révolution » par sa question piège : « Est-ce que tu participerais à un mouvement de révolte type Mai 68 demain ou dans les prochains mois ? » Réponse provoquée : « Oui à 61 % ! », que Le Monde traduit dans son titre : « Frustrée, la jeunesse française rêve d’en découdre ». Voilà le piège ! Car nulle Révolte n’a jamais triomphé d’un « système » comme l’enseigne la tragique histoire des « bonnets rouges » …voire de Spartacus.

****

Si la stratégie du Pouvoir pousse la nouvelle génération au piège d’une future et illusoire « Révolte de grande ampleur », c’est pour mieux lui cacher le triomphe inouï du soulèvement pour tous de l’an dernier – d’ampleur sans précédent dans l’histoire de France – et surtout le « secret » décisif de sa « journée révolutionnaire » du 24 mars 2013 » : image d’une France unie sur la Valeur « famille », apolitique, aconfessionnelle, toutes générations solidaires confondues. Symbole d’harmonie d’une France sereine retrouvée, « recomposée », enfin rassemblée autour de ses vraies Valeurs ! Secret de la catharsis du 24 mars 2013. C’est ce jour là, en effet, au spectacle dramatique d’un Régime violant les propres Valeurs dont il se réclame, que s’est enclenché le choc décisif : la « catharsis (7)» purificatrice de l’esprit des Français, la purgation révolutionnaire de la France libératrice de ses fausses Valeurs : libéralisme, socialisme, féminisme, égalitarisme, laïcisme, droitisme, gauchisme, centrisme, etc… Toutes ces « passions sectaires » de division, mortelles pour le bien commun, comme le spectacle permanent des hyènes politiciennes s’arrachant les morceaux de viandes le prouve quotidiennement ! Ce jour là, en découvrant la police politique s’attaquer sournoisement à de paisibles familles, femmes et enfants en poussettes, sans défense, gazés et matraqués violemment, l’identification s’est immédiatement faite dans les esprits entre l’image du Totalitarisme et celle du Régime au pouvoir, entrainant un irrésistible processus de catharsis des intelligences en quête de Vérité. Fruit de la Violence et du Mensonge d’État, c’est cette Catharsis historique qui, en un instant, a ouvert les yeux des Français. Ce jour là, d’un bloc, l’image d’un Régime démocratique, respectueuse des Droit de l’homme, républicaine, du Régime est morte ! L’image d’une dictature totalitaire l’a remplacée. Depuis, au fil des « affaires », cette catharsis de l’intelligence et de la volonté ne cesse de frayer sa dynamique pour en appeler à la Révolution salvatrice nécessaire pour sauver un Peuple, trompé, méprisé, martyrisé, spolié de ses droits les plus légitimes et de toute justice. La Pérestroïka et la Glasnost de 1985, ayant conduit l’URSS à la Révolution russe de 1991, offrent un précédent historique comparable de catharsis délivrant la Russie du communisme et de l’URSS. Maillon manquant. Que manque-il donc encore à la jeunesse pour faire triompher la Révolution des Valeurs de Vérité enclenchée le 24 mars 2013 ? C’est une science, une connaissance sémantique de la Machine qui l’opprime, de la Mathématique politique du Pouvoir, que possèdent les apprentis sorciers à la manœuvre dont le Figaro a révélé le plan de bataille sémantique, culturel et politique, calqué sur celui parti de Versailles en 2008. Cette science politique est basée sur des outils mathématiques que les jeunes ignorent encore et dont le secret se cache sous leur fausse simplicité : l’équerre, le compas, le fil à plomb, etc. Outils « magiques » qui permettent à plaisir de relier la Verticale et l’Horizontale, la Vérité et le Mensonge, la Droite et la Gauche, le Juste et l’Injuste, le Mensonge d’État et la (fausse) Démocratie, etc. Qui permettent d’inverser les majorités et de faire croire au peuple opprimé que c’est lui le souverain…. Qui permettent en un mot de « concilier les contraires », c’est-à-dire, selon George Orwell, le « grand secret » pour garder le pouvoir éternellement. L’alpha et l’oméga de Versailles. C’est ce nœud gordien de l’Outil et de l’Intelligence, de l’Équerre et du Compas, de la Politique et de l’Histoire, qu’il reste à trancher à la jeunesse de France pour parfaire sa catharsis, se libérer des fausses Valeurs nominalistes et faire ainsi aboutir la Révolution du 24 mars 2013 des vraies Valeurs de la France et de la Civilisation héritée des Grecs : le Beau, le Vrai et le Bien, fondant l’Harmonie du Bien commun et dont Versailles – emblème d’excellence de la France d’où tout est parti (8) : la Révolution des Valeurs en 2008, et le premier mouvement international de Résistance culturelle, matrice de LMPT – représente l’emblème d’excellence et d’inspiration indépassable de la France – sémantique, culturelle et politique – aux yeux du monde entier. C’est ainsi, à l’école des vraies Valeurs de Vérité et à l’image de la catharsis russe de 1985-1991, que la jeunesse de France, fer de lance de l’indispensable Révolution accomplie, sémantique, culturelle et politique – ayant libéré la France des fausses Valeurs qui l’opprime, lui redonnant ainsi son rang international de grand pays –, retrouvera la place et le pouvoir qui lui reviennent de plein droit. 16 mars 2014.

Arnaud UpinskyARNAUD UPINSKY : La jeunesse de France interpellée (Journal Québec Presse)

 

 

 


[1] « La jeunesse de France se sent méprisée et tentée par la révolte », Le Monde du 26 février 2014, p. 8.

[2] Idem, Le Monde.

[3] Cf. Coordination Défense de Versailles : http://coordination-defense-de-versailles.info/

[4] « François-Xavier Bellamy et Gaël Brustier : La jeunesse est-elle passée à droite ? », Le Figaro, 28 février 2014, p.14.

[5] Tony Blair

[6] Paroles de liberté, Ed . Flammarion, mars 2014. Ceux de la Coordination Défense de Versailles depuis 2008.

[7] Du grec Κατθαρσις, purification. Chez Aristote épuration, purification, purgation des passions mauvaises, par la représentation dramatique.

[8] Depuis quatre siècle, tout est toujours parti de Versailles : le Grand Siècle, l’Europe française, le Siècle des Lumières, la Révolution de 89, la République, l’intronisation de l’art new-yorkais à Versailles, comme pivot de l’hégémonie US en Europe.

 

 

LA RÉVÉLATION DE L’ANNÉE LE NÔTRE 2013 :
LE SECRET D’ÉTAT DE « LA RÉPUBLIQUE IDÉALE DU ROI SOLEIL » !

08 Jan

Versailles, clef de l’Art et de la Politique

André Le Nôtre

LA RÉVÉLATION DE L’ANNÉE
LE NÔTRE 2013 :

LE SECRET D’ÉTAT DE « LA RÉPUBLIQUE IDÉALE DU ROI SOLEIL » !

« Je vous le dis, s’ils se taisent, les pierres crieront » (Lc 19, 40)

 

 

I. Versailles : Code de la Légitimité Politique

VersaillesTelle est la prodigieuse grille de lecture symbolique à laquelle conduit l’élucidation du massacre de l’année Le Nôtre 2013, par l’État, en nous livrant le secret partagé des « jardins d’Apollon » de Le Nôtre, qui n’a jamais écrit, et du Roi, qui l’a écrit, au fil de la résolution de l’affaire criminelle la mieux cachée se révélant, pas à pas, en faisant litière de la fausse clef ésotérique de Versailles forgée par la Révolution.

Bassin d'Apollon, Versailles

 

II. La République Idéale du Roi-Soleil.

Derrière la mise en scène de la Mort des Jardins de Le Nôtre par les arbres de Penone, voulue par C. Pégard — en Haine de la Beauté, du Bon goût, du Savoir vivre et de l’Élégance, à la française – (cf. Communiqué CDV du 13 juin 2013), c’est le fil d’Ariane symbolique reliant l’Art des jardins et l’Art de la politique, qui se révèle en premier. Dès lors tout s’enchaîne : la clef politique de l’art des jardins d’Apollon de Le Nôtre, « droit et vrai » selon Saint Simon ; la clef esthétique de la « République idéale du Roi-Soleil », seul artiste-roi de l’histoire ; et, en résultant, le Code scientifique des « valeurs » ébranlant la « République » et le Monde, qui nous livre la clef symbolique de la légitimité politique, de l’usurpation du Pouvoir en France et de sa Reconquête.

 Penone Versailles

 

III. Le Secret d’État de l’a-République démasqué par sa haine du Beau.

2013, année Le Nôtre

L’ancien Président du Château, Aillagon l’a avoué : deux siècles après la Révolution, le monde entier persiste à voir, en Versailles, le « Tabernacle de la Royauté » dépositaire des valeurs de la France et, en la Royauté, le pouvoir absolu du Beau, du Vrai et du Bien, devise de la Civilisation européenne héritée des Grecs.

En 2013, la fascination de Versailles est donc toujours celle de la Magnificence du gouvernement de l’Intelligence du Roi-Soleil rayonnant par les Beaux-arts pour donner de la Grandeur à toute chose. Révéler le secret de la fascination du Pouvoir de Magnificence de Versailles (l’« Hypersoftpower » du Beau à la française !), par le Monde entier, et, à l’inverse, de la Haine de cette Gloire et de cette Beauté par l’État, ce serait devoir livrer l’origine de cette trahison de la France : le décret du 14 août 1792, de Vandalisme de l’Art, et le serment de haine à la Royauté, légiférant au nom de la devise guillotine de la 1ère République terroriste de l’Histoire du monde – Liberté, Égalité, Fraternité – gravée à coup de crosses sur les façades de ses lieux d’usurpation symbolique. Devise de façade révélant aussitôt son vrai sens à ses fruits, en proclamant en toute trahison des serments jurés de 1789 : La Liberté, c’est le vandalisme ; l’Égalité, la guillotine ; la Fraternité, la Terreur !

Hotel Dieu, Paris

Le révéler, ce serait avouer que la « République » en place n’est pas tant l’ennemie de la Royauté que des valeurs suprêmes de la France et de la Civilisation européenne ; révéler ainsi son illégitimité et son usurpation ; prouver qu’elle est l’ennemi juré du Bien commun et comme telle littéralement : a-République !  Telle est la raison d’État du Massacre de l’année le Nôtre 2013, de l’occultation de son message politique et de son épitaphe religieuse par l’exposition « Le Nôtre en perspectives » !

 affiche « Le Nôtre  en perspectives »

 

IV. Le grand échiquier « géopolitique » de la Guerre de civilisation déclarée à Versailles en 2008 :

1.    Deux systèmes de « valeurs » symboliques se disputent actuellement l’hégémonie du monde, à l’image du « jardin à la française » et du « jardin à l’anglaise », dans un combat à mort opposant deux devises ennemies : celle des Lumières du modèle européen (Beauté, Vérité, Bienfait) dont la France est l’Emblème depuis quatre siècles, et celle du Virus terrorisme « libéral » anglo-saxon (Liberté, Égalité, Fraternité ou la Mort ) faisant depuis l’inverse de ce que dit chacun de ses mots.

2.   C’est en France que doit se jouer la bataille décisive des valeurs et de la reconquête du Pouvoir, depuis que le vandalisme de l’Art, décrété par la « République » terroriste de 1792 – née du viol de la Constitution de 1791 et orchestrée par l’anglais William Pitt – a institué la destruction des symboles comme « processus d’exclusion politique » réservant le pouvoir à un clan de profiteurs « inféodé à l’étranger » (De Gaulle) et non pas à sa légitime Représentation.

3.   Ce n’est que par la destruction d’un des deux systèmes que peut s’achever cette guerre à mort !

 

 

V. Dès lors, le plan de bataille s’impose

VersaillesC’est par la destruction du Virus sémantique paralysant la pensée que nous allons gagner cette guerre de Civilisation dont la France détient l’atout décisif. C’est dans l’Emblème de Versailles – recélant le Code souverain de la légitimité – que réside l’arme absolue du Pouvoir de Magnificence du Bien commun et de Reconquête de notre Liberté. C’est en nommant et en rendant visible ce Virus d’aveuglement – sa malfaisance en toute chose : Art, École, Justice, Politique, etc.–, que nous allons le détruire. En commençant par démasquer le double jeu du Pouvoir. Se cacher derrière la Magnificence symbolique de Versailles pour se prévaloir de sa légitimité à l’Étranger ; en tirer avantages et privilèges en France ; et – suprême perfidie – s’en servir pour en diffamer le « Symbole ». Voila pourquoi, d’une main de l’État, le Conservateur B. Saule, travaille à la préservation matérielle de Versailles, alors que de l’autre, C. Pégard Préside à sa destruction morale pour empêcher que ses Valeurs ne reviennent au Pouvoir !

 

 

VI. La Réconciliation des Français avec leur Histoire

C’est seulement par ce Rétablissement de l’Intelligence et des vraies Valeurs civilisatrices des Beaux-Arts que, forts de cette libération de leurs chaînes, retrouvant leur dignité perdue avec la plénitude de leurs symboles, les Français, montreront qu’en France, comme ailleurs, aucun système d’oppression et d’imposture ne saurait durer éternellement ; que l’on ne peut à perpétuité y écraser et tromper l’Esprit, au nom du Virus guillotine « Liberté, Égalité, Fraternité, ou la Mort » ; que la Victoire du Modèle français est là. Dans le triomphe retrouvé des authentiques valeurs de Beauté, de Vérité et de Bienfait, régies par la Droite Raison et la Divine Harmonie, dont les Jardins Le Nôtre sont la plus sublime expression manifestant l’immortalité du Miracle Grec, mère des Sciences, des Arts et de la Politique !

 Virus guillotine « Liberté, Égalité, Fraternité, ou la Mort »

 

VII. Le moment est venu de rompre le nœud gordien de ce Virus de servitude en proclamant notre Légitimité.

Le plan du jardin de VersaillesEn affirmant, dans sa République Idéale, que « L’idée de Bien est la cause de tout ce qu’il y a de droit et de beau en toute chose » Platon consacre la « République idéale du Roi Soleil » comme idéal incarné du Bien commun et de la vraie République. Le temps de l’humiliation et de la trahison d’État est révolu ! Seuls ceux qui se réclament des valeurs de la France et de la Civilisation héritée des Grecs, ont désormais le droit de dire, non plus seulement : « Nous sommes la Civilisation ! », « Nous sommes la France ! », mais surtout, à la face des usurpateurs du mot : « Nous sommes la République », « Nous sommes la Légitimité ! » enfin retrouvée !

Vue à vol d'oiseau des jardins de Versailles

Vue cavalière des jardins de Versailles, XIXe siècle

 

Il n’est plus acceptable que ce soient les ennemis des Valeurs de la France qui assurent son Gouvernement, pas plus que les ennemis des Valeurs de Versailles, sa DirectionSeuls ceux qui représentent les Valeurs de la Franceet non pas ceux qui font semblant de l’aimeront le droit de la représenter ! Ce combat du BEAU, contre le Virus de la servitude, de la Civilisation contre la Barbarie de la laideur, c’est le combat de l’Intelligence contre la plus grande mystification intellectuelle de tous les temps !

 

© Arnaud Upinsky, Président de l’UNIEF/Coordination Défense de Versailles

 

 

 

Versailles dévoile le  »vice électoral caché » du Régime présidentiel

15 Jan

Présidentielles 2012

À L’HEURE DU 600ème ANNIVERSAIRE DE JEANNE D’ARC ET DE LA PERTE DU CRÉDITAAA  DE LA FRANCE, VERSAILLES DÉVOILE LE TRIPLE SUBTERFUGE :
►    DU « SACRE PRÉSIDENTIEL » DE DOMRÉMY
►    DU « DISCOURS VENTRILOQUE » DE H. GUAINO
►    DU « VICE ÉLECTORAL CACHÉ » DU RÉGIME PRÉSIDENTIEL

Nicolas Sarkozy à Vaucouleurs - Photo : Alexandre Marchi

Nicolas Sarkozy à Vaucouleurs - Photo : Alexandre Marchi

VERSAILLES – École d’Intelligence, d’Art et de Politique – est une prodigieuse grille de lecture de la légitimation patrimoniale de la Politique. C’est pourquoi New York a planté au cœur de Versailles le drapeau de son hégémonie : le « Split Rocker » de Jeff Koons, symbole clef de la perversion politique.

le « Split Rocker » de Jeff Koons, symbole clef de la perversion politique.

Le « Split Rocker » de Jeff Koons, symbole clef de la perversion politique.

Le « Split rocker ». Ce monstre chimère à double visage (vieux-jeune / dinosaure-poney), narguant l’harmonie de Versailles, véritable cheval de Troie de la nouvelle politique culturelle de viol de l’art classique par l’art new-yorkais, représente la juxtaposition des contraires. Orwell disait : «  La conciliation des contraires est le moyen de garder le pouvoir éternellement ! » C’est la figure machiavélique clef de la politique interdisant tout renouveau des Institutions.

Le Patrimoine, figure « légitimante » de la politique. LA FRANCE est la 1ère puissance patrimoniale au monde. « Une et indivisible », la République monarchique n’est Une que dans la cohérence des Ors de son patrimoine symbolique royal : Versailles haut-lieu du Congrès, Palais Bourbon siège de l’Assemblée Nationale, Palais du Luxembourg, siège du Sénat, Palais de Élysée, etc. Pour être élu, tout candidat à la Président de la République doit « à tout prix » incarner l’Identité patrimoniale de la France aux yeux des électeurs. Et pour y parvenir, l’actuel Président aura coup sur coup eu recours au subterfuge du « Split rocker » de juxtaposition cachée des contraires, aux élections présidentielles de 2007 et 2012.

1er Subterfuge : se faire élire sur le discours d’un autre !

En 2007, c’est grâce au subterfuge du ventriloquisme littéraire que le futur Président a juxtaposé son image à celle d’un homme de synthèse du patrimoniale. Il a lu comme siens les discours patrimoniaux de H. Guaino pour en tirer sa légitimation politique, comme l’a révélé le film « Les plumes des Président »1 :

Henri Guaino, conseiller du président Nicolas Sarkozy

Henri Guaino, conseiller du président Nicolas Sarkozy

–    Sarkozy, n’a « pas de référence littéraire », dit H. Guaino, alors que « la France est un vieux pays littéraire, elle se reconnaît dans l’écrit, dans la beauté de la langue. Et par conséquent, il ne peut pas y avoir de grands discours présidentiels qui ne soient d’abord des textes écrits, travaillés. » Les discours de H. Guaino font vibrer la corde du patrimoine historique et « permettent de trouver les mots d’une certaine solennité, pour porter, pour incarner les habits de la fonction présidentielles. » « Assis au premier rang, H. Guaino murmure les mots au moment même où N. Sarkozy les déclame ! » Modèle de ventriloquisme, le discours du 14 janvier 2007 – dans lequel N. Sarkozy dira « J’ai changé ! », et pour cause ! – fera basculer définitivement les sondages, jusque là tous négatif et après tous positifs. Cette opération ventriloque aura fait passer le candidat pour son inverse : pour un homme de vaste culture s’inscrivant dans la durée de l’Histoire, pour l’incarner, alors qu’en réalité il est l’homme de l’instantanéité se situant aux antipodes des valeurs patrimoniales historiques de la France.

C’est la transposition électorale du subterfuge amoureux de Cyrano ! En votant pour la plume de H. Guaino, les Français ont élu sans le savoir le président Sarkozy, d’où leur déconvenue. Poussée jusqu’à cette caricature, l’utilisation de « plumes à légitimer » transforme la Démocratie en mise en scène, lui enlève toute crédibilité, et invite à une totale refondation des Institutions fantoches qui autorisent une telle dérision d’un Président homme de lettres postiche.

2ème Subterfuge : se faire sacrer au nom des valeurs qu’on dévalorise.

Nicolas Sarkozy - 600ème anniversaire de Jeanne d'Arc

Nicolas Sarkozy - 600ème anniversaire de Jeanne d'Arc à Domrémy

En 2012, après avoir congédié J.J. Aillagon pour reconquérir le symbole clef de Versailles, le Président candidat viendra chercher à Domrémy la légitimation de son sacre patrimonial pour juxtaposer son image à son contraire. N’est-il pas l’anti-Jeanne d’Arc par excellence au regard des valeurs de foi et de légitimité dont elle a témoigné jusqu’au bûcher ? 1. Religion. Sous couvert de subventions, son Régime n’a cessé de promouvoir une propagande antireligieuse : à Avignon, Paris, etc. 2. Guerre de libération anti-anglais. Il représente l’invasion tous azimuts des anglo-saxons ; par son suivisme des États-Unis ; par son culte de l’argent et du modèle anglo-saxon : « La City est un atout pour l’Europe » ! ; par sa réintégration dans l’OTAN ; par l’anglais imposé à l’école ; par sa politique culturelle d’invasion de l’art new-yorkais à Versailles symbole patrimonial de la souveraineté de la France … ; jusqu’aux indépendantistes du Québec qu’il qualifie de « sectaires » ! 3. Légitimité politique. En ignorant le « non » à 54 % du référendum de 2005 sur la Constitution européenne, exigeant de sortir du nouveau traité de Troyes, il livre la France à la « souveraineté » anglo-saxonne. C’est par le subterfuge de sa juxtaposition à l’image du symbole patrimonial de la France, pour se faire sacrer par les valeurs qu’il dévalorise, que le Candidat cherche à nouveau une légitimation politique postiche !

3ème Subterfuge : Le « vice caché » d’un Régime ennemi du patrimoine qui l’a fait élire.

D’élection en élection, la spirale suicidaire du « vice électoral caché » nous entraine inexorablement : 1. Il se fait élire en s’identifiant au patrimoine par juxtaposition ; 2. Une fois élu sur le Patrimoine, il en profite tout en le trahissant ; 3. De subterfuge en subterfuge électoral, la France déboussolée tombe ainsi de Charybde en Scylla. Tel est le vice caché du « Split rocker » électoral, symbole de la perversion politique et du double langage, la contradiction mortelle du Régime présidentiel se révélant l’ennemi du patrimoine après son élection. « Tout régime vit de son principe et meurt de sa contradiction. » (Napoléon)

LA COORDINATION DÉFENSE DE VERSAILLES
–    CONSTATE que de tels subterfuges, de création de fausses valeurs destructrices, sont permis en politique alors que dans tout autre domaine ils seraient qualifiés de publicité mensongère, contrefaçon, usurpation d’identité, escroquerie, etc. ;
–    DÉNONCE le détournement de la légitimation patrimoniale de la politique par le subterfuge d’une « juxtaposition ventriloque des contraires », suprême caricature d’une Démocratie ainsi transformée en mise en scène grotesque du « faire croire sans y croire » lui enlevant tout crédit et toute autorité ;
–    EN APPELLE à une Refondation totale de la Science politique et de ces Institutions fantoches autorisant sans murmure une telle dérision de notre Patrimoine le plus prestigieux, bien le plus précieux, et des valeurs suprêmes de l’Humanité fondant la Démocratie conçue comme une communauté d’idéal et de destin.
Telle est la prodigieuse grille de lecture mondiale de Versailles, de la légitimation patrimoniale de la politique, livrant la clef du « vice caché  » du Régime actuel : la raison secrète pour laquelle la France montée si haut, à l’École de Versailles, est aujourd’hui tombée si bas, sous le symbole suicidaire du « Split rocker » new-yorkais.

Arnaud Upinsky, Président de l’UNIEF/Coordination Défense de Versailles
Contact presse : courrierposte@orange.fr et tel : 06 01 76 20 79

Les plumes des Présidents

  1. http://coordination-defense-de-versailles.info/videos/2011-12-09_LCP_Les-plumes-des-Presidents.mp4 []
 
 

IMAGE, RÉALITÉ, VÉRITÉ

23 Sep

Une Table ronde télévisée de KTO dans le cadre des Mardis des Bernardins a été organisée le 20 septembre 2011 à 20h, au Collège des Bernardins, 20 rue de Poissy, Paris (préparée par l’Académie Catholique de France).

IMAGE, RÉALITÉ, VÉRITÉ

Notre société moderne se caractérise par le fourmillement des images et leur rôle de plus en plus important dans la vie de chacun, et même des enfants : télévision, imagerie médicale, mondes virtuels de l’Internet et des réseaux sociaux, etc. Quelles transformations en découlent ? Comment les images peuvent-elles être de bons serviteurs et non de mauvais maîtres ?

Monsieur Arnaud Upinsky a développé, au cours de cette émission, des arguments sur « le contrôle du cerveau à travers l’image ».

« La question qu’il y a derrière toutes ces images, c’est qu’il y a des valeurs… »

« Qui dit Vérité, dit Mensonge… mais qui fait le choix ?… Nous vivons dans un déferlement d’images par New-York, par Hollywood, par la Vallée de San Fernando… »

« Nous vivons dans un patrimoine et nous avons un système médiatique qui diffuse des images qui sont à l’inverse des images du patrimoine ! Et la question qui se pose dans ce patrimoine, c’est pas les murs, c’est quelles sont les valeurs de ce patrimoine auquel les Français sont attachés ? … »

« Qu’est-ce qui fait que l’on choisit la VÉRITÉ ou le MENSONGE ? »

L’intervention d’Arnaud Upinsky :

Voir l’émission en entier

Visiter le site d’Arnaud Upinsky sur le Linceul de Turin : LA VERITE SUR LE LINCEUL DE TURIN