RSS
 

Articles associés au tag ‘liberté d’expression’

Au nom d’un « 11 septembre français » !

10 Jan

Au nom d’un « 11 septembre français » !

Que cachent le massacre de Charlie Hebdo et le Grand rassemblement de François Hollande ?

Grand Rassemblement Charlie

Il n’est pas trop tard pour sortir la France du piège de décomposition !

Et si une fois de plus, on ne prenait les Français QUE pour des c…[1] en leur jouant la comédie de la Liberté pour les empêcher de rompre leurs chaînes ?

Le Monde du 9 janvier 2015Submerger l’Opinion par l’émotion pour faire taire toute raison, toute intelligence, toute liberté d’expression publique, est le b, a, ba de la manipulation psychologique. Dès l’annonce du massacre de Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015, c’est bien à un tel lavage de cerveau médiatique en règle que les Français ont été soumis pour leur imposer la mystification d’un prétendu « 11 septembre français [2]» et leur cacher la véritable grille de lecture stratégique globale qui leur permettrait de comprendre l’incroyable mise en scène planétaire accordé à deux criminels démesurément glorifiés par F. Hollande et mis au rang de surhommes méritant l’emphase ridicule de l’ancien président Sarkozy : « La guerre a été déclarée à la France, à ses institutions, à la République [ …] par des barbares. » Rien que ça….

Qui croirait sérieusement que c’est « la guerre » que ces deux exécutants ont déclarée à la France ?

Couv. MahometEt c’est une autre mystification de prétendre que leur cible était la « liberté d’expression » alors que c’était la vengeance de l’outrage au Prophète, acte symbolique s’inscrivant dans la ligne des combats visant à imposer les symboles islamiques et la visibilité de l’Islam dans le paysage (le voile, l’alimentation Halal, la multiplication des mosquées, etc.), en l’espèce, la Charia par son application spectaculaire à Charlie Hebdo. En prétendant que Charlie Hebdo était le symbole de la liberté d’expression, de la France et de ses valeurs, le Gouvernement a donc commis un Mensonge d’État de plus. Il a outragé la France et l’idéal de l’Écrivain, car Charlie Hebdo n’a jamais représenté la liberté d’expression de la France mais bien au contraire la destruction de ses valeurs d’excellence comme l’ont amplement montré l’obscénité, la bêtise et la lâcheté des « caricatures » diffusées en boucle par les média le 8 janvier 2015, à la gloire de l’infamie.

Non, les Français ne sauraient être Charlie !

Couv. JésusBien au contraire ils respectent ce qui est respectable ! Fort du dogme sectaire de Georges Wolinski – « Un humoriste qui croit en Dieu n’est pas un humoriste ! » –, pour Noël, Charlie Hebdo avait fait un dessin tellement obscène de la Nativité que des kiosques à journaux dégoûtés avaient même dû renvoyer le numéro sans l’exposer ! Et, confondant « liberté d’expression » et « liberté d’excrétion[3] », c’est ce genre de représentations dégradantes que le Gouvernement prétend être l’Idéal des Valeurs de la République, dans la droite ligne du Plug anal de la Place Vendôme et des sex toys de Jeff Koons à Versailles ! Charlie Hebdo est donc bien le symbole de la censure, de la destruction des valeurs de la France et de la Civilisation et F. Hollande outrage la France et se disqualifie moralement en prétendant l’identifier à « Charlie » aux yeux du monde entier !

Alors quel est le but d’une telle mystification ?

C’est la vieille ficelle des Régimes en faillite d’avoir besoin d’une « bonne guerre » pour en appeler à « l’Union sacrée » ! Aussi, dans le grand rassemblement du 11 janvier auquel Hollande invite les Français, en gonflant ses muscles pour jouer au chef de guerre, François Bayrou a aussitôt dénoncé « Les partis qui voudraient se refaire une virginité », avec au premier rang le Parti Socialiste réduit à néant. Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti Socialiste a même avoué y voir le moyen de « rétablir les valeurs de la République bien abaissées »… Mais, en s’étant coupée des forces vives chrétiennes, en 2013, par son « mariage » Taubira, en montrant son froide indifférence au massacre des chrétiens d’Orient, aux viols des chrétiennes et à leur mise en esclavage, en cage à Mossoul (cf. articles et photos), en refusant l’invitation du Front National (25 % des voix), en révélant ainsi sa mystification politicienne, le Gouvernement n’a-t-il pas déjà introduit la division conduisant son « Union sacrée » à l’échec !

Plus grave pour l’avenir des Français est la menace codée évoquée par F. Hollande

« La France n’en a pas terminé avec les menaces dont elle est la cible »

et par son ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve disant que « face à des risques inédits » de « nouvelles dispositions législatives » s’imposent qui impliqueront des « intrusions atteintes à la liberté » et un « degré d’acceptation » (sic) des Français. Il va falloir réfléchir… et pour ce faire, dit-il, « J’ai pris l’initiative de réunir les partenaires de l’Union et les Américains dimanche » (avec le secrétaire général de l’OTAN !). Nous y voilà, c’est la perspective du massacre des libertés – au nom de la menace sur liberté d’expression et la sécurité – inhérent à l’attentat du « 11 septembre » ayant conduit au « Patriot Act » liberticide comme en témoignent d’une manière emblématique les détentions arbitraires et les tortures de Guantanamo ! D’avance, en créant la DGSI sur le modèle du FBI, Manuel Valls, alors ministre de l’intérieur, n’a-t-il pas déjà projeté de faire une « loi cadre » sur le « Renseignement », notamment pour contrôler l’information d’Internet ? En voulant imposer le modèle d’un « 11 septembre français », n’est-ce pas la perspective de ce cauchemar d’asservissement et d’inféodation accrue aux États-Unis que F. Hollande souhaite voir appliquer pour tenter de sauver son Régime honni des Français et en cours de naufrage ? Sous couvert de la guerre déclarée à la France par les deux frères Kouachi…, du devoir de « Vigilance », n’est-ce pas par la « force injuste de la Loi » qu’il souhaite maintenir les Français sous le coup de la censure glacée qui paralyse la France et la maintenir dans les fers ?

Les chefs d'État et de gouvernement rassemblés pour Charlie

Au moins, le Gouvernement peut-il réussir dans sa lutte contre le « terrorisme » intérieur ?

Certainement pas, si l’on en croit le texte prophétique qu’André Malraux a écrit il y a soixante ans, en 1956, sous le titre « La nature d’une civilisation » et qui montre à quel point le Régime, volontairement sourd et aveugle aux avertissements (car trahissant aux ordres des États-Unis), conduit la France à sa perte :

« La nature d’une civilisation, c’est ce qui s’agrège autour d’une religion. Notre civilisation est incapable de construire un temple ou un tombeau. Elle sera contrainte de trouver sa valeur fondamentale, ou elle se décomposera. C’est le grand phénomène de notre époque que la violence de la poussée islamique. Sous-estimée par la plupart de nos contemporains, cette montée de l’islam est analogiquement comparable aux débuts du communisme du temps de Lénine. Les conséquences de ce phénomène sont encore imprévisibles. À l’origine de la révolution marxiste, on croyait pouvoir endiguer le courant par des solutions partielles. Ni le christianisme, ni les organisations patronales ou ouvrières n’ont trouvé la réponse. De même aujourd’hui, le monde occidental ne semble guère réparé à affronter le problème de l’islam. En théorie, la solution paraît d’ailleurs extrêmement difficile… Peut-être serait-elle possible en pratique si, pour nous borner à l’aspect français de la question, celle-ci était pensée et appliquée par un véritable homme d’État. Les données actuelles du problème portent à croire que des formes variées de dictature musulmane vont s’établir successivement à travers le monde arabe. Quand je dis « musulmane », je pense moins aux structures religieuses qu’aux structures temporelles découlant de la doctrine de Mahomet. Peut-être des solutions partielles auraient-elles suffi à endiguer le courant de l’islam, si elles avaient été appliquées à temps. Actuellement, il est trop tard ! Nous avons d’eux une conception trop occidentale. Aux bienfaits que nous prétendons pouvoir leur apporter, ils préféreront l’avenir de leur race. L’Afrique noire ne restera pas longtemps insensible à ce processus ».

 

Pourquoi nul gouvernement n’a-t-il tenu compte de la prophétie d’André Malraux ?

Chacun, au contraire, encourageant l’avortement et l’immigration de masse. C’est ici, pour répondre, qu’il faut invoquer le rôle des États-Unis, la guerre qu’ils font à la France, comme l’ont révélé les deux grands présidents de la Ve République, De Gaulle et Mitterrand déclarant :

« La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans morts. Apparemment… (…) …Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. Une guerre inconnue, une guerre permanente, sans morts apparemment, et pourtant, une guerre à mort…[4] ».

Et pour boucler la boucle expliquant le véritable piège dans lequel la France est prise,

à des années lumières de la guerre imaginaire des deux frères Kouachi …, il faut introduire la grille de lecture du livre d’Alexandre del Valle – Islamisme et États Unis, une alliance contre l’Europe (Éd. L’Âge d’Homme, 2000) – dans lequel l’auteur monte comment « les États-Unis soutiennent les États islamistes qui dessinent un vaste croissant à la périphérie sud-est du Vieux-Monde ». Depuis Laurence d’Arabie les services britannique ne se sont pas faits une spécialité de la manipulation des Sunnites ? Et les suites données au « 11 septembre 2001 » n’ont fait que multiplier les foyers de « terrorismes » en remplacer les régimes laïques (Irak, Égypte, Libye, Syrie tenté, etc.) par des régimes sunnites puis Islamistes créés ou soutenus notamment par l’armement occidental (Arabie saoudite, Hamas, Frères musulmans, Qatar, Libye, Turquie sunnite, etc.). Que dire du rôle de la France en Libye faisant flamber le terrorisme… Autrement dit la France est aujourd’hui prise en tenaille entre l’Islamisme à sa périphérie sud-est ; les États-Unis ; l’asphyxie économique, financière et politique, de l’Union Européenne ; et le fossé fabriqué avec la Russie.

Alors comment sortir du piège du « 11 septembre français » ?

Par sa mystification sur la prétendue « déclaration de guerre à la France » (par les deux frères Kouachi !) et sur leur objectif (venger l’outrage au Prophète au nom de la Charia et non l’atteinte à la Liberté d’expression) ; par son inféodation aux États-Unis qui nous font la guerre et nous prennent en tenaille par la multiplication des régimes Islamistes ; par son ignorance volontaire de la « poussée islamique » pourtant prophétisée par André Malraux il y a 50 ans ; par sa persistance à stigmatiser les forces vives de la France, à trahir ses intérêts vitaux et à censurer outrageusement sa liberté d’expression ; par son choix suicidaire du « 11 septembre français », par son instrumentalisation déshonorante d’un massacre de 14 personnes à des fins politiciennes et en vue de profiter de l’émotion pour imposer aux Français des mesures d’asservissement qu’ils n’auraient pas acceptés sans cette mise scène indigne ; par toutes ces manœuvres, le Gouvernement a apporté la preuve de son déni de démocratie, de la haute trahison des Valeurs fondatrice de la France et de sa Civilisation. Il apparaît donc aujourd’hui en France plus que jamais que, selon la célèbre formule de Saint Just, « Le peuple n’a qu’un véritable ennemi c’est son gouvernement ! », qu’il doit tout faire pour s’opposer au Terrorisme et à la Barbarie de ce « Patriot Act » français à la botte des États-Unis, dont rêve le gouvernement pour museler la liberté d’expression résiduelle des Français, notamment par Internet, maintenir les Français dans l’aveuglement, dans les fers, et empêcher ainsi le puissant mouvement de Libération engagé depuis 2013 de délivrer enfin la France d’un Régime tyrannique et destructeur, totalement déconsidéré et à bout de souffle.

charlie-moutons

Assassiner la Liberté au nom de la Liberté !

telle est la vision d’horreur qui s’est imposée à la vue de toute la France mise au garde à vous, au nom de « Je suis Charlie !» et au son des cloches de Notre-Dame réquisitionnées pour sonner le glas de cette imposture. Le combat de demain est celui de la Liberté de l’homme intérieur et de la Vérité publique ! à préserver pour écarter l’image insupportable de cette aliénation terrifiante de guerre faite à la dignité humaine et à la Civilisation européenne dont la France est le modèle. Image d’horreur évoquant irrésistiblement cette douloureuse mise en garde de George Orwell :

« Si vous désirez une image de l’avenir, imaginez une botte piétinant un visage humain … éternellement » !

La France, en guerre contre un Gouvernement ennemi de ses Valeurs patrimoniales, est aujourd’hui contrainte de retrouver sa valeur fondamentale de Civilisation, (et vite !) ou de se décomposer et de disparaître ! Nous appelons les Français à refuser de tomber dans le piège du Grand rassemblement qui leur est tendu le 11 janvier et à se lever contre le terrorisme d’État qui s’oppose au Salut public, à la Liberté d’expression de la Vérité et à la Renaissance de la France  qui en dépend.

« N’écoutez-pas ce qu’ils disent, regardez ce qu’ils font ! »

 

Québec-Presse, 10 janvier 2015

Arnaud-Aaron Upinsky

Président de l’Union Nationale des Écrivains de France

L’article en PDF

 


 

Charlie Hebdo : la presse internationale parle d’un « 11 septembre français »

La presse française n’est pas la seule à consacrer ses Unes à l’attentat du 10 rue Nicolas Appert à Paris, ce jeudi. Partout dans le monde, journaux, radios et chaînes de télévision ont eu les yeux rivés sur ce que certains ont appelé le « 11 septembre français ».

 

La France mord à l’hameçon

Il n’a fallu que 48 heures… et la France a mordu à l’hameçon.

 


 

[1] Lettre ouverte à tous les Français qui ne veulent plus être pris QUE pour des cons, Philippe Guilhaume, Ed. Albin Michel, 1992, contrefaisant Comment vous aurez tous la tête coupée ou la Parole coupée d’A.-A. Upinsky, Ed. OEIL, 1991

[2] Le Monde du 9 janvier 2015

[3] De telle outrages « humoristiques », le rescapé Laurent Léger a dit «  La loi autorise ce genre de caricatures ! » alors que la loi de 1881 les interdirait sous forme littéraire….. C’est « l’immunité » utile au Pouvoir !

[4] Cité dans Le Syndrome de l’Ortolan, A.-A. Upinsky, F.-X. de Guibert 1997.

 

Pas un seul authentique défenseur de la Liberté d’expression à cette mystification internationale !

10 Jan

Coordination Défense de Versailles

 

UNION NATIONALE DES ÉCRIVAINS DE FRANCE

 

   10 janvier 2015

 

____________

 

NON AU GRAND RASSEMBLEMENT d’ « UNION SACRÉE »

DU PRÉSIDENT HOLLANDE LE 11 JANVIER 2015 !

 

RASSEMBLEMENT ET MINUTE DE SILENCE

 

____________

 

 Pas un seul authentique défenseur de la Liberté d’expression,  des Valeurs de la France et de la Civilisation ne participera
à cette mystification internationale organisée par les fossoyeurs de la France !

Voir l’article de Québec Presse

 

* * *

 

Arnaud Upinsky, Président de l’UNIEF/CDV

Contact presse : courrierposte@orange.fr  et  tel : 06 01 76 20 79

Site : http://coordination-defense-de-versailles.info

 

ARNAUD UPINSKY : La jeunesse de France interpellée,
Le portrait d’enquête qui met le feu aux poudres

18 Mar

Le portrait d’enquête qui met le feu aux poudres

 

Mais qu’attend donc la jeunesse de France pour faire la révolution :

sémantique, culturelle et politique !

 

Mais qu’attend donc la jeunesse de France pour faire la révolution

Un an après la déferlante des Manifestations pour tous de 2013, la reprise en main de la jeunesse est devenu l’objectif prioritaire d’un Régime à bout de souffle qui a chargé France Télévision d’enquêter auprès de 210 000 jeunes pour faire le portrait robot de son ennemi n°1 : la jeunesse de France. Le 25 mars 2014, les grands média ont repris en boucle ce «  portrait » officiel publié par Le Monde, sous le titre « Les jeunes et leur avenir » en annonçant : « 61 % des 18-34 ans pourraient participer à une révolte de grande ampleur » !
(Le Monde : http://www.lemonde.fr/emploi/article/2014/02/25/frustree-la-jeunesse-francaise-reve-d-en-decoudre_4372879_1698637.html)

Ce « portrait » inédit de la génération 2013 constitue un document de référence irremplaçable sur : I ) Le rejet des fausses Valeurs du Régime, à l’école du Mensonge d’État ; II ) L’adoption des vraies Valeurs de Renaissance, à l’école de survie ; III ) La stratégie de reconquête du Pouvoir. En conclusion, il révèle ce qui manque à la jeunesse pour terminer la Révolution et accéder au Pouvoir qui lui revient.

 

I)   Rejet des fausses Valeurs du Régime, à l’école du Mensonge d’État.

 

L'une des période les plus difficiles pour la jeunesse depuis 35 ans

Nourrie depuis l’enfance au lait des « Valeurs de la République », la plus « éduquée » de l’histoire de France, la jeunesse a vu ses rêves voler en éclat au choc des réalités de la crise. Elle a perdu « foi » en toutes les Valeurs du Régime auxquels elle croyait dur comme fer, et dont la désillusion subite lui fait voir « la vie en noir », dans tous les domaines prétendument garantis par des « Droits ». Désenchantement. Dans les 21 millions de réponses, les mots clefs choisis librement par les jeunes pour qualifier leur destin témoignent de la faillite et de la trahison dont ils se sentent les dupes. Ils déclarent leur génération : « désabusée », « sacrifiée », « perdue », « galère », « frustrée », « désenchantée ».   « Vingt ans n’est pas le plus bel âge de la vie » disent-ils à 51 % ! Exclusion du droit au travail. Le scandale des scandales pour la jeunesse, c’est son exclusion par le chômage de masse. Un quart des 15-24 ans est au chômage et le taux monte à la moitié pour les non-diplômés ou ceux qui n’ont que le brevet ! Trois quart des enquêtés sont tentés de fuir à l’étranger et 24 % se reconnaissent dans l’expression : « Dès que je peux, je me barre ! » Faillite de l’école et de la méritocratie. « Beaucoup de ces jeunes ont été détruits par le système scolaire ». Broyés « dans la spirale du déclassement » les 18-25 ans « font voler en éclat le mythe d’une société méritocratique », du « système éducatif à la française » et de l’« ascenseur républicain ». Politique et média en procès. « La politique, ils n’y croient plus », « la défiance est énorme ». « Près de la moitié (46 %) des répondants n’ont pas du tout confiance dans les femmes et les hommes politiques. » De même pour les média, à 40 %. Pour les 18-25 ans, « c’est tout vu, les politiques sont « tous corrompus ». Pouvoir usurpé de la finance. « Ils font l’expérience de la désillusion politique », « rien ne change pour eux ». Pour 90 % des répondants, les politiques « laissent la finance diriger le monde ». « Il y a du mépris dans le regard des jeunes. » Exclusion de la Démocratie et liberté d’expression. « Les jeunes se sentent abandonnés par la société », avec leur « besoin d’expression étouffé ». « L’offre politique ne répond pas à leurs attentes. La démocratie ne s’adresse pas à eux. Ils n’iront pas voter mais ce sera une abstention politique, réfléchie, presque militante (1). » Discrédit des Institutions. « Les jeunes ont perdu toute confiance en eux-mêmes et dans les institutions ». Rejet du « nominalisme ». « Les politiques nous embobinent ». À l’école du Mensonge d’État, en cascade, « les yeux dans les yeux » – dont J. Cahuzac et C. Taubira sont le symbole –, les jeunes ont compris combien, aujourd’hui, les mots de la parole publique marchent à l’inverse des faits. Il ne suffit pas de « nommer » ! Pris au piège des fausses Valeurs « nominalistes » – de nom et non de fait ! – et de la carence généralisée des Institutions censées faire son bonheur, la nouvelle génération s’est dotée de son propre « outil » d’information Internet lui permettant de décrypter la sémantique du Mensonge d’État des médias « officiels », à la recherche d’une solution « réaliste » basée sur de vraies Valeurs de survie. C’est ainsi, à l’école du Mensonge d’État, que la nouvelle génération s’est affranchie de l’enchantement trompeur du langage « nominaliste » du Pouvoir pour retrouver sa liberté de Parole  et de Vérité.

Le sentiment d'être méprisé, une envie de révolte

 

II)    Adoption des vraies Valeurs, à l’école de la crise.

 

Désenchantée des sirènes des fausses Valeurs nominalistes d’un Régime qui les ignore, les méprise et les marginalise, la nouvelle génération s’est ainsi tout naturellement tournée vers les authentiques Valeurs « sûres » assurant sa survie dans la crise, donnant un sens à sa vie, et lui ouvrant des perspectives d’avenir. Valeur famille. La première des Valeurs plébiscitée dans l’enquête par la « génération 2013 », à 80 %, est la famille, assurant sa subsistance et dite « idéale » à 27 %. « Toutes les questions portant sur les relations au sein de la famille suscitent des réponses unanimement positives. La famille apparaît plus que jamais comme la valeur refuge ». Nul conflit de génération : les « générations sont solidaires dans la crise, moralement et matériellement ». La génération du 24 mars 2013 « n’est pas en conflit de valeurs», bien au contraire. Valeur travail et engagement. À l’opposé d’une vision dévalorisée d’une « génération feignasse », « 81% des répondants disent que le travail est important dans leur vie », et « sert avant tout pour s’épanouir (2) ». Cécile Van de Velde sociologue de l’enquête souligne : « les jeunes ne sont pas dans la résignation. Il y a une énergie latente » qui ne demande qu’à s’exprimer. « Il suffit d’une étincelle. Et d’une figure cible ». L’ennemi des jeunes. Cécile Van de Velde, le désigne comme « ennemi lointain et abstrait : la finance, la mondialisation, l’Europe ». Valeur Vérité. En attaquant la valeur de « proximité » refuge de la famille contre la crise – l’inverse de cet « ennemi lointain et abstrait » –, le Mensonge d’État de la Loi Taubira-Hollande ne pouvait que soulever en masse « les générations solidaires » contre la crise et contre la « force injuste de la Loi » ! Valeur Civilisation. C’est ainsi, dans le retour au réel des vraies Valeurs, issu du premier mouvement international de la Résistance culturelle parti de Versailles en 2008 (3), que s’est faite, en 2013, « la naissance d’un mouvement profond qui, au-delà des clivages droite-gauche, fait primer le combat culturel et identitaire sur le discours économique et l’approche technicienne de la politique » (4), la plus forte mobilisation jamais vue en France engageant la jeunesse dans son ensemble : apolitique, aconfessionnelle, sans précédent dans l’histoire. C’est dans la renaissance de toutes ces Valeurs pérennes de la France – d’une Civilisation héritée des Grecs qui n’a cessé de se renouveler depuis 5000 ans – que la nouvelle génération voit enfin poindre la sortie de cette crise mortifère – qui l’ignore, la méprise, l’exclut massivement – et l’avenir de la France enfin de retour ! Adoption du « réalisme ». À l’école des faits – « Les politiques ne changent pas notre vie » –, le juste critère de la nouvelle génération n’est plus l’étiquette « nominaliste » mais le contenu « réaliste », au regard de la Réalité et de la Vérité. Pour elle « Il n’y a pas de politique économique de droite ou de gauche, il y a des politiques économiques qui marchent et d’autres qui ne marchent pas (5) ! » Déconstruction révolutionnaire. Forte de ce constat « réaliste », la jeunesse s’est engagée dans un processus de déconstruction des stéréotypes nominalistes des fausses Valeurs d’exclusion politique qui les « embobinent ». En faisant voler en éclat le stéréotype d’asservissement « Droite contre Gauche », la jeunesse fait basculer l’axe politique de l’horizontale à la verticale « Pouvoir contre Peuple ». Ce n’est plus alors une Révolte qui gronde mais une Révolution en puissance qui s’annonce ! C’est ainsi qu’à l’école de la survie en se tournant vers les vraies Valeurs du « réalisme » ne se contentant pas de nommer les choses en se payant de mots, la nouvelle génération a enclenché une déconstruction, une inversion de la phrase politique et une dynamique révolutionnaire « Peuple contre Pouvoir usurpé ».

 

III)    Stratégie du Pouvoir pour mâter la jeunesse

 

NON !

Ce portrait de la nouvelle génération 2013 – dont le rejet des fausses Valeurs nominaliste et du stéréotype d’asservissement Droite-Gauche enclenche de fait un processus révolutionnaire – a mis le feu aux poudres du Pouvoir qui a dû adopter une stratégie en trois temps :

1)     Mai 2013, Liberté, Égalité Fraternité. Pour contrer la « crise des valeurs » nominalistes… F. Hollande a pris la mesure « nominaliste » d’inscription de la devise de la République au fronton des écoles, avec affichage de la déclaration des Droits de l’Homme du 26 août 1789. Les jeunes interrogés par les média ont répondu « qu’inscrire les mots ne changeait rien … »

2)    17 décembre 2013 : « Francs-maçons la Grande offensive, les Francs-maçons à la manœuvre. » C’est sous ce titre que le Figaro-Magazine du 28 février 2014, révèlera la stratégie du Grand Orient de France, conscient d’avoir perdu le « magistère intellectuel » de la République, pour pallier la « crise des valeurs ». Le 17 décembre 2013, le grand maître du GODF a appelé 1200 loges à débattre de manière active sur cette « crise qui a déboussolé les valeurs de la République » et le garde des Sceaux, Christiane Taubira, son invitée, devenue l’égérie du GODF, en livrera le triple plan de bataille degré par degré : « Nous devons mener bataille sur tous les fronts, reconquérir les champs sémantiques, culturels et politiques (6) ». Le mot « reconquête » donne la mesure du terrain perdu ! Cet appel aux Valeurs, c’était avant le double Mensonge d’État des 10-13 mars 2014, du garde des sceaux (garant de la Loi, de la Vérité, de la Justice ! ), condamnés par 71 % des Français…

3)    25 février 2014 : incitation à la Révolte. Pour mettre la jeunesse dans une impasse, l’enquête substitue la perspective d’une « Révolte » à celle de la « Révolution » par sa question piège : « Est-ce que tu participerais à un mouvement de révolte type Mai 68 demain ou dans les prochains mois ? » Réponse provoquée : « Oui à 61 % ! », que Le Monde traduit dans son titre : « Frustrée, la jeunesse française rêve d’en découdre ». Voilà le piège ! Car nulle Révolte n’a jamais triomphé d’un « système » comme l’enseigne la tragique histoire des « bonnets rouges » …voire de Spartacus.

****

Si la stratégie du Pouvoir pousse la nouvelle génération au piège d’une future et illusoire « Révolte de grande ampleur », c’est pour mieux lui cacher le triomphe inouï du soulèvement pour tous de l’an dernier – d’ampleur sans précédent dans l’histoire de France – et surtout le « secret » décisif de sa « journée révolutionnaire » du 24 mars 2013 » : image d’une France unie sur la Valeur « famille », apolitique, aconfessionnelle, toutes générations solidaires confondues. Symbole d’harmonie d’une France sereine retrouvée, « recomposée », enfin rassemblée autour de ses vraies Valeurs ! Secret de la catharsis du 24 mars 2013. C’est ce jour là, en effet, au spectacle dramatique d’un Régime violant les propres Valeurs dont il se réclame, que s’est enclenché le choc décisif : la « catharsis (7)» purificatrice de l’esprit des Français, la purgation révolutionnaire de la France libératrice de ses fausses Valeurs : libéralisme, socialisme, féminisme, égalitarisme, laïcisme, droitisme, gauchisme, centrisme, etc… Toutes ces « passions sectaires » de division, mortelles pour le bien commun, comme le spectacle permanent des hyènes politiciennes s’arrachant les morceaux de viandes le prouve quotidiennement ! Ce jour là, en découvrant la police politique s’attaquer sournoisement à de paisibles familles, femmes et enfants en poussettes, sans défense, gazés et matraqués violemment, l’identification s’est immédiatement faite dans les esprits entre l’image du Totalitarisme et celle du Régime au pouvoir, entrainant un irrésistible processus de catharsis des intelligences en quête de Vérité. Fruit de la Violence et du Mensonge d’État, c’est cette Catharsis historique qui, en un instant, a ouvert les yeux des Français. Ce jour là, d’un bloc, l’image d’un Régime démocratique, respectueuse des Droit de l’homme, républicaine, du Régime est morte ! L’image d’une dictature totalitaire l’a remplacée. Depuis, au fil des « affaires », cette catharsis de l’intelligence et de la volonté ne cesse de frayer sa dynamique pour en appeler à la Révolution salvatrice nécessaire pour sauver un Peuple, trompé, méprisé, martyrisé, spolié de ses droits les plus légitimes et de toute justice. La Pérestroïka et la Glasnost de 1985, ayant conduit l’URSS à la Révolution russe de 1991, offrent un précédent historique comparable de catharsis délivrant la Russie du communisme et de l’URSS. Maillon manquant. Que manque-il donc encore à la jeunesse pour faire triompher la Révolution des Valeurs de Vérité enclenchée le 24 mars 2013 ? C’est une science, une connaissance sémantique de la Machine qui l’opprime, de la Mathématique politique du Pouvoir, que possèdent les apprentis sorciers à la manœuvre dont le Figaro a révélé le plan de bataille sémantique, culturel et politique, calqué sur celui parti de Versailles en 2008. Cette science politique est basée sur des outils mathématiques que les jeunes ignorent encore et dont le secret se cache sous leur fausse simplicité : l’équerre, le compas, le fil à plomb, etc. Outils « magiques » qui permettent à plaisir de relier la Verticale et l’Horizontale, la Vérité et le Mensonge, la Droite et la Gauche, le Juste et l’Injuste, le Mensonge d’État et la (fausse) Démocratie, etc. Qui permettent d’inverser les majorités et de faire croire au peuple opprimé que c’est lui le souverain…. Qui permettent en un mot de « concilier les contraires », c’est-à-dire, selon George Orwell, le « grand secret » pour garder le pouvoir éternellement. L’alpha et l’oméga de Versailles. C’est ce nœud gordien de l’Outil et de l’Intelligence, de l’Équerre et du Compas, de la Politique et de l’Histoire, qu’il reste à trancher à la jeunesse de France pour parfaire sa catharsis, se libérer des fausses Valeurs nominalistes et faire ainsi aboutir la Révolution du 24 mars 2013 des vraies Valeurs de la France et de la Civilisation héritée des Grecs : le Beau, le Vrai et le Bien, fondant l’Harmonie du Bien commun et dont Versailles – emblème d’excellence de la France d’où tout est parti (8) : la Révolution des Valeurs en 2008, et le premier mouvement international de Résistance culturelle, matrice de LMPT – représente l’emblème d’excellence et d’inspiration indépassable de la France – sémantique, culturelle et politique – aux yeux du monde entier. C’est ainsi, à l’école des vraies Valeurs de Vérité et à l’image de la catharsis russe de 1985-1991, que la jeunesse de France, fer de lance de l’indispensable Révolution accomplie, sémantique, culturelle et politique – ayant libéré la France des fausses Valeurs qui l’opprime, lui redonnant ainsi son rang international de grand pays –, retrouvera la place et le pouvoir qui lui reviennent de plein droit. 16 mars 2014.

Arnaud UpinskyARNAUD UPINSKY : La jeunesse de France interpellée (Journal Québec Presse)

 

 

 


[1] « La jeunesse de France se sent méprisée et tentée par la révolte », Le Monde du 26 février 2014, p. 8.

[2] Idem, Le Monde.

[3] Cf. Coordination Défense de Versailles : http://coordination-defense-de-versailles.info/

[4] « François-Xavier Bellamy et Gaël Brustier : La jeunesse est-elle passée à droite ? », Le Figaro, 28 février 2014, p.14.

[5] Tony Blair

[6] Paroles de liberté, Ed . Flammarion, mars 2014. Ceux de la Coordination Défense de Versailles depuis 2008.

[7] Du grec Κατθαρσις, purification. Chez Aristote épuration, purification, purgation des passions mauvaises, par la représentation dramatique.

[8] Depuis quatre siècle, tout est toujours parti de Versailles : le Grand Siècle, l’Europe française, le Siècle des Lumières, la Révolution de 89, la République, l’intronisation de l’art new-yorkais à Versailles, comme pivot de l’hégémonie US en Europe.

 

 

Journal Québec Presse : ARNAUD UPINSKY : LUDOVINE DE LA ROCHÈRE SIGNE-T-ELLE LA CHUTE SYMBOLIQUE DU RÉGIME ?

16 Mai

LUDOVINE DE LA ROCHÈRE SIGNE-T-ELLE LA CHUTE SYMBOLIQUE DU RÉGIME ?

Date 16/5/2013 19:30:00 | Sujet : ARNAUD UPINSKY

MANIF POUR TOUSDU 26 MAI 2013 : « NOUS SOMMES ICI CHEZ NOUS ! »
En appelant à la

LIBÉRATION de Paris

 

La France de la Vérité contre

le Pouvoir du Mensonge

 

Ludovine de La Rochère (photo)

signe-t-elle la chute SYMBOLIQUE du Régime ?

 

JOURNAL QUÉBEC PRESSE

PARIS — Le jeudi 16 mai 2013

Par Arnaud-Aaron UPINSKY

http://coordination-defense-de-versailles.info

Allez sur:   http://journalquebecpresse.org/modules/news/index.php?storytopic=40&storynum=25

 

Alors que l’ancien premier ministre, François Fillon, demandait que La Manif Pour Tous renonce à sa grande manifestation nationale du 26 mai 2013 qui, selon lui, mettrait en péril les Institutions du Régime, Ludovine de la Rochère,

Présidente de La Manif PourTous, a conclu sa manifestation du 5 mai dernier par un vibrant appel des Français à la mobilisation générale.

 

Agitant solennellement un immense drapeau tricolore (photo), Ludovine de la Rochère a proclamé que La Manif Pour Tous du 26 mai « Investirait Paris par le Nord, par le Sud, par l’Est et par l’Ouest » !

 

Dans l’immense bras de fer opposant la France au Gouvernement, est-il concevable que le Régime lui-même soit ainsi menacé d’effondrement par une Révolution de la Vérité parti du viol du simple mot « mariage » ?

Effondrement ou Renaissance, la politique étant d’ordre symbolique c’est dans la grille de lecture de ses valeurs fondatrices qu’il faut chercher la réponse à une telle disproportion.

 

« Nous sommes ici chez nous pour rendre l’injustice visible »

 

 

Avec l’appel de Ludovine de La Rochère à la libération symbolique de Paris, l’histoire se renouvelle. Le 25 août 1944, de l’hôtel de ville de Paris libéré, le Général de Gaulle lançait sa fameuse apostrophe à l’occupant :

 

 

« Nous sommes ici chez nous ! ».

 

Le 24 mars 2013, aux Champs-Élysées libérées, La Manif Pour Tous lançait au régime policier qui prétendait interdire aux Français leur propre territoire, son fameux cri de guerre : « On est chez-nous ! »

 

Ce jour-là, par son arrogance, son mépris et sa bêtise, en réprimant sauvagement le droit à la liberté d’expression des femmes et des enfants, gazés et frappés au seul motif de révéler au monde entier le viol des consciences, du Droit et de la Démocratie, perpétré par un Président se comportant en dictateur par le Mensonge d’État de son faux mariage, le Régime venait de « rendre visible » aux Français sa véritable nature totalitaire.

 

Il venait de libérer une soupape d’expression à un peuple bafoué dans ses valeurs patrimoniales les plus sacrées, saigné à blanc par une fiscalité impitoyable et soumis à une oppression d’autant plus révoltante qu’elle drape toujours ses forfaits dans le miel de belles paroles et de valeurs prétendument humanitaires.

 

Il venait à son insu d’enclencher un processus révolutionnaire de vérité, inéluctable, dont personne n’avait prévu la soudaineté, la force et la détermination croissante, mais dont la mécanique symbolique de libération devait désormais pousser sa logique jusqu’à ses ultimes conséquences.

 

 

 

Le viol du mot « Mariage »,

le Mensonge d’État de trop !

 

Ce n’est pas l’État qui a créé le mariage mais l’inverse. Microcosme d’intelligence du monde, école de vie, d’altérité et d’autorité ; modèle primordial de toute société ; matrice d’invention de la France ; le Mariage est le prototype de toute Institution politique, de tout principe d’autorité.

S’y attaquer c’est se suicider. Jusque-là, confiants dans leurs Institutions, les Français avaient tout supporté. Mais en présentant le Mensonge d’État, le viol des Consciences, du prétendu « mariage homosexuel pour tous », comme un superbe progrès de Civilisation, alors qu’il est en réalité une révoltante régression dans la Barbarie, le Régime confiant dans ses subterfuges et sa police venait d’ouvrir définitivement les yeux d’un Peuple pacifique et docile à l’autorité, mais découvrant soudain avec effroi et horreur que le Régime qu’il croyait être son défenseur naturel était son pire ennemi !

 

« Démocratie de cons » pour tous

 

Découvrant l’État prédateur du Bien public sous le masque du Tartuffe, ouvrant enfin les yeux pour inverser leur regard symbolique, les Français révoltés se sont alors découverts les dindons de la farce d’une démocratie, en trompe-l’œil, qui leur est jouée à leurs dépens depuis des lustres : les dupes méprisés d’une véritable « Démocratie de cons ».

 

Une mystification fonctionnant à l’image du film culte le « Dîner de cons » où l’invité d’honneur — ici le Peuple souverain — est tourné en dérision par ses hôtes — ici ses faux « Représentants » députés, grassement payés pour ruiner le pays dans tous les domaines : l’art français tourné en dérision, l’enseignement, la justice, l’économie, la désindustrialisation, la dette publique gigantesque (pour le moins 1800 milliards pour rien !), etc. … jusqu’au mépris de la langue française dans l’enseignement supérieur qu’ils veulent voir supplantée par l’anglais… pour son bien, comble de la trahison !

 

Délégitimation des Institutions

 

Dès lors, la délégitimation en chaîne des Institutions du Régime de dupes — ne prenant les Français QUE pour des cons…(1) — devait se dérouler comme un théorème. Par effet domino, c’est tout respect de l’Autorité qui s’est alors effondré en France. D’abord le respect d’une police politique se livrant à de sournoises provocations et à des rafles aveugles.

(1) — Cf. “Lettre ouverte à tous les Français qui ne veulent plus être pris QUE pour des cons”, de Philippe Guilhaume, Albin Michel 1992, d’après “Comment vous aurez tous la Tête coupée ou la parole coupée”, d’Arnaud-Aaron Upinsky, O.E.I..L., 1991.

 

Puis, en série : celui d’un ministre dénonçant d’imaginaires extrémistes ; d’un Parlement fantoche ; de partis complices offrant le spectacle délégitimant d’un simulacre de démocratie ; d’un Ministre de la Justice moqueur et arrogant paré des plumes de l’Égalité ; d’un Gouvernement godillot désavoué par près de 80 % des Français et sourd à une mobilisation sans précédent depuis la Libération ; de « la force injuste de la Loi » (Mitterrand), violant la Vérité de la langue sans laquelle toute justice n’est qu’un vain mot. Enfin celui du Régime frappé d’illégitimité dans tous ses Signes d’Autorité, pour devenir le Symbole même du Mensonge d’État alors que la Rue, elle, devenait Symbole de Vérité !

 

Inversion des valeurs symboliques d’Autorité

 

C’est ainsi qu’en sept mois, la boîte de Pandore du faux mariage pour tous, sapant l’autorité du Régime a conduit à l’ultime inversion des rôles symboliques entre le Président Hollande et la Rue.

 

Mai 68 proclamait « Il faut apprendre l’irrespect ». En mai 2013, partout en France, les symboles et les agents du pouvoir en déplacement sont désormais la cible de « l’irrespect » croissant des Français ! Les discours de l’Autorité n’accrochent plus que le vide, plus personne n’y croit. Le Gouvernement, héritier de 68, ne comprend pas qu’il vient de mettre à bas le principe même d’Autorité auquel était suspendu son pouvoir. Il ne peut plus compter que sur sa police et ses média.

 

En mai 1968, jamais l’Autorité du Général de Gaulle n’avait été niée ! Tandis qu’à la venue de François Hollande à TF1, le 28 mars dernier, son autorité a été niée d’une manière symbolique on ne peut plus outrageante lorsque les manifestants se sont mis à scander en cœur, en le prenant pour cible :

« CRS, tourne-toi, la racaille est derrière toi ! »

 

Ceci à l’école des leçons de démocratie et de Révolution dont le pays est perfusé depuis 1881, comme l’a souligné Le Point du 18 avril dernier « Sommes-nous en 1789 ? ». Avec la tête de Hollande au bout d’une « pique » le 21 avril comme le 5 mai, le Régime a ainsi perdu la main du Pouvoir symbolique d’Autorité morale qui est désormais dans la Rue où la jeunesse en première ligne défie les élus frappés d’insignifiance en scandant :

« Nous sommes l’Élite ! »,

« Nous ne cèderons JAMAIS, JAMAIS, JAMAIS ! ».

 

 

Civilisation contre Barbarie,

deux Symboles irréductibles

 

À l’approche du 26 mai, les positions du Gouvernement et de la vague montante de Manif Pour Tous, sont donc inconciliables. D’un côté la contrefaçon du mariage arbitraire d’État Taubira-Hollande représente le Symbole du Mensonge d’État et la Violence, le camp de la Barbarie destructrice de toute Institution ; de l’autre le Mariage naturel représente le Symbole même de la Vérité et l’Harmonie, le camp de la Civilisation immémoriale des Droits de l’Homme, de la Femme et de l’Enfant.

Contre la guerre d’anéantissement de la Civilisation et de ses valeurs humaines les plus sacrées, déclarée par la Barbarie, la Résistance ne peut qu’être totale.

 

« Tout royaume divisé contre lui-même périra », l’inexorable retour de la Vérité. Dans le face à face actuel entre la France de la Vérité et le Régime du Mensonge, François Fillon voit donc le danger à l’envers. Ce n’est pas la Manifestation de la Vérité pour tous qui menace les Institutions, mais bien le Mensonge d’État Hollande-Taubira contre tous, érigé en dogme au Parlement et dont le chef d’État s’est fait le champion.

Comme vient de le rappeler Jérôme Cahuzac avec une force symbolique inouïe mettant en évidence la contradiction mortelle du Régime : « C’est moins grave de mentir pendant quinze secondes devant 577 députés que de mentir depuis un an sur l’état de la France, comme le fait François Hollande… ». « N’oublions pas que la violence ne vit pas seule, qu’elle est incapable de vivre seule : elle est intimement associée, par le plus étroit des liens naturels, au mensonge. » disait Soljenitsyne aux Écrivains.

La violence est dans le camp du Mensonge d’État. À l’inverse, aux cris de « Un père une mère, c’est élémentaire », « Hollande, ta loi, on n’en veut pas », « On est chez nous » et avec pour effigie « La Vérité guidant le Peuple », la révolution de la Vérité en cours, c’est le retour des vraies valeurs d’enrichissement matériel et moral. À l’évidence, au-delà de l’abrogation de la Loi Taubira, c’est à la mise hors la loi du Mensonge et du parjure d’État, comme condition de salut public d’une Renaissance des Institutions et de la Reconnaissance des Élites, qu’invite la Libération symbolique de la Capitale — occupée par le Mensonge — par ses quatre points cardinaux Nord, Sud, Est et Ouest. Ceci pour inverser la spirale de délégitimation de l’Autorité et du déclin du pays. Quel authentique démocrate pourrait sérieusement s’inquiéter de cette mise en perspective symbolique et démonstrative du nécessaire retour de la Vérité, pacificatrice et fructueuse, à la tête des Institutions et de l’État ?

 

 

 

 

 

 

Photos : LUDOVINE DE LA ROCHÈRE, Présidente de « La Manif pour Tous »

 

—————————————————————————————-

Qui est Arnaud-Aaron UPINSKY ?

http://coordination-defense-de-versailles.info

PHOTO : Arnaud-Aaron UPINSKY.

Écrivain, Président fondateur de l’Union Nationale des Écrivains de France.

Mathématicien.

Épistémologue.

Titulaire d’une chaire d’épistémologiste en 1998.

Linguiste.

Expert en systèmes informatiques.

Historien des sciences.

Docteur en philosophie politique.

Auteur de livres et d’articles de référence.

Selon l’expression consacrée, il fait partie de l’intelligentsia française.

Photo exclusive : novembre 2010, par Journal Québec Presse, Isidore Grao de Nice.

Arnaud Upinsky, Président de l’UNIEF/Coordination Défense de Versailles

Contact presse :

courrierposte@orange.fr et tél. : 06 01 76 20 79

Sites : coordination-defense-de-versailles.info ;

BLOG CANADA-FRANÇAIS : http://canada-francais.coordination-defense-de-versailles.info

 

Versailles, acteur-clef de l’Art et de la Politique

 

Cliquez sur :

http://journalquebecpresse.org/modules/news/index.php?storytopic=40&storynum=25

Cet article provient de Journal Québec Presse
http://journalquebecpresse.org

L’adresse de cet article est :
http://journalquebecpresse.org/modules/news/article.php?storyid=3240

 

LA CALOMNIE DE MARIE-ANTOINETTE VENGÉE !

21 Mar

LA CALOMNIE DE MARIE-ANTOINETTE VENGÉE !

DÉROUTE « LITTÉRAIRE » du RÉALISATEUR JACQUOT, à L’AVANT PREMIÈRE VERSAILLAISE de son FILM « LES ADIEUX À LA REINE »

LES ADIEUX A LA REINE

LA PUISSANCE DE L’ÉCRIT MET EN FUITE LE RÉALISATEUR JACQUOT !

« La CALOMNIE n’est pas une opinion, pas une création, pas un Art, c’est un DÉLIT ! Calomnier une morte est encore bien moins glorieux que de calomnier un vivant ! »

 

Benoît JacquotEXACTEMENT COMME DANS SON FILM « LES ADIEUX À LA REINE », pour le couple Polignac, le couple du réalisateur Jacquot et de l’actrice Ledoyen (Polignac)et sa Couront vécu en direct les affres des journées du 14 au 17 juillet 1789, à Versailles, lors du naufrage de l’avant première versaillaise de leur film qui devait donner lieu à un débat qui n’a pas eu lieu : ça a commencé par un pamphlet « brulot » distribué aux portes et ça s’est terminé par la fuite vers la sortie de l’actrice et du réalisateur paniqué criant « Vive la reine ! »

Virginie Ledoyen et Benoît Jacquot

Virginie Ledoyen et Benoît Jacquot

La reine Marie-Antoinette vengée !

CHRONIQUE ANNONCÉE DE LA BÉRÉZINA DES « ADIEUX À JACQUOT » :

ACTE 1, le pamphlet : De même que dans « Les Adieux de la reine » l’annonce du pamphlet incendiaire aux grilles et à l’intérieur du château répand l’effroi, la distribution du Communiqué CDV du 14 mars 2012, aux portes et à l’intérieur de la salle de cinéma, met en fureur Jacquot qui s’en prend à une jeune fille bientôt secourue pour rétorquer que le film est une falsification de l’histoire et une calomnie de Marie-Antoinette. Poussé dans ses retranchements Jacquot très énervé répond : « Ce n’est pas un film sur Marie-Antoinette ! »  Reniant ainsi l’affiche de son film, il signe alors sa première défaite.

ACTE 2, la Cour applaudit : À son arrivée dans la salle, B. Jacquot et V. Ledoyen sont chaudement acclamés par leur Cour importée, se signalant ainsi car les Versaillais n’applaudissent pas au début… Ils annoncent qu’ils ont tout leur temps. Jacquot commence à parler de son film, le qualifiant de « fiction » ce qui est sa deuxième défaite due à sa lecture du tract. Puis constatant que toute la salle tient ce communiqué CDV à la main, il commence à mettre en cause ce « brulot » distribué à tous les participants. Incroyable : ce réalisateur du groupe Lagardère, se réclamant d’un « budget pharaonique » pour son film, se laisse alors aller à dire qu’il faut « beaucoup d’argent pour imprimer un tel tract » !

ACTE 3, viol de la liberté d’expression par « l’étiquette » de Mme Campan : L’écrit du Communiqué étant outrageusement mis en cause, A. Upinsky demande la parole, que lui refuse V. Ledoyen – plus pudique qu’à l’écran ! –, mais B. Jacquot lui donne le micro lui permettant ainsi de dire : « Ce film est une falsification de l’histoire, du roman de C. Thomas et une calomnie de Marie-Antoinette. La CALOMNIE n’est pas une opinion, pas une création, pas un Art, c’est un DÉLIT ! Calomnier une morte est encore bien moins glorieux que de calomnier un vivant ! » Mais, jouant le rôle de Madame Campan, première femme de chambre de la reine, la directrice du Cyrano intervient aussitôt pour reprendre le micro à A. Upinsky, interdisant le débat qu’elle avait elle-même mis à l’affiche et violant ainsi la juste étiquette de la Liberté.

ACTE 4, « Sire c’est une Révolution ! » : Jacquot reprend alors son panégyrique pour dire que « si on écartait tout ce qui n’est pas historique [ seulement les falsifications et calomnies !… ] on jetterait les trois quarts de la littérature au feu ». Une spectatrice alors l’apostrophe en reprenant la critique du Figaro Magazine de Jean-Christophe Buisson et dit : « Mais la calomnie de Marie-Antoinette, c’est une falsification. Historiquement, votre film c’est n’importe quoi ! » V. Ledoyen veut répondre. L’intervenante dit : « C’est au réalisateur que je souhaite parler ». Jacquot lui demande si elle a vu le film. « Non, dit-elle, mais vous en avez largement parlé dans la presse. Vous trahissez le livre de Chantal Thomas en inventant une fiction injurieuse sur Marie-Antoinette ». Jacquot répond alors (sic) : « Chantal Thomas n’est pas venue parce qu’elle n’a pas pu venir ». Elle : « Pas pu ou pas voulu venir ? » Jacquot s’en tire alors par une ultime pirouette : « Ceux qui parlent d’un film sans l’avoir vu devraient aller voir un docteur. » Effet de manche salué par les applaudissements de sa Cour regroupée au centre de la salle.

ACTE 5, le salut dans la fuite : Sur cette forfanterie sonore, sans autre explication Jacquot tourne soudain les talons et remonte précipitamment l’escalier vers la sortie, avec l’actrice (la duchesse de Polignac qui a fuit vers Bâle dans son film), en criant « Vive la reine ! » ( cette reine qu’il traine dans la boue dans son film ) avant de franchir la porte du salut. On ne les reverra plus, 5ème défaite.

ACTE 6, la débâcle : À la fin du film, il y aura un filet d’applaudissement de l’ordre de 5 % de ceux qui avaient salué l’arrivée de B. Jacquot : 6ème défaite que ce sondage en direct. Comme dans son film, les participants partiront en désordre, les uns d’un côté, les autres de l’autre. Un grand nombre restera assis ou débout, flottant attendant le retour du réalisateur et de l’actrice, pour débattre. En vain. Annonce non tenue. C’est la grande défaite de Jacquot de n’avoir pu faire face au débat contradictoire annoncé.

ACTE 7, le verdict de l’histoire : À la sortie, tant et tant de spectateurs disent leur déception devant un film ne répondant pas à sa publicité. Ils se promettent de relire le communiqué CDV du 14 mars 2012 en profondeur et l’histoire vraie de Marie-Antoinette pour défendre sa mémoire.

LA CDV RAPPELLE LA « PUISSANCE DE L’ÉCRIT » ET LE DROIT DES ŒUVRES DE L’ESPRIT ( cf. son communiqué du 14 mars 2012) : Qu’il n’est pas permis de tout faire sous couvert des grands mots ronflants d’« art » ou de « création », de faux nez cachant de bien moins reluisantes ambitions. Depuis la plus haute antiquité, la conquête de la vérité est l’idéal universel des fondateurs européens des Arts et Lettres, et des Sciences, qui ont porté le respect de ces œuvres de l’esprit au plus haut sommet de prestige, et tout particulièrement à partir de Versailles qui fit de la France le modèle rayonnant de la Civilisation européenne. Trahir l’idéal de beauté, de vérité et de bien, des fondateurs c’est s’exclure de leur cercle prestigieux ; en revendiquer indument les titres, c’est se rendre coupable d’une imposture, d’une usurpation d’identité. Depuis 1968, la véritable haine des idéaux fondateurs des Arts et Lettres, et des Sciences, à conduit a un assèchement sans précédent de l’inspiration créatrice, des véritables œuvres de l’esprit et des chefs d’œuvres. Mercantilisme, culte de l’argent et arrivisme règnent en maître ! À l’école de Duchamp, le parasitisme a remplacé la création, avec pour mode opératoire le dit « amalgame » du classique et du contemporain permettant le pillage du patrimoine de prestige sur le modèle des expositions de Jeff Koons dans les Grands Appartements Royaux. Le film « Les adieux de la reine » utilise le même procédé de dérision suppléant à toute véritable création.

LA COORDINATION DÉFENSE DE VERSAILLES :

  Prend acte de la piteuse annulation de l’avant-première de Versailles, en violation de l’annonce et du droit à la liberté d’expression minimum, devant permettre d’apporter la contradiction au déferlement publicitaire du groupe Lagardère.

  De la défaite de l’Intelligence de B. Jacquot déclarant forfait. Tel les Polignac de son film, il a pris la fuite pour se soustraite au débat contradictoire, se sentant incapable de faire face à la force de l’évidence démonstrative de l’écrit du communiqué du 14 mars 2012, que Le Parisien du matin avait annoncé et titré « Il va y avoir du rififi ce soir à Versailles » pour conclure : « Les membres de la Coordination Défense de Versailles manifesteront leur colère aux portes de la projection. Ils estiment que ce film est « un déni délibéré de la vérité historique » et fait de Marie-Marie-Antoinette « la plus populaire des reines l’étendard des vices et des débauches. »

  Fort de cette victoire de l’intelligence sur l’obscurantisme, elle invite tous les défenseurs des vraies valeurs des Art et Lettres, et des Sciences, à combattre par la force de la VÉRITÉ – l’Écrit, la parole et  tous moyens –, à dire NON à la falsification historique et à la Calomnie du film Les adieux à la reine. 

Arnaud Upinsky, Président de l’UNIEF/Coordination Défense de Versailles

 

Succès historique de la 1ère FÊTE DU HOMARD THERMIDOR

19 Déc

Succès historique

Arnaud Upinsky au Molière

LA 1ère FÊTE DU HOMARD THERMIDOR CONSACRE

LA VICTOIRE DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION SUR L’OBSCURANTISME !

Le Homard de Jeff KoonsCette fête de la Liberté, organisée par la Coordination Défense de Versailles et placée sous la présidence d’honneur du Prince Sixte-Henri de Bourbon, s’est tenue le 1er décembre 2011 au Molière. Elle date l’étape décisive du 1er mouvement de Résistance culturelle internationale, né en 2008 en réponse à la Guerre déclarée à Versailles contre l’Intelligence, l’Art et la Civilisation par l’invasion du new-yorkais Jeff Koons 1er dans les Grands appartements royaux. Trois ans après la constitution d’un front commun anti-Koons, cette 1ère fête du homard Thermidor a fait salle comble. Elle a rassemblé les principaux acteurs de la défense du chef d’œuvre du Roi soleil cannibalisé depuis trois ans, sous le symbole du Homard régressif de Jeff Koons 1er, pour en consacrer la chute.

 

TROIS  VICTOIRES ÉCLATANTES

Les combats incessants, littéraires, médiatiques et judiciaires, menés devant l’opinion internationale avec un succès croissant, depuis 2008, débouchent sur le point d’orgue de trois victoires décisives. Arnaud Upinsky, Président de l’UNIEF/CDV a rappelé les causes de l’inévitable congédiement de J.-J. Aillagon obtenu en réponse à sa lettre ouverte au Président de la République du 21 septembre 2010. Solange de Villars, Conseillère de Quartier à la ville de Versailles, membre actif de l’ARAP, de la Société des amis de Versailles et de la CDV, a rappelé le succès de la « pétition du Dragon » qu’elle a initiée avec le soutien du Maire de Versailles, F. de Mazières, pour obtenir sa réouverture. Guy Escudié, Président de l’ARAP a exposé les fondements de la procédure judiciaire qu’il a menée contre les ferrailles de Venet, défigurant la place d’armes, et son épilogue heureux.

FRONT COMMUN DES ARTS ET LETTRES

SAR Le Prince Sixte-Henri de Bourbon

Le rejet du viol de Versailles par New-York a fait l’unanimité. Le Prince Sixte-Henri de Bourbon, détenteur des droits moraux sur le chef d’œuvre de Louis XIV, a exprimé les Droits de son « engagement dans cette bataille de Versailles pour la préservation de ce patrimoine universel qui est l’héritage de tous les Français ».  Pierre Gilou, Président de l’association de Sauvegarde des Artistes du Grand Palais, artiste de renom engagé dans le Référé-liberté, a dénoncé la situation des artistes exclus et condamnés à mort par l’art officiel subventionné, la censure des artistes par des fonctionnaires, la machine à casser l’enseignement des Beaux-arts. Keiko Murasse, artiste, a tenu à représenter l’honneur du Japon et de son Empereur outragé en participant au procès contre Aillagon. Le pseudo-art contemporain n’est pas compatible avec le prestige de la France. Le Japon a présenté ses excuses car les Mangas de Murakami ne sont pas de véritables mangas mais de piètres objets new-yorkais faits en usine. Rosiana Venezian, guide au château, requérante s’est fait représenter. Maître Rosny Minvielle de Guilhem, avocat des Référé-libertés a insisté sur le succès de l’impact médiatique international et le vide juridique (liberté fondamentale). Bertrand de la Roncière, Président de l’association de la statue Louis XIV a exposé son combat ayant empêché la mise aux oubliettes de la statue. Carole Senille Rapatel, DG d’Art France, la plus ancienne Galerie d’art de l’avenue Matignon, expert près de la cour d’appel, a exposé sa défense de l’Art français et son action en Chine. David Grigny meilleur ouvrier de France en ébénisterie, découvreur et restaurateur du bureau-plat du père de Louis XVI,  exclu de travail par une loi de 2002, a fait sensation en relatant son apostrophe au Président de la République, le succès de sa grève de la faim, sa rencontre avec le Ministre de la culture et la perspective de la révision de la loi de 2002 qu’il a obtenue. Sa victoire est le triomphe de la persévérance.

LE « FER DE LANCE »  DE LA LIBERTÉ

Rémy Aron, Président de la Maison des Artistes, en artiste indépendant avait qualifié de « fer de lance » notre l’action anti-Koons, soulevant l’ire de J.-J. Aillagon. Il vient de recevoir l’insigne de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres par le Ministre de la culture. Bon présage d’avenir, tandis qu’au passé les actes manqués de J.-J. Aillagon – désavouant sa politique invasive à Rome ; n’osant pas prendre l’exposition de Jeff Koons 1er comme date historique dans son « Versailles en 50 dates », mais au contraire celle du procès que nous lui avons fait, le 24 décembre 2008 ; n’osant pas présenter son livre au Salon du livre de Versailles fin novembre 2011 –, consacrent la défaite cuisante de l’art new-yorkais. La chute du Homard marque l’échec de l’intelligence régressive new-yorkaise qui prétendait inverser les canons de la Beauté, pour substituer l’ignoble à l’excellence, dans l’échelle des valeurs universelles de l’art.

Fort de ses succès, la CDV s’attachera désormais a renouer avec la gouvernance culturelle de Louis XIV à l’origine de l’hégémonie culturelle de la France ;  avec la vocation de mise du prestige de Versailles au service de ses intérêts vitaux ; avec sa politique de promotion de l’excellence visant non pas à étouffer les talents, comme aujourd’hui, mais à faire rayonner le prestige des Lettres, des Arts et de l’Art de vivre « à la française », dans le monde entier à partir de Versailles ; avec sa volonté de donner à l’Intelligence la place qui lui revient en tête de la Nation.  

À l’École internationale de Versailles, pour rendre visible la suprématie des valeurs culturelles de la France et redonner au chef d’œuvre unique du Roi-soleil son rôle de rayonnement des Arts et des Lettres, au service de la Civilisation et du Bien commun, tous les ans, la fête du homard Thermidor renouera avec la vocation de Versailles de rassembler tous les amis du Patrimoine, des Arts et Lettres, en vue de faire triompher les canons de l’excellence et  les meilleurs talents dans le monde entier.

Les Français doivent se réapproprier leur patrimoine. Cette fête d’avenir des Arts et Lettres sera la fête de la Création et de la Liberté !

Arnaud Upinsky au Molière

Arnaud Upinsky, Président de l’UNIEF/Coordination Défense de Versailles

Contact presse : courrierposte@orange.fr   et  tel : 06 01 76 20 79

Site : http://coordination-defense-de-versailles.info

 ~ ~ ~ ~ ~

Menu du dîner du homard Thermidor

Menu du dîner du homard Thermidorcliquer sur l’image pour l’agrandir

Menu du dîner du homard Thermidor

Merci à César Molina qui a participé de la réussite de la soirée.

LE MOLIÈRE

Le Molière, Versailles
César et Pilar MOLINA
Tel: 01 39 53 69 00
Fax: 01 39 53 61 31
10 Avenue du Général de Gaulle
78000 VERSAILLES
lemolière@voila.fr
Site : restaurant-versailles.eu