RSS
 

Archives de la catégorie ‘Upinsky’

IMAGE, RÉALITÉ, VÉRITÉ

23 Sep

Une Table ronde télévisée de KTO dans le cadre des Mardis des Bernardins a été organisée le 20 septembre 2011 à 20h, au Collège des Bernardins, 20 rue de Poissy, Paris (préparée par l’Académie Catholique de France).

IMAGE, RÉALITÉ, VÉRITÉ

Notre société moderne se caractérise par le fourmillement des images et leur rôle de plus en plus important dans la vie de chacun, et même des enfants : télévision, imagerie médicale, mondes virtuels de l’Internet et des réseaux sociaux, etc. Quelles transformations en découlent ? Comment les images peuvent-elles être de bons serviteurs et non de mauvais maîtres ?

Monsieur Arnaud Upinsky a développé, au cours de cette émission, des arguments sur « le contrôle du cerveau à travers l’image ».

« La question qu’il y a derrière toutes ces images, c’est qu’il y a des valeurs… »

« Qui dit Vérité, dit Mensonge… mais qui fait le choix ?… Nous vivons dans un déferlement d’images par New-York, par Hollywood, par la Vallée de San Fernando… »

« Nous vivons dans un patrimoine et nous avons un système médiatique qui diffuse des images qui sont à l’inverse des images du patrimoine ! Et la question qui se pose dans ce patrimoine, c’est pas les murs, c’est quelles sont les valeurs de ce patrimoine auquel les Français sont attachés ? … »

« Qu’est-ce qui fait que l’on choisit la VÉRITÉ ou le MENSONGE ? »

L’intervention d’Arnaud Upinsky :

Voir l’émission en entier

Visiter le site d’Arnaud Upinsky sur le Linceul de Turin : LA VERITE SUR LE LINCEUL DE TURIN

 

L’information du Système Mondial

29 Déc

L’information du Système mondial

Article réalisé avec la participation du journal Québec Presse
La démonstration est faite :

« Il y a bien UN système d’information mondial », prévient Arnaud-Aaron Upinsky, théoricien de la connaissance, interviewé par le Journal Québec Presse.

Arnaud Upinsky

 

Photo à Paris : L’écrivain Arnaud-Aaron Upinsky, personnage imminent de l’intelligentsia française. Président fondateur de l’Union Nationale des Écrivains de France, mathématicien, épistémologue, titulaire d’une chaire d’épistémologiste en 1998, linguiste, expert en systèmes informatiques, historien des sciences, docteur en philosophie politique, auteur de livres et d’articles de référence.
Photo Québec Presse par Isidore Grao.

 

 

Conséquences démesurées

Les conséquences sans équivoque de ce système sont démesurées, monstrueuses même ! Elles surclassent en tricherie, et de loin, la guerre des mots diplomatiques au cœur des démocraties.

L’avenir planétaire conditionné

par ce système d’information mondiale

Déceptions chroniques chez les intellectuels. Crises aiguës et absence d’avenir ?

Attention ! « L’avenir planétaire est conditionné par ce système d’information mondiale », insiste l’écrivain Upinsky, personnage imminent de l’intelligentsia française, entré en guerre ouverte pour que triomphent les « vérités vitales » de l’avenir planétaire.

Versailles devient une guerre culturelle impitoyable aux yeux de l’auteur de la magistrale « Enquête au cœur de la censure », publiée aux Éditions Du Rocher, Paris 2003.

Arnaud Upinsky

 

Photo : Arnaud Upinsky, de passage à Saint-Germain-des-Prés, au café « Les Deux Magots ».
Photo Québec Presse, Isidore Grao, 2010.

 

Versailles : un cobaye exceptionnel

« C’est la couverture médiatique de Versailles, il y a deux ans qui nous a fait toucher du doigt à quel point il y bien UN « système d’information mondial » (théorème d’existence) », révèle Upinsky dont la démarche à bout portant vise l’esprit contaminé par la censure dont l’enjeu d’hégémonie culturelle se joue à Versailles, entre le « modèle universel d’excellence » de la Civilisation européenne et la « barbarie impérialiste » du modèle culturel New-Yorkais, expose le président et de l’Union nationale des Écrivains de France et de la Coordination Défense de Versailles.

 

Wikileaks et Wiki-brother : même combat !


Dans un communiqué de presse mondial, la Coordination Défense de Versailles fait ici une percée retentissante —avec des lendemains juridiques très attendus— dans ce « système d’information mondial ».

Dieu merci, tout va finir par se tasser et s’arranger ?

Hélas ! Non. Le Communiqué est explicite.

« Il démonte le mode opératoire de ce système d’information mondiale en articulant l’actualité de deux sujets d’importance mondiale : Versailles et Wikileaks », dit encore Arnaud Upinsky.

« Il montre comment ce système permet de passer  totalement sous silence l’information décisive ( l’Empereur du Japon ) et pour organiser, ensuite, un battage médiatique mondial autour de son image « dénaturée » et recomposée en leurre ( l’Empereur Sarkozy ), aveuglant de tromperie, de duplicité (stricto sensu)  et de dérision à la new-yorkaise. »

 

L’information du Système mondial

Journal "Le Monde"

Ce Système, précise Arnaud Upinsky au Journal Québec Presse, se « prouve aisément par la structure de diffusion de l’information, son panurgisme et ses copiés/collés.

Dans le cas de Versailles, analyser ce système était facile car nous maîtrisons la source, les circuits et que le monde entier s’est emparé du sujet ».

« On avait à la fois l’exactitude, l’importance du sujet et l’exhaustivité. C’est un cobaye exceptionnel. Constater que quasiment toute la presse d’Amérique du Nord et du Sud n’est qu’un copié/collé du New York Times, à un tel point, fut une révélation.

Journal "New York Times"

« D’autant plus que l’article du NYT avait manqué mon interview. Il a raconté une fable et n’a pas voulu la rectifier…. C’était donc « ça » le Système mondial… Il restait à savoir si le panurgisme était l’effet du hasard ou non.

Le choix des cinq média institutionnels « élus » par l’ennemi n° 1 est énorme ! et répond de lui-même à la question. »

 

 
 

Pourquoi l’exposition de Jeff Koons n’a rien à faire à Versailles

10 Sep

10 septembre 2008,  à partir de 7 h 00 –  Pourquoi l’exposition de Jeff Koons n’a rien à faire à Versailles ( sur RFI, France Inter, Radio Bleue et France Info).

Interviewé par Isabelle Raymond qui lui demande « Pourquoi l’exposition Jeff Koons n’a rien à faire à Versailles », Arnaud-Aaron Upinsky, Président de l’Union Nationale des Écrivains de France répond :

Arnaud Upinsky

«  Cette exposition n’a plus à faire à Versailles que les OGM dans les champs. Pour nous ce sont des œuvres génétiquement modifiées. On a affaire à un phénomène d’artistes qui ont besoin d’une œuvre classique pour se valoriser. C’est un sacrilège de notre patrimoine.
Organiser une telle exposition dans le château est un outrage à l’œuvre de Louis XIV. C’est pourquoi ce projet est ressenti par tant et tant de Français comme une véritable souillure de ce que notre patrimoine et notre identité ont de plus sacré, en partage avec tous les européens, les États-Unis et le monde entier puisque Versailles est inscrit au patrimoine de l’humanité.
Il n’a rien a faire à Versailles dans la mesure où c’est la captation d’une œuvre. Jeff Koons dit : « Je veut capter l’harmonie du Lieu » mais l’harmonie, il la perturbe comme quelqu’un qui dit qu’il veut capter le silence en faisant du Tamtam.
Mettre, dans le Salon d’Hercule, une poupée gonflable magenta qui voisinera avec les couleurs vénitiennes du Repas de Véronèse, une lune en inox dans la Galerie des Glaces …?  Il y a un clin d’œil. Parce que la lune, c’est pour remplacer le Soleil. Donc c’est un scénario de dérision : on veut remplacer le soleil par la lune ; on veut remplacer Louis XIV par Jeff Koons ; on veut remplacer La France par les États Unis.
Ce qui est extrêmement choquant. On avait dit qu’il n’y aurait rien de pornographique. Directement il n’y a rien de porno. Mais indirectement , le Large Vase of Flowers qui est mis dans la chambre de la reine, vient de la galerie porno de Jeff Konns, comme son auto portrait. Un homme, quelqu’un qui offre un bouquet de fleur qui vient d’un cimetière, d’une poubelle, ce n’est déjà pas gentil. Mais quand ça vient de Jeff Koons qui s’est fait connaître en montrant son sexe au monde entier, quand ça vient de sa galerie porno, eh bien c’est un outrage à la reine Marie-Antoinette dont on parle tant. »
Pourrait-on valoriser Versailles autrement ?
« C’est comme un cambriolage. On nous dit qu’on va changer notre regard ; on nous dit qu’on va changer notre histoire ; on nous dit qu’on va changer notre philosophie. Jeff Joons, qui est-il pour nous faire cette leçon, compte tenu de ses antécédents ? Une fois que vous êtes cambriolé vous ne voyez plus votre  appartement de la même manière Donc on nous incruste dans la tête des images qui vont perturber complètement toute l’iconographique du château.
Bien entendu, chacun a le droit de développer son art. Mais ici c’est un art de dérision, c’est un scénario qui est fait pour nous ridiculiser, ridiculiser notre œuvre et effectivement pour faire monter la cote de Koons. Et cela c’est admissible.
Alors comme au sport. Chacun peut courir. Mais quand on ne peut pas forcer l’admiration, comme c’est la fonction beau, on ne vous dit pas regarder comme c’est beau. On dit regarder comme c’est cher ; regardez comme la cote monte. C’est inadmissible. Il a sa place ailleurs.
On est dans un phénomène qu’on peut qualifier de parasitisme dans la mesure où on nous dit que ça ne peut vivre que sur le classique.
Ça va à l’opposé de nos intérêts vitaux. Versailles sert de vitrine au Comité Colbert qui est le comité de l’art Français. C’est le savoir faire français qui est ridiculisé. Parce que si on n’est pas capable de faire des poupées gonflables en France et qu’on doit aller à New York, c’est une dérision. En fait, cela nous ridiculise et tout le monde sait au siècle de l’information que ce sont nos codes culturels, politique et historiques que le monde nous envie.
Et en consacrant Jeff Koons 1er roi de Versailles, on montre que le la quintessence, le  summum de l’art n’est plus à Paris, n’est plus à Versailles, il est à New-York ».