RSS
 

Archives de la catégorie ‘Trônes’

Versailles transformé en vitrine de déchéance de la France

08 Mar

MÉLANGE DES GENRES, AVEUGLEMENT :  APRÈS MICHÈLE ALLIOT-MARIE,
J.-J. AILLAGON ?

______________

À VERSAILLES, LE LAVAGE  DE  CERVEAU DES « TRÔNES »  :

SYMBOLE D’UNE FRANCE SANS VOIX ET SANS DIPLOMATIE  !

______________

À NOUVEAU J.-J. AILLAGON NA PAS TENU SON ENGAGEMENT de ne plus faire d’exposition d’objets hétéroclites dans les Grands Appartement Royaux, n’ayant rien à voir avec le style, l’époque et la mémoire du lieu, à seul fin d’y pérenniser les expositions new-yorkaise de dérision (Le Monde 3 sept. 2010 et Communiqué 11 janv. 2011). Son exposition des « trônes » consacre une politique de mélange des genres suicidaire !

█   14 DÉCEMBRE 2007, KADHAFI À VERSAILLES « C’EST UN GRAND ÉVÉNEMENT ! »,

Kadhafi à VersaillesLe trône postiche en « carton pâte » de Louis XIV installé par ses soins, voilà le fantasme récurent que J.-J. Aillagon avait tenu à présenter, lui-même, à Kadhafi, vêtu d’un blouson d’aviateur en cuir et accompagné d’un cortège de 25 voitures sous haute protection policière, en l’accueillant d’un claironnant : « C’est un grand évènement ! » Tandis que Le chef Libyen s’attardait longuement devant ce ridicule et prémonitoire trône en carton pâte, à la Koons, J.-J. Aillagon, qui se vante de changer le regard du monde entier sur Versailles, lui avait doctement « expliqué » : « C’est là que le roi recevait les ambassadeurs ». Le colonel Libyen avait signé le livre d’or en arabe.

 

█   10 SEPTEMBRE 2009, AVEC JEFF KOONS 1er À VERSAILLES,

Jeff Koons à VersaillesEn sacrant Jeff Koons 1er sur le trône de Louis XIV, le 10 septembre 2008, le faiseur de rois de dérision, J.-J. Aillagon, avait lancé sa nouvelle politique affairiste de confusion des genres, par l’intronisation du « chouchou » de son ancien patron François Pinault, en exposant 6 objets de sa collection sur les 17 de l’exposition. À l’époque, le triomphalisme du mélange des genres (Art, Argent, Pouvoir) osait encore afficher le succès de son OPA réussie sur la Vitrine des Grands Appartements Royaux dans Ouest France du 6 septembre 2008.

 

█   27 FEVRIER 2011, MICHÈLE ALLIOT-MARIE DÉTRÔNÉE, en nouvelle victime symbolique du mélange des genres et d’une annulation de la France mis au cœur de la politique culturelle de l’État à Versailles.

 

█   1 MARS 2011, OUVRANT L’EXPOSITION « TRÔNES » en majesté, sinistre enfilade de sièges, sans queue ni tête, ni « juge du siège » -, J.-J. Aillagon prétend, contre toute vérité que : « Cette exposition a un intérêt historique évident mais également une véritable portée civique car plus les citoyens comprennent les ressorts de la vie politique, dit-il, et plus ils exercent leurs propre responsabilités de façon pleine et lucide » :

 

Béatrix Saule

–         ALORS QUE BÉATRIX SAULE1, Conservateur en chef au château de Versailles depuis 1975, au bulletin du centre de recherche du château de Versailles, consacré aux « Insignes du pouvoir et usages de cour à Versailles sous Louis XIV, a établi qu’à Versailles : « Le trône a valeur de contre exemple. Ce siège, qui aujourd’hui apparait comme la marque du pouvoir par excellence, compte peu à Versailles où, dit-elle, il n’est pas entouré de marque de respect. Il ne requiert ni salut, ni révérence. Les courtisans, non plus que le roi lui-même, ne lui accordent l’importance à laquelle on pourrait s’attendre. »

 

LA COORDINATION DÉNONCE UN VERSAILLES transformé en vitrine de déchéance de la France — engagements non tenus, détournement mémoriel des Grands Appartements Royaux transformés en bazar d’objets hétéroclites annulant leur pouvoir d’évocation symbolique, politique de marchandisation du patrimoine rendant le Message culturel de la France illisible et sa Diplomatie sans voix, mélange des genres allant jusqu’à présenter un contre-exemple — et donc une contre-vérité – comme un prétendu moyen pour que « les citoyens comprenne les ressorts de la vie politique ». DEVANT UNE TELLE DÉCHÉANCE, elle renouvelle sa demande de démission de J.-J. Aillagon adressée au Président de la République dans sa lettre du 21 sept. 2010 (cf. site).

Arnaud Upinsky, Président de l’UNIEF/Coordination Défense de Versailles

Contact presse : euclidien@orange.fr et   tel : 06 01 76 20 79

  1. Voir « Le mot de Béatrix Saule, commissaire de l’exposition » : http://coordination-defense-de-versailles.info/html/2011/Lemot-B.Saule.html []
 
 

À Versailles, Nouvelle Dérision New-Yorkaise de la Majesté

11 Jan

NON ! à l’exposition-leurre : « Trônes » en majesté au château de Versailles

« Trônes » en Dérision

______________

À VERSAILLES, NOUVELLE DÉRISION NEW-YORKAISE DE LA MAJESTÉ : COMMENT UN TRÔNE PEUT EN CACHER UN AUTRE !

___________

EN ANNONÇANT AU MONDE ENTIER LE SUBTERFUGE de sa nouvelle exposition de dérision new-yorkaise de la majesté du lieu – « Trônes » en majesté au château de Versailles –, en prétendant qu’une « cinquantaine de trônes emblématiques permettront au public de mieux comprendre l’universalité de la représentation ASSISE de l’autorité, qu’elle soit religieuse ou politique », le monarque J.-J. Aillagon renie son double engagement de ne plus faire d’exposition « parasite » dans les Grands Appartements Royaux. (voir la vidéo ci-dessous)

IL PREND À NOUVEAU LES GENS POUR DES « KOONS ». Toute l’astuce consiste à flatter la fibre « royaliste » d’amoureux du patrimoine qui seraient assez candides pour ne pas voir que cette « foire des trônes », cette prétendue leçon de représentation « assise » de l’autorité qui fait mine de glorifier la « monarchie » ne sont, en vérité, qu’une mystification new-yorkaise de plus, ne visant qu’à pérenniser le Principe d’utiliser les Grands Appartements Royaux comme bazar d’expositions spéculatives d’objets disparates, qu’à légitimer le « détournement » de vocation de ce lieu de mémoire, ce sanctuaire mondial d’excellence du patrimoine, ce drapeau de la France comme première destination touristique au monde.

IL ÉCLIPSE « SCIENCES ET CURIOSITÉS À LA COUR DE VERSAILLES », cette superbe exposition, en cours, permettant au public d’admirer l’universalité rayonnante de la représentation DEBOUT de l’autorité du Roi-Soleil posant les bases, scientifiques et institutionnelles, de l’État moderne.

IL MONTRE QU’IL VEUT À TOUT PRIX poursuivre sa politique de vampirisation des Grands Appartements comme vitrine promotionnelle d’art spéculatif international, comme « pivot mondial obligé, nécessaire à la sacralisation de la création de fausses valeurs (ex nihilo) de l’art des marchés régnant à New-York1 ». Système consacré par Frédéric Mitterrand qui vient de remettre les insignes de Chevalier de la Légion d’honneur à Larry Gagosian, le marchand d’art New-yorkais « sacré personnalité la plus influente du monde de l’art en 2010 par le magazine britannique ArtReview et qui part à la conquête de Paris » !

IL CHERCHE À CACHER CE JEU DE DUPES. En livrant Versailles au simulacre du sacre de Jeff Koons 1er, installé à la place du trône de Louis XIV2, J.-J. Aillagon s’est pris pour le nouveau Roi de Versailles, faiseur de rois de dérision d’art New-Yorkais se moquant des valeurs patrimoniales du peuple français. Si J.-.J. Aillagon se dit « royaliste » et se pose en digne continuateur de « la meilleure des traditions royales », c’est pour s’arroger le « droit » d’agir en monarque absolu dénué de toute légitimité démocratique. En tentant de faire passer Louis XIV pour un roi « assis », il cache le trône de sa dictature !

 

C’EST AINSI QUE, POUR PRÉSERVER SON TRÔNE ET SON DROIT RÉGALIEN de « couronner » les artistes chouchous du groupuscule d’artistes internationaux inféodés au modèle composite New-Yorkais, pour tenter de casser la résistance culturelle à sa « dictature », J.-J. Aillagon cherche désespérément à détourner l’attention des gogos sur « la représentation assise de l’autorité » royale ou religieuse. C’est pour mieux cacher l’opacité de son propre pouvoir « administratif » et l’arbitraire du pouvoir féodal des rois des Marchés d’art régnant sur Versailles. C’est en vue de camoufler la mise en cause croissante de sa propre « autorité », assise sur des préjugés douteux exposés au Président de la République3 pour la démission de J.-J. Aillagon dans une lettre reprise par Harper’s Magazine, le prestigieux Magazine des États-Unis qui pourrait être l’annonciateur de sa fin de règne.

Arnaud Upinsky, Président de l’UNIEF/Coordination Défense de Versailles

Contact presse : euclidien@orange.fr et  tel : 06 01 76 20 79

  1. Cf. Manifeste Culturel International de Versailles du 14 septembre 2010 []
  2. Cf. Notre lettre du 2 septembre 2008 au Président de la République []
  3. Cf. Notre lettre du 21 septembre 2011 au Président de la République []