RSS
 

Archives de la catégorie ‘Sodome et Gomorrhe’

Journal Québec Presse : ARNAUD UPINSKY : LUDOVINE DE LA ROCHÈRE SIGNE-T-ELLE LA CHUTE SYMBOLIQUE DU RÉGIME ?

16 Mai

LUDOVINE DE LA ROCHÈRE SIGNE-T-ELLE LA CHUTE SYMBOLIQUE DU RÉGIME ?

Date 16/5/2013 19:30:00 | Sujet : ARNAUD UPINSKY

MANIF POUR TOUSDU 26 MAI 2013 : « NOUS SOMMES ICI CHEZ NOUS ! »
En appelant à la

LIBÉRATION de Paris

 

La France de la Vérité contre

le Pouvoir du Mensonge

 

Ludovine de La Rochère (photo)

signe-t-elle la chute SYMBOLIQUE du Régime ?

 

JOURNAL QUÉBEC PRESSE

PARIS — Le jeudi 16 mai 2013

Par Arnaud-Aaron UPINSKY

http://coordination-defense-de-versailles.info

Allez sur:   http://journalquebecpresse.org/modules/news/index.php?storytopic=40&storynum=25

 

Alors que l’ancien premier ministre, François Fillon, demandait que La Manif Pour Tous renonce à sa grande manifestation nationale du 26 mai 2013 qui, selon lui, mettrait en péril les Institutions du Régime, Ludovine de la Rochère,

Présidente de La Manif PourTous, a conclu sa manifestation du 5 mai dernier par un vibrant appel des Français à la mobilisation générale.

 

Agitant solennellement un immense drapeau tricolore (photo), Ludovine de la Rochère a proclamé que La Manif Pour Tous du 26 mai « Investirait Paris par le Nord, par le Sud, par l’Est et par l’Ouest » !

 

Dans l’immense bras de fer opposant la France au Gouvernement, est-il concevable que le Régime lui-même soit ainsi menacé d’effondrement par une Révolution de la Vérité parti du viol du simple mot « mariage » ?

Effondrement ou Renaissance, la politique étant d’ordre symbolique c’est dans la grille de lecture de ses valeurs fondatrices qu’il faut chercher la réponse à une telle disproportion.

 

« Nous sommes ici chez nous pour rendre l’injustice visible »

 

 

Avec l’appel de Ludovine de La Rochère à la libération symbolique de Paris, l’histoire se renouvelle. Le 25 août 1944, de l’hôtel de ville de Paris libéré, le Général de Gaulle lançait sa fameuse apostrophe à l’occupant :

 

 

« Nous sommes ici chez nous ! ».

 

Le 24 mars 2013, aux Champs-Élysées libérées, La Manif Pour Tous lançait au régime policier qui prétendait interdire aux Français leur propre territoire, son fameux cri de guerre : « On est chez-nous ! »

 

Ce jour-là, par son arrogance, son mépris et sa bêtise, en réprimant sauvagement le droit à la liberté d’expression des femmes et des enfants, gazés et frappés au seul motif de révéler au monde entier le viol des consciences, du Droit et de la Démocratie, perpétré par un Président se comportant en dictateur par le Mensonge d’État de son faux mariage, le Régime venait de « rendre visible » aux Français sa véritable nature totalitaire.

 

Il venait de libérer une soupape d’expression à un peuple bafoué dans ses valeurs patrimoniales les plus sacrées, saigné à blanc par une fiscalité impitoyable et soumis à une oppression d’autant plus révoltante qu’elle drape toujours ses forfaits dans le miel de belles paroles et de valeurs prétendument humanitaires.

 

Il venait à son insu d’enclencher un processus révolutionnaire de vérité, inéluctable, dont personne n’avait prévu la soudaineté, la force et la détermination croissante, mais dont la mécanique symbolique de libération devait désormais pousser sa logique jusqu’à ses ultimes conséquences.

 

 

 

Le viol du mot « Mariage »,

le Mensonge d’État de trop !

 

Ce n’est pas l’État qui a créé le mariage mais l’inverse. Microcosme d’intelligence du monde, école de vie, d’altérité et d’autorité ; modèle primordial de toute société ; matrice d’invention de la France ; le Mariage est le prototype de toute Institution politique, de tout principe d’autorité.

S’y attaquer c’est se suicider. Jusque-là, confiants dans leurs Institutions, les Français avaient tout supporté. Mais en présentant le Mensonge d’État, le viol des Consciences, du prétendu « mariage homosexuel pour tous », comme un superbe progrès de Civilisation, alors qu’il est en réalité une révoltante régression dans la Barbarie, le Régime confiant dans ses subterfuges et sa police venait d’ouvrir définitivement les yeux d’un Peuple pacifique et docile à l’autorité, mais découvrant soudain avec effroi et horreur que le Régime qu’il croyait être son défenseur naturel était son pire ennemi !

 

« Démocratie de cons » pour tous

 

Découvrant l’État prédateur du Bien public sous le masque du Tartuffe, ouvrant enfin les yeux pour inverser leur regard symbolique, les Français révoltés se sont alors découverts les dindons de la farce d’une démocratie, en trompe-l’œil, qui leur est jouée à leurs dépens depuis des lustres : les dupes méprisés d’une véritable « Démocratie de cons ».

 

Une mystification fonctionnant à l’image du film culte le « Dîner de cons » où l’invité d’honneur — ici le Peuple souverain — est tourné en dérision par ses hôtes — ici ses faux « Représentants » députés, grassement payés pour ruiner le pays dans tous les domaines : l’art français tourné en dérision, l’enseignement, la justice, l’économie, la désindustrialisation, la dette publique gigantesque (pour le moins 1800 milliards pour rien !), etc. … jusqu’au mépris de la langue française dans l’enseignement supérieur qu’ils veulent voir supplantée par l’anglais… pour son bien, comble de la trahison !

 

Délégitimation des Institutions

 

Dès lors, la délégitimation en chaîne des Institutions du Régime de dupes — ne prenant les Français QUE pour des cons…(1) — devait se dérouler comme un théorème. Par effet domino, c’est tout respect de l’Autorité qui s’est alors effondré en France. D’abord le respect d’une police politique se livrant à de sournoises provocations et à des rafles aveugles.

(1) — Cf. “Lettre ouverte à tous les Français qui ne veulent plus être pris QUE pour des cons”, de Philippe Guilhaume, Albin Michel 1992, d’après “Comment vous aurez tous la Tête coupée ou la parole coupée”, d’Arnaud-Aaron Upinsky, O.E.I..L., 1991.

 

Puis, en série : celui d’un ministre dénonçant d’imaginaires extrémistes ; d’un Parlement fantoche ; de partis complices offrant le spectacle délégitimant d’un simulacre de démocratie ; d’un Ministre de la Justice moqueur et arrogant paré des plumes de l’Égalité ; d’un Gouvernement godillot désavoué par près de 80 % des Français et sourd à une mobilisation sans précédent depuis la Libération ; de « la force injuste de la Loi » (Mitterrand), violant la Vérité de la langue sans laquelle toute justice n’est qu’un vain mot. Enfin celui du Régime frappé d’illégitimité dans tous ses Signes d’Autorité, pour devenir le Symbole même du Mensonge d’État alors que la Rue, elle, devenait Symbole de Vérité !

 

Inversion des valeurs symboliques d’Autorité

 

C’est ainsi qu’en sept mois, la boîte de Pandore du faux mariage pour tous, sapant l’autorité du Régime a conduit à l’ultime inversion des rôles symboliques entre le Président Hollande et la Rue.

 

Mai 68 proclamait « Il faut apprendre l’irrespect ». En mai 2013, partout en France, les symboles et les agents du pouvoir en déplacement sont désormais la cible de « l’irrespect » croissant des Français ! Les discours de l’Autorité n’accrochent plus que le vide, plus personne n’y croit. Le Gouvernement, héritier de 68, ne comprend pas qu’il vient de mettre à bas le principe même d’Autorité auquel était suspendu son pouvoir. Il ne peut plus compter que sur sa police et ses média.

 

En mai 1968, jamais l’Autorité du Général de Gaulle n’avait été niée ! Tandis qu’à la venue de François Hollande à TF1, le 28 mars dernier, son autorité a été niée d’une manière symbolique on ne peut plus outrageante lorsque les manifestants se sont mis à scander en cœur, en le prenant pour cible :

« CRS, tourne-toi, la racaille est derrière toi ! »

 

Ceci à l’école des leçons de démocratie et de Révolution dont le pays est perfusé depuis 1881, comme l’a souligné Le Point du 18 avril dernier « Sommes-nous en 1789 ? ». Avec la tête de Hollande au bout d’une « pique » le 21 avril comme le 5 mai, le Régime a ainsi perdu la main du Pouvoir symbolique d’Autorité morale qui est désormais dans la Rue où la jeunesse en première ligne défie les élus frappés d’insignifiance en scandant :

« Nous sommes l’Élite ! »,

« Nous ne cèderons JAMAIS, JAMAIS, JAMAIS ! ».

 

 

Civilisation contre Barbarie,

deux Symboles irréductibles

 

À l’approche du 26 mai, les positions du Gouvernement et de la vague montante de Manif Pour Tous, sont donc inconciliables. D’un côté la contrefaçon du mariage arbitraire d’État Taubira-Hollande représente le Symbole du Mensonge d’État et la Violence, le camp de la Barbarie destructrice de toute Institution ; de l’autre le Mariage naturel représente le Symbole même de la Vérité et l’Harmonie, le camp de la Civilisation immémoriale des Droits de l’Homme, de la Femme et de l’Enfant.

Contre la guerre d’anéantissement de la Civilisation et de ses valeurs humaines les plus sacrées, déclarée par la Barbarie, la Résistance ne peut qu’être totale.

 

« Tout royaume divisé contre lui-même périra », l’inexorable retour de la Vérité. Dans le face à face actuel entre la France de la Vérité et le Régime du Mensonge, François Fillon voit donc le danger à l’envers. Ce n’est pas la Manifestation de la Vérité pour tous qui menace les Institutions, mais bien le Mensonge d’État Hollande-Taubira contre tous, érigé en dogme au Parlement et dont le chef d’État s’est fait le champion.

Comme vient de le rappeler Jérôme Cahuzac avec une force symbolique inouïe mettant en évidence la contradiction mortelle du Régime : « C’est moins grave de mentir pendant quinze secondes devant 577 députés que de mentir depuis un an sur l’état de la France, comme le fait François Hollande… ». « N’oublions pas que la violence ne vit pas seule, qu’elle est incapable de vivre seule : elle est intimement associée, par le plus étroit des liens naturels, au mensonge. » disait Soljenitsyne aux Écrivains.

La violence est dans le camp du Mensonge d’État. À l’inverse, aux cris de « Un père une mère, c’est élémentaire », « Hollande, ta loi, on n’en veut pas », « On est chez nous » et avec pour effigie « La Vérité guidant le Peuple », la révolution de la Vérité en cours, c’est le retour des vraies valeurs d’enrichissement matériel et moral. À l’évidence, au-delà de l’abrogation de la Loi Taubira, c’est à la mise hors la loi du Mensonge et du parjure d’État, comme condition de salut public d’une Renaissance des Institutions et de la Reconnaissance des Élites, qu’invite la Libération symbolique de la Capitale — occupée par le Mensonge — par ses quatre points cardinaux Nord, Sud, Est et Ouest. Ceci pour inverser la spirale de délégitimation de l’Autorité et du déclin du pays. Quel authentique démocrate pourrait sérieusement s’inquiéter de cette mise en perspective symbolique et démonstrative du nécessaire retour de la Vérité, pacificatrice et fructueuse, à la tête des Institutions et de l’État ?

 

 

 

 

 

 

Photos : LUDOVINE DE LA ROCHÈRE, Présidente de « La Manif pour Tous »

 

—————————————————————————————-

Qui est Arnaud-Aaron UPINSKY ?

http://coordination-defense-de-versailles.info

PHOTO : Arnaud-Aaron UPINSKY.

Écrivain, Président fondateur de l’Union Nationale des Écrivains de France.

Mathématicien.

Épistémologue.

Titulaire d’une chaire d’épistémologiste en 1998.

Linguiste.

Expert en systèmes informatiques.

Historien des sciences.

Docteur en philosophie politique.

Auteur de livres et d’articles de référence.

Selon l’expression consacrée, il fait partie de l’intelligentsia française.

Photo exclusive : novembre 2010, par Journal Québec Presse, Isidore Grao de Nice.

Arnaud Upinsky, Président de l’UNIEF/Coordination Défense de Versailles

Contact presse :

courrierposte@orange.fr et tél. : 06 01 76 20 79

Sites : coordination-defense-de-versailles.info ;

BLOG CANADA-FRANÇAIS : http://canada-francais.coordination-defense-de-versailles.info

 

Versailles, acteur-clef de l’Art et de la Politique

 

Cliquez sur :

http://journalquebecpresse.org/modules/news/index.php?storytopic=40&storynum=25

Cet article provient de Journal Québec Presse
http://journalquebecpresse.org

L’adresse de cet article est :
http://journalquebecpresse.org/modules/news/article.php?storyid=3240

 

Journal Québec Presse : ARNAUD UPINSKY : VERS UNE RÉVOLUTION MONDIALE ?

28 Avr

Coordination Défense de Versailles

Date 27/4/2013 19:10:00 | Sujet : ARNAUD UPINSKY

Vers une révolution mondiale ?

LE RÉGIME FRANÇAIS ABAT SA DERNIÈRE CARTE :
LA TRAHISON SUBTILE !

 

 

LA LECTURE NAÏVE DE LA DÉMOCRATIE, C’EST FINI !

 

Pour faire barrage à la « MANIFESTATION » de la vérité,

le régime abat sa dernière carte :  LA TRAHISON SUBTILE !

 

 

JOURNAL QUÉBEC PRESSE

PARIS — Le samedi 27 avril 2013   Communiqué de presse, Manif-Pour-Tous

 

  Par Arnaud-Aaron UPINSKY       

Allez sur :   http://journalquebecpresse.org/modules/news/index.php?storytopic=40&storynum=25

 

1— Jusqu’où la Révolution ira-t-elle ?

 

« Comment naissent les révolutions ? Sommes-nous en 1789 ? »« Comment naissent les révolutions ? Sommes-nous en 1789 ? »

C’est la question du jour, depuis la manifestation du 24 mars 2013, reprise par l’hebdomadaire Le Point du 18 avril, cinq jours à peine avant le vote « solennel » au Palais Bourbon du projet de loi Taubira-Hollande, censé clore le débat !

vert_55555_400

Photo : La tête du président Hollande au bout d’une perche dans la « Manifestation-pour-tous » du21 avril 2013.

 

La Révolution est dans la rue. Deux jours avant le vote, la manifestation monstre du Dimanche 21 avril s’est ouverte sur l’image symbolique de la tête du Président Hollande emperruqué au bout d’une « perche ».

La Révolution est au Palais Bourbon.

Lors de la séance de vote de mardi 23 avril, interrompue par de jeunes manifestants brandissant une banderole « Référendum ! », le Président Claude Bartolone a fait monter d’un cran la pression « révolutionnaire » en criant : « Qu’on sorte ces ennemis de la Démocratie » « Les ennemis de la démocratie n’ont pas de place dans cet hémicycle ! »

Et le soir même, après la manifestation quotidienne, la foule a repris de plus belle : « Hollande, ta loi, on n’en veut pas ! », « On ne lâchera JAMAIS, JAMAIS, JAMAIS ! ». La gendarmerie a été complètement débordée devant une jeunesse de France résolue, reprenant son slogan révolutionnaire né le 28 mars lors de l’intervention de F. Hollande tentant déjà de calmer le jeu à la télévision : « CRS, tourne toi, la racaille est derrière toi ! »

Après un vote « final » inopérant, le Ministre de l’intérieur a demandé de faire baisser la « tension » et le lendemain Hollande est à nouveau intervenu à la télévision pour lancer un appel à l’apaisement, en vain. Quand l’heure est venue, la spirale de la Révolution suit son cours :

« Charles 1er a péri pour avoir résisté, Louis XVI pour ne pas avoir résisté », constate Napoléon.

2— Quelles sont les chances d’aboutir de cette Révolution du 24 mars ?

Pour répondre à cette question il faut bien comprendre ce qu’est cette révolution, quels sont ses enjeux de vie ou de mort pour la France, ressentis par sa jeunesse, quels sont déjà ses acquis, moraux et matériels, et savoir enfin quel marché de dupe a été passé la semaine dernière, dans les coulisses, entre ses meneurs, les parlementaires et le Gouvernement !

Il faut savoir comment Frigide Barjot, la tête de proue médiatique de La Manif Pour Tous, pour sauver le Régime a écarté l’arme morale et juridique la plus forte, l’anti-constitutionnalité de l’article 1 de la loi Taubira donnant une définition fausse et illégale du mot mariage, accomplissant ainsi la trahison la plus symbolique qui soit au regard du statut constitutionnel de la langue française dont l’Académie Française est garante. Frigide Barjot n’a pas voulu déclarer hors-la-loi la Loi Taubira et son professeur de Science Po, François Hollande, coupable de forfaiture, alors que c’était l’arme absolue de la victoire ! Elle ne veut donc pas de cette victoire, pourquoi donc ?

3— Mais d’abord, qu’est-ce que la Révolution du 24 Mars ?

Une Révolution c’est un Principe, un mot, une idée, conduisant à l’inversion de la phrase politique au profit d’une nouvelle vision, d’une nouvelle manière de penser, d’un nouveau régime et donc d’une nouvelle catégorie d’hommes de gouvernement. La littérature permet de suivre l’éclosion de telles révolutions jaillies à partir d’un nouveau « mot révolutionnaire » : tel le mot « nature » de Rousseau contre le classicisme, tel le mot « liberté » de 1789 ; tel le principe de « nationalité » de 1848 ; tel « l’Interdit » d’interdire de 1968, etc. Et le nouveau « mot révolutionnaire » d’aujourd’hui, c’est la « Vérité » qui prend conscience d’elle-même en parallèle avec la découverte du mensonge d’État dont l’affaire Cahuzac est le symbole du jour. La Révolution du 24 mars, c’est l’ère de la Vérité s’ouvrant après celle de la Liberté !

 

4— À l’évidence, cette Manifestation de la Vérité, incarnée par la « manif pour tous », est la revanche de la femme sur les féministes et sur un État sectaire et sexiste qualifiant ignominieusement les femmes au foyer de « sans emploi » !

Le bonheur de la mère à l’enfant. Manifestation pour tous du 21 avril 2103.

Photo : Le bonheur de la mère à l’enfant. Manifestation pour tous du 21 avril 2103.

 

C’est celle des mères de familles bravant la censure pour se rendre enfin visibles avec leur chef d’œuvre : l’enfant qu’elles portent dans les bras, les poussettes, et qui seront « gazés » par une police d’État osant dénoncer des débordements dont l’État est la première coupable : « La violence est dans la loi, pas chez nous ! », dira Frigide Barjot ! La vérité est que ce sont l’homme et la femme qui se marient, eux-mêmes, pas l’État totalitaire, simple porte-plume. Même l’Église reconnaît que ce sont les époux qui se donnent eux-mêmes le sacrement ! La vérité, est que ce sont les femmes qui sont en première ligne de ce combat : les mères de familles avec leurs enfants en tête des manifestations, Christine Boutin, Béatrice Bourges, Frigide Barjot, Ludovine de la Rochère, les femmes du mur de la paix qui constituent une chaîne ininterrompue de mères pour veiller jour et nuit sur la vérité de la filiation humaine, pouvant aller jusqu’à la grève de la faim, si le Président ne bouge pas pour suspendre la loi Taubira et la soumettre à un Référendum. Reconnaissables à leurs écharpes blanches elles étaient rassemblées devant le Mur de la Paix sur le Champ-de-Mars. Le Mariage et la filiation de l’enfant, c’est d’abord et ontologiquement une affaire de femme !

 

5— C’est la chronologie qui met en lumière la marche triomphale du soulèvement de la France entière pour la Défense du vrai mariage et de la vraie filiation.

À l’école des faits, l’acquis moral et matériel, c’est la découverte de la censure d’État, du déni de Vérité et de Démocratie, par l’État totalitaire. Cette réalité, les manifestants pacifiques la découvrent au quotidien à coup de matraque, de gazage et de mensonges officiels.
Ils apprennent à comprendre et à se battre. Ainsi du traquenard du 24 mars (la manifestation étant bloquée dans un cul-de-sac, immobilisée en face des Champs-Élysées refusés de défiler), avec ses brutalités policières gratuites, ses manipulations de l’information et de l’image qui ont mis au grand jour, aux yeux des plus timides, les pratiques de l’État totalitaire. Ils verront dans cette image du cul-de-sac, celle du matraquage et du gazage dans le piège des bouches de métro. Ils se souviendront de la technique du métro Charronne, de sinistre mémoire, comme du guet-apens médiatique !

 

6— Le film chronologique des faits parle de lui-même. Samedi 6 avril, tirant les conclusions du choc révolutionnaire du 24 mars, Le Monde titre « Le système est aujourd’hui à bout de souffle », l’historien Pascal Ory reconnaissant dans la crise actuelle l’expression d’une « délégitimation des institutions ».

Ludovine de La Rochère à la. Manifestation pour tous du 21 avril 2103.

Photo : Paris, Ludovine de La Rochère à la. Manifestation pour tous du 21 avril 2103.

 

« Depuis deux cents ans, en effet, nos institutions se sont établies contre une partie de la société ». « Cela explique la facilité avec laquelle peut s’effondrer le système ». Et l’écrivain Christian Salmon en rajoute une couche : « L’affaire Cahuzac sape les deux piliers de la souveraineté de l’État : sa parole et sa signature ». Mardi 9 avril, pour tenter de s’en sortir, le pouvoir provoque le coup de force du « Larousse » contre l’Académie Française et l’Assemblée Nationale en décrétant que la nouvelle et fausse définition du mariage homosexuel pour tous est déjà dans le dictionnaire ! Vendredi 12 avril, l’enquête BVA avoue qu’au moins 56 % des Français sont contre la Loi Taubira ! Le pouvoir s’affole et provoque le coup de force du vote à main levée au Sénat devant un hémicycle à moitié vide et l’accélération du calendrier. Le soir les barrières du Sénat son renversées symboliquement et les journalistes sont stupéfaits d’entendre deux grands-mères « normales » leur expliquer comment elles viennent de découvrir que l’État était totalitaire !

Lundi 15 avril, tirant les conclusions de la réponse de l’Académie Française à sa saisine, l’Union Nationale des Écrivains de France/CDV lance son communiqué dénonçant « La forfaiture de la fausse définition du mariage, au Sénat et au Larousse, [qui] érige en dogme le « Mensonge d’État », défie l’Académie Française et abolit toute allégeance à la loi ». Le jour même, les Français apprennent stupéfait la rafle policière de 67 jeunes campeurs anti-mariage homosexuel, pacifiques, parqués comme du bétail dans un commissariat ( rue de l’Évangile cela ne s’invente pas ) et qui écrivent une Lettre Ouverte au Gouvernement, déclarant « Nous sommes le peuple ! », en appelant à la « Vérité guidant le peuple » et proclamant « Nous ne lâcherons rien » (http://www.ndf.fr/poing-de-vue/19-04-2013/lettre-ouverte-des-67-salopards-au-gouvernement#.UXFzXMrcDFk).

Le 17 avril, le président de la Manif Pour Tous, Ludovine de la Rochère, lors de la manifestation quotidienne du soir menant au Palais Bourbon, se faisant le porte-parole de la jeunesse pour en incarner le message de « La Vérité guidant le peuple » harangue la foule du haut de son char, en appelant à la Révolution de la Vérité contre le Mensonge. Elle martèle de nouveaux slogans incantatoires de Vérité crescendo repris par la foule : « Nous sommes la France », « La diversité est cimentée par le mariage », « Nous sommes le mouvement de libération des Droits de l’Homme », « François retire ta loi », « Un père une mère, c’est élémentaire », « Hollande démission », « Hollande il ment… », « Non au mariage pour tous, oui à la démocratie, oui à la vraie liberté, oui à la conscience », « Non au mensonge, oui à la Vérité » ; « Le peuple de France se lève », « Nous sommes la majorité du peuple français, nous ne sommes pas homophobes, nous respectons tout le monde », « Hollande ta loi on n’en veut pas ». « Non à la loi Taubira, NON, NON, NON ! », « Oui à la vraie filiation, non à son changement, JAMAIS, JAMAIS, JAMAIS ! », « Les jeunes sont là, les générations futures sont là », « Notre expérience de résistance est là et le monde entier nous regarde », « Elle est unique au monde », « Nous agissons pour la France », « On va gagner », « Notre mobilisation ira au-delà des frontières, en Angleterre, aux États-Unis, en Italie, … avec les expatriés qui sont solidaires avec nous », « Vous êtes la France », « Nous ne cèderons JAMAIS, JAMAIS, JAMAIS », « Nous sommes tous déterminés ! ».

Et Frigide Barjot conclut en amorti : « On va à l’Assemblée, vous êtes la Révolution de l’Amour, pour la filiation humaine soit toujours celle d’un homme et d’une femme ». « Les agents sont de braves gens ». « Nous essaierons d’être dignes de vous ». « Évitez les provocations ». Reprenant la parole, Ludovine de La Rochère conclut « Vous êtes le peuple de France, vous êtes ceux qui gardent la vérité de la filiation ». Le soir même, le parterre immobile des veilleurs accroupis devant les bougies font leur apparition. Pacifiques, se recommandant de la vérité, ils feront école dans toute la France, le 25 avril il y en aura 1500 la nuit sur la place d’Armes de Versailles ! Dans la nuit du 18 au 19 avril, clôturant les débats jusqu’à 8 h du matin, les Français atterrés découvrent sur leur écran le néant de l’Assemblée Nationale étrangère à toute exigence de vérité et de démocratie !

7— Le 19 avril, selon l’expression de Clausewitz, c’est le « point culminant de l’offensive » dans le combat crescendo pour la Vérité et contre le mensonge.

Au terme de sept mois de combat, Ludovine de La Rochère, découvre enfin dans l’arme de la Vérité de la langue la clef de la victoire à portée de la main. Elle décide de reprendre la démonstration d’inconstitutionnalité de la fausse définition du mariage Taubira, actée par l’Union Nationale des Écrivains de France, et de relayer sa saisine de l’Académie Française en mettant tout le poids de « La Manif-Pour-Tous » dans la balance, avec « son armée de juristes ! » Elle a compris que la définition falsifiée du mariage est le maillon faible de Taubira. Il suffit de traduire le slogan de la Manif-Pour-Tous « Un père une mère, c’est élémentaire » en termes juridiques pour découvrir que l’art. 1 du projet de loi Taubira donne une fausse définition du mariage violant « les règles certaines » de la langue française garantie par la Constitution, ce qui  rend la loi illégale : c’est la mise hors-la-loi du projet Taubira-Hollande ! C’est l’argument juridique comminatoire, irréfutable. Car comme l’a rappelé l’Académie Française, le gouvernement n’a nul droit de « modifier le vocabulaire et la grammaire du français ! » C’est le coup de grâce pour l’arrogante Taubira qui se targue de plus, connaître le droit que la langue française alors qu’en l’espèce elle viole les deux !

Le 20 avril, forte de cette arme juridique décisive, Ludovine de La Rochère présente alors au Comité de pilotage du mouvement le Communiqué qu’elle a accepté : « LA MANIF POUR TOUS DÉCLARE HORS-LA-LOI LE PROJET DE LOI TAUBIRA » mettant « en accusation le Président de la République pour sa forfaiture » ( cf. ci-joint le texte accepté du communiqué ). Contre toute attente, Frigide Barjot met alors son veto ! Elle rompt ainsi on ne peut plus clairement avec le principe de Vérité qui mobilise la vague de fond des millions d’opposants à la fausse appellation du mariage du projet Hollande-Taubira. Mais son veto au recours à la Vérité de la langue ne fait qu’anticiper sur la nouvelle orientation de « trahison subtile » qu’elle va révéler dès le lendemain aux manifestants et qui est la conclusion d’une semaine décollaboration active avec le Ministère de l’Intérieur, la police, les Parlementaires et le Gouvernement sous l’égide de son ancien professeur de Sciences Po, François Hollande lui-même…

Le 21 avril, elle annonce en effet dans Nice Matin que le collectif de La-Manif-Pour-Tous va désormais investir le terrain électoral dès les prochaines élections municipales de 2014. « Quant à la manifestation prévue le 26 mai prochain à Paris » dit-elle, ce ne sera pas un « baroud d’honneur », ce sera « la première d’une nouvelle ère » et « elle agrégera bien d’autres doléances contre la politique du gouvernement de François Hollande, notamment tout ce qui touche à la famille, au problème de l’euthanasie ».

8— C’est l’annonce d’un changement radical de nature et d’objectif du mouvement qu’elle décrète soudain, deux jours avant le vote du projet par l’Assemblée, au lieu de décréter hors-la-loi le projet Taubira !

Médusés, n’en croyant pas leurs oreilles, les manifestants l’entendent ainsi dire qu’elle rentre en politique, qu’elle préconise désormais un référendum non plus pour ou contre la Loi Taubira, comme elle l’avait toujours dit, mais pour ou contre l’union civile. C’est une échappatoire grossière, une tromperie, une véritable trahison de l’idéal des mobilisés de La-Manif-Pour-tous ! Et, comme prostrée dans son coin, Ludovine de la Rochère, elle qui disait qu’on ne peut être crédible que si on s’applique à soi-même ses principes, en l’espèce la Vérité, — elle qui est restée quasi muette tout au long du parcours, en est finalement réduite à lire un texte insipide et verbeux sur un recours constitutionnel — sans la déclaration d’inconstitutionnalité à raison de la fausse définition de l’article 1 — qui n’a désormais aucune chance d’aboutir, sauf miracle. À l’évidence, tous les partis complices du Régime se sont mis d’accord et Frigide Barjot est de la partie !

9— Ce jour-là, en révélant ainsi sa trahison « subtile » — n’en appelle-t-elle pas à une nouvelle ère (politicienne) plutôt qu’au combat jusqu’à la victoire de La-Manif-Pour-Tous contre la Loi Taubira ! —, Frigide Barjot n’en est pas moins sortie de l’ambiguïté en refusant de dénoncer, même à minima, l’inconstitutionnalité de la loi Taubira à raison du viol, de la Vérité de la langue française et de son Mensonge d’État érigé en dogme. Elle montre qu’elle est passée du camp des opposants à celui des « collabos » en quête de places et de privilèges.

Le 21 avril, elle a d’ailleurs stoppé son interview en entendant « Hollande démission ! ». Elle est désormais du côté du pouvoir, de la police, des manipulateurs et démagogues et non plus des opprimés. Décrivant la technique de la « trahison subtile », Orwell montre comment le pouvoir choisit les chefs de ses opposants et fait leur promotion pour les mettre à la tête de la Révolution, pour l’envoyer dans le mur. Frigide Barjot a ainsi été promue et « consacrée » par les média officiels. Elle a fait le vide autour d’elle au sommet et à la base.

Mais il reste l’immense mobilisation, la libération de la Parole et la Révolution spontanée des veilleurs pour tous, des campeurs pour tous, des mères pour tous … qui lui échappent et qui ne veulent plus de l’inacceptable Mensonge d’État de la loi Taubira. L’avenir de la Révolution passe par eux !

10— Dès le 22 avril, le slogan « Barjot collabo ! » retentit dans la rue et sur le Net !

Ceux qui hier encore voyaient dans son ambiguïté un ciment rassembleur de diversité et de succès y voient désormais une véritable trahison, un danger potentiellement mortel pour l’idéal de pureté et de Vérité de la Révolution du 24 mars. Après la révélation de la trahison subtile de Frigide Barjot, tentant d’embarquer les manifestants au service d’ambitions politiciennes étrangères à tout idéal de Vérité, en mettant son veto à toute mise en cause de l’État hors-la-loi, la question se pose aujourd’hui, avec une acuité extrême, de l’avenir de la troisième étape du combat initialisé il y a sept mois déjà : « Jusqu’où ira la révolution ? »

11— Entre la récupération politicienne du Mensonge d’État et la Révolution, la France est aujourd’hui à la croisée des chemins.

L’histoire apprend qu’une Révolution bien engagée sur son principe fondateur poursuit imperturbablement sa route jusqu’à ce qu’elle rencontre sur sa route un principe opposé ou dominant la dépassant pour la reléguer au rayon des antiquités. Or, la Révolution du 24 mars renverse à la fois celle de mai 68 et celle de 1789, d’un seul coup. Seuls les attardés au pouvoir — se croyant les enfants du progrès comme les derniers partisans de l’URSS et du communisme se voyaient l’avenir du monde jusqu’en 1989 —, n’ont pas vu que ce sont les femmes et les jeunes qu’ils insultent avec leurs slogans d’un autre âge qui, par définition, par droit de « naissance » du « mariage », portent en eux l’avenir de la Vérité, de l’intelligence et de la vie.

Représentant le retour aux vraies valeurs, dont la Vérité est la clef de voute — Justice, Science, Arts et Civilisation —, ils sont le meilleur avenir du monde comme le clamait d’évidence une étudiante : « Nous sommes l’élite de la France ! » Tandis que le camp vermoulu et moisi au pouvoir, de ceux qui se prévalent du divorce, de l’avortement, de la contraception, des sex toys, de l’homosexualité, de l’irresponsabilité, du laxisme et des autres négations, portent incrustée en eux la mort de la Vérité, de l’Intelligence et de la vie. Représentant des contre-valeurs inverses dont le Mensonge d’État est la clef — Iniquité, Obscurantisme, Dérision parasitaire et Barbarie —, ils sont le pire avenir du monde, comme le proclamait à sa manière Marguerite Duras dans son livre posthume La passion suspendue, où elle les a irrémédiablement condamnés, au nom de l’amour même et en ces termes : « Il manque à l’amour entre semblables cette dimension mythique et universelle qui n’appartient qu’aux sexes opposés. (…) Je l’ai déjà dit, c’est la raison pour laquelle je ne peux considérer Roland Barthes comme un grand écrivain : quelque chose l’a toujours limité comme s’il lui avait manqué l’expérience la plus antique de la vie, la connaissance sexuelle d’une femme. » « L’impossibilité de la procréation même, du reste, rapproche beaucoup l’homosexualité de la mort. »

12— Autant dire que la Révolution de la Vérité et de la Vie du 24 mars, ayant conduit les 67 jeunes embastillés à en appeler au nom d’Abraham Lincoln à « La Vérité guidant le peuple », les Veilleurs à proclament « Suis quiconque agit dans la vérité, suis-le tant qu’il est dans la vérité, fuis-le dès qu’il entre dans le mensonge », les dizaines de mères se relayant jour et nuit pour constituer une chaîne ininterrompue pour veiller jour et nuit sur la vérité de la filiation humaine, sont nécessairement la jeunesse et l’avenir du monde, dont Ils savent qu’entre la Civilisation ennoblissant l’homme et la barbarie l’avilissant pour le transformer en numéro et en esclave, c’est désormais une question de vie ou de mort spirituelle. La Révolution du 24 mars, de la Vérité et de la Vie, ne s’arrêtera pas même si elle doit encore trouver sa voie et que son histoire reste à écrire !

Entre la Vérité ontologique que représentent cette jeunesse du monde et l’appel aux combinaisons politiciennes du passé qu’elle tente de sauver, Frigide Barjot va devoir choisir son camp sous peine d’être balayée à plus ou moins court terme par la Révolution en marche. C’est la loi du genre ! Les femmes et la jeunesse du monde veulent désormais un gouvernement vraiment représentatif qui leur ressemble !

13— En conclusion, toutes les conditions de la Révolution au nom de la « Vérité » sont réunies pour une ultime inversion de la phrase politique résultant de la révolte : des femmes et de la jeunesse, contre les hommes d’appareil et la vieillesse; des forces vives de la majorité silencieuse contre les spéculateurs et profiteurs; de la morale contre la corruption ; de la Vérité du Peuple contre le Mensonge d’État !

14— Ceux qui croyaient qu’on arrête une Révolution par l’image télévisée d’un hémicycle à moitié vide votant à mains levées ou le simulacre de démocratie de deux partis complices faisant semblant de s’opposer autour de l’assiette au beurre parlementaire gardée par des escadrons de gendarmeries de provinces désorientés, risquent d’être déçus dans les prochain jour. La lecture naïve de la démocratie, c’est fini ! Et l’arme de la trahison subtile incarnée par le ralliement de Frigide Barjot ( dont la réussite s’explique par sa mise en scène médiatique par le Pouvoir d’oppression mensonger qu’elle rejoint maintenant sans complexe ) parait bien piètre en face de femmes enfin révoltés contre l’outrage qui leur est fait et d’une jeunesse résolue avec au rang les moins de 15 ans qui sont fiers d’être incarcérés…. et qui vous disent crânement que leur génération est moins pourrie que la vôtre, que grâce à Internet et la redécouverte de la lecture, ils ont tout compris par eux-mêmes ! Dans cette Révolution spontanée, il n’y a plus ni droite ni gauche et les média du Régime sont hors-jeu comme le gouvernement est hors-la-loi. L’alternance n’est plus entre les partis poudre aux yeux à la Bartolone, mais entre la France créatrice et un régime de mensonge, d’oppression et de violence. Le mot d’ordre révolutionnaire des jeunes incarcérés est « Apéro chez Flamby ! » Ils parlent d’aller « les » chercher derrière les gendarmes — au cri de « CRS tourne toi, la racaille est derrière toi ! »—, pour donner ainsi raison à l’envers à la phrase prophétique de Bartolone : « Qu’on les sorte » « Les ennemis de la démocratie n’ont pas de place dans cet hémicycle ! » Les jeunes veulent en effet « sortir » ces ennemis de la Vérité et de la Démocratie !

La Manifestation pour tous du 21 avril 2103.15— C’est ainsi qu’en dépit de la trahison ourdie par un pouvoir aux abois, jour après jour, à coup de Manif pour tous, de camping pour tous, de Printemps français pour tous, de veillées pour tous, de chômage pour tous, de mamans faisant la chaîne ininterrompue de mères pour veiller jour et nuit sur la vérité de la filiation humaine, le prétendu mariage homosexuel pour tous débouche maintenant sur la Révolution pour tous !

Et déjà cette Révolution née en France fait tache d’huile dans tous les pays qui ne supportent plus la barbarie de l’axe anglo-saxon dont le bien triste mariage se disant « gay » est devenu le brandon de la Révolution mondiale de la Vérité éclairant le monde !

Cet article provient de Journal Québec Presse
http://journalquebecpresse.org

L’adresse de cet article est :
http://journalquebecpresse.org/modules/news/article.php?storyid=3230

 

 

ANNEXES

Voici quelques photos de lecteurs de l’article :

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

LA MANIF POUR TOUS

19 avril 2013

Déclare hors la loi, le projet de loi Taubira

 

Dans une situation, morale, sociale, politique, économique, explosive d’une gravité croissante, pour la paix sociale et l’avenir du pays, dans la rue et au Parlement

Vu l’article 2 de La Constitution stipulant que « La langue de la République est le français »

Vu que l’Académie Française est l’Institution ayant mission de défense du français et que ses statuts, depuis 1635, confèrent à son magistère intellectuel une telle autorité sur la langue française pour lui « donner des règles certaine » que « L’Académie est ainsi assimilée aux cours supérieures, comme instance suprême en matière de langue », c’est-à-dire à une Cour souveraine décidant en dernier ressort de sa « légalité » constitutionnelle ;

Vu, en l’espèce, les statuts et la déclaration du 21 mars 2002 de l’Académie Française sur la « Féminisation des noms de métiers, fonctions, grades et titres » établissant que le gouvernement n’a nul droit « de modifier de sa seule autorité le vocabulaire et la grammaire du français. »

Vu qu’en flagrante violation de la Constitution, le projet de loi Taubira Hollande sur l’ouverture du mariage aux homosexuels, à son article 1, propose au suffrage de la représentation nationale une « fausse définition » du mot mariage dénaturant totalement le vocabulaire et la grammaire du français sur le mot le plus emblématique du Mariage, au point de mettre des millions de Français dans la rue exigeant la Vérité et le respect de la langue française.

Vu la lettre de saisine de l’Académie Française sur la fausse définition du mot mariage adressée à son Secrétaire Perpétuel et au Président de la République, protecteur de l’Académie, par l’Union Nationale des Écrivains de France en date du 24 février 2013, et la réponse de l’Académie qualifiant même de « forfaiture » un tel viol de la langue française.

Vu que « Si la fondation de l’Académie Française par Richelieu en 1635 » est une date clef de l’histoire de France moderne, « c’est parce que, pour la première fois, les débats d’une assemblée de lettrés ont été considérés comme pouvant jouer un rôle éminent dans le devenir de la société et de la nation ». Ce qui est le cas aujourd’hui. L’Académie doit rendre publique sa condamnation.  

La Manif pour tous constate que tous les maux actuels, les révoltes et les débordements, dans la rue comme au Parlement, ne sont que la conséquence logique de l’oubli ou du mépris du respect de la langue française, en l’espèce du mensonge d’État de la fausse définition du mot mariage de l’art. 1 du projet de loi Taubira-Hollande violant les consciences.

En conséquence :

Elle dénonce avec la plus extrême solennité l’illégalité de l’article 1 de la Loi d’ouverture du mariage aux homosexuels, anticonstitutionnelle à raison de sa fausse définition du mariage ;

Elle déclare hors-la-loi, à ce titre, le projet de loi Taubira ;

Elle met en accusation le Président de la République, protecteur de l’Académie Française, pour forfaiture, à raison de son projet de viol de la langue française qu’il a justement pour mission de protéger ;

Elle lance dans l’opinion, au parlement et dans l’ordre judiciaire, la bataille de la « fausse définition » du mariage de l’article 1 de la loi Taubira, cause de tous les maux actuels découlant du Mensonge d’État du « faux mariage » que le Président de la République voudrait faire passer en force comme Vérité, en violation flagrante de la langue française et de la Volonté Générale des Français exprimée à plus de 55 % !

Elle invite tous les opposants à la loi Taubira et les défenseurs de la langue française à faire pression sur l’Académie Française, pour qu’elle fasse son devoir, sorte de sa réserve, dise la Vérité de la langue condamnant l’art. 1 de la loi Taubira-Hollande. 

Signez la pétition contre l’illégalité de l’art. 1 :
http://coordination-defense-de-versailles.info/Petitions/index.php?petition=4

 

La forfaiture de la fausse définition du mariage, au Sénat et chez Larousse

16 Avr

LA FORFAITURE DE LA FAUSSE DÉFINITION DU MARIAGE, AU SENAT ET AU LAROUSSE, ÉRIGE EN DOGME LE  « MENSONGE d’ÉTAT »,   DÉFIE L’ACADÉMIE FRANÇAISE ET ABOLIT TOUTE ALLÉGEANCE À LA LOI !

 

 

« N’oublions pas que la violence ne vit pas seule, qu’elle est incapable de vivre seule : elle est intimement associée, par le plus étroit des liens naturels, au mensonge. » Soljenytsine aux Écrivains.

 

VU QUE LA VÉRITÉ DE LA LANGUEDU VERBEEST LA LOI SUPRÊME DE L’HUMANITÉ SURPLOMBANT TOUTE VALEUR, tout homme digne de ce nom ; qu’elle est l’origine de toute lumière de l’Intelligence, toute science, toute institution, tout art, toute Civilisation, toute justice, toute prospérité et bienfait ; que sans elle tout n’est que mensonge, violence, bestialité, ténèbres, barbarie, iniquité, méfait, oppression, usurpation d’autorité et forfaiture ;

VU QUE LE GOUVERNEMENT N’A NUL DROIT DE « MODIFIER LE VOCABULAIRE ET LA GRAMMAIRE DU FRANÇAIS », comme l’a rappelé l’Académie Française, dans sa déclaration du 21 mars 2002 sur la « Féminisation des noms de métiers, fonctions, grades et titres » (à combattre avec la plus grande énergie) ; qu’en conséquence, le dictat de sa « fausse définition » du mot « mariage » est un viol manifeste de la Constitution !

VU QUE L’ACADÉMIE FRANÇAISE EST L’INSTITUTION SOUVERAINE GARANTE DE LA VÉRITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE ;

VU LA SAISINE DE L’ACADÉMIE FRANÇAISE PAR L’UNIEF/CDV, du 24 janvier 2013 lui « [demandant] de tout mettre en œuvre pour faire opposition à l’adoption de la fausse définition du « mariage » de l’art. 1 du projet de loi »

▶ Qu’à sa suite, une demande au Président du Sénat, Jean-Pierre Bel, « de solliciter l’avis de l’Académie Française » « avant » tout examen du texte lui a été envoyée, le 6 mars 2013, par Anne-Marie Le Pourhiet, vice-président de l’Association Française de Droit Constitutionnel ;

▶ Qu’en réponse à cette saisine, tout en s’accordant avec la position de droit de l’UNIEF/CDV, tout en reconnaissant que la « forfaiture » de la fausse définition du mariage est bien plus grave que celle du viol par le Gouvernement de son interdit de féminisation des noms de métiers, fonctions, grades et titres ; tout en convenant qu’elle devait faire valoir la vérité de la langue ; l’Académie n’en avait toujours pas pour autant fait obstacle à cette forfaiture. Qu’elle avait même laissé publier des faux-semblants faisant croire au public non averti que l’Académie ne serait qu’une simple chambre d’enregistrement, passive, des mésusages et viols de la langue qui deviendraient vertus avec le temps ! Qu’elle n’aurait aucun devoir de défense active de la Vérité et des « règles certaines » de la langue française. Ceci en flagrante contradiction avec l’affichage, sur son site, de ses règlements et déclarations ! Quel déshonneur !

VU LE TRIPLE COUP DE FORCE DU GOUVERNEMENT POUR PASSER EN FORCE en prenant de court l’opposition croissante à sa « fausse définition » du « mariage », portée par la marée humaine des millions de Français dans la rue  et un rejet des esprits dépassant désormais officiellement les 55 % d’opinions (enquête BVA du 12 avril 2013). C’est, le 9 avril, le 1er coup d’intox et d’intimidation, le jour même du vote de la fausse définition au Sénat. Pour faire croire que tout est déjà joué, l’AFP lance l’offensive dans les média qui disent : « Les débats et polémiques autour du « mariage pour tous » se sont déplacés, mardi 9 avril, sur un nouveau terrain, celui de la langue française et des dictionnaires ». « Larousse vient de décider d’anticiper sur le vote du projet de loi sur l’ouverture du mariage aux couples de personnes de même sexe, en incluant dès maintenant cet hypothétique changement dans la prochaine édition de son dictionnaire ». 2ème coup de force, le 12 avril : c’est l’invraisemblable vote final à main levée devant un hémicycle à demi vide. Le 3ème , c’est l’annonce de l’accélération du calendrier visant un vote solennel pour le 23 avril, soit un mois et demi plus tôt que prévu !

VU L’APPEL AU BOYCOTT lancé par le député Hervé Mariton qui condamne cette course de vitesse totalement méprisante d’un débat parlementaire et d’un jugement constitutionnel qui ne sont pas achevés. Un tel mépris de la démocratie doit être condamné”, dit-il en appelant au “boycott de Larousse. Et « La manif pour tous devant les éditions Larousse » en tire les conséquences (cf. http://www.dailymotion.com/video/xywkgt_la-manif-pour-tous-devant-les-editions-larousse_news).

une_canard_10042013VU LA MISE EN CAUSE DE LA HIÉRARCHIE DES MENSONGES PAR J. CAHUZAC « On me dit que j’ai menti sur ma situation personnelle. Cela veut dire quoi ? Qu’il y aurait des mensonges indignes et d’autres qui seraient dignes ? Quand on ment sur ordre, et pour des raisons politiques, à l’Assemblée, est-ce digne ? À ce compte-là, j’ai menti devant l’Assemblée, sur la possibilité de réaliser 3% de déficit en 2013. (…) Si tous ceux qui ont menti à la représentation nationale devaient quitter l’hémicycle, il y en aurait des tonnes. » (Le Canard Enchainé, 10 avril 2013) 

 

 

L’UNION NATIONALE DES ÉCRIVAINS DE FRANCE et la CDV :

RÉVÈLENT :

— Que la « fausse définition » du mariage recèle une mystification sémantique dont le piège, une fois posé, déclenche automatiquement la réaction en chaines de syllogismes entrainant de prétendus « droits de la filiation » (loi française), à l’adoption (par égalité), à la PMA pour les paires femme-femme (par manque d’enfants adoptables), aux « mères porteuses » pour les paires d’homme-homme ( par égalité et non discrimination) ;

Qu’en érigeant ainsi en Dogme légal la forfaiture du Mensonge d’État, le Président Hollande en rend visible le « mode opératoire » criminel, aux yeux de tous les Français, et en fait le modèle suprême du mensonge politique d’État ( qualifié de « noble mensonge » par Platon ! ), celui que Jérôme Cahuzac a justement placé au sommet de la hiérarchie des mensonges, bien au dessus de son mensonge « privé » !

Que la révélation de ce Mensonge d’État est le talon d’Achille du projet Hollande.

OBSERVENT :

Que pour faire sauter le verrou de la fausse définition, il faut soutenir l’Appel-pétition de saisine de l’Académie Française pour qu’elle fasse pression sur le Gouvernement, remplisse son obligation de Défense de la langue française et fasse opposition à la forfaiture du projet de fausse définition initialisé par le Président-Protecteur de l’Académie Française. Ceci en perspective d’une défense totale de la langue !

DÉCLARENT :

Que c’est le viol des consciences par le Mensonge d’État de la fausse définition du mariage abolissant toute allégeance à la Loi – et non la crise, le chômage ou l’affaire Cahuzac – qui a dressé la France toute entière contre la forfaiture d’un Gouvernement ultra-minoritaire violant la Volonté Générale, s’opposant à la manifestation de la vérité et abolissant ainsi toute allégeance à la Loi !

Que la Révolution des vraies valeurs en marche a fait de l’imposture du « faux Mariage » pour tous le symbole de l’ennemi public n° 1 à abattre : en fait de transparence et de moralisation de la vie publique, c’est le mépris de la Vérité de la langue et le mensonge d’État déclinés dans tous les domaines : politique (aveu Cahuzac), dette de 1800 milliards (aveu Sarkozy à Bordeaux), justice (loi de 1881),  Etc.

Que, dans le climat de crise de confiance et de soupçon de corruption, à l’évidence, le salut de la France est dans la mobilisation générale du combat sur le terrain de la Vérité de la langue où il a trouvé sa cible décisive : celle du langage truqué, du Mensonge d’État dont le fausse définition du Mariage est désormais le Symbole honni d’un Régime d’imposture et de faux semblants à abattre de toute urgence, au nom du droit à la Résistance à l’oppression reconnu par les art. 2, 6 et 16 des DDH !

Autant dire que, quelle que soit l’évolution du projet de loi, qu’il soit retiré ou non, le débat est loin d’être terminé. Le combat pour la victoire de la Vérité de la langue sur le langage truqué du Mensonge d’État, par sa déconstruction « scientifique » dans tous les domaines (politique, justice, finance, économie, enseignement, art, etc.), ne fait que commencer ! C’est le combat de l’Intelligence sur l’obscurantisme par excellence !

Signez et faites signer la Pétition « contre la fausse définition du mariage » : http://coordination-defense-de-versailles.info/Petitions/index.php?petition=4

Arnaud Upinsky, Président de l’UNIEF/Coordination Défense de Versailles

 

La définition du mot « mariage » sera modifiée dans le prochain « Petit Larousse »

09 Avr

Pour faire croire que tout est déjà joué, l’AFP lance l’offensive dans les média en disant : « Les débats et polémiques autour du « mariage pour tous » se sont déplacés sur un nouveau terrain, celui de la langue française et des dictionnaires ». « Larousse vient de décider d’anticiper sur le vote du projet de loi sur l’ouverture du mariage aux couples de personnes de même sexe, en incluant dès maintenant cet hypothétique changement dans la prochaine édition de son dictionnaire »

La définition du mot « mariage » sera modifiée dans le prochain « Petit Larousse », qui paraîtra en juin

 

Auparavant, « mariage » y était défini comme un « acte solennel par lequel un homme et une femme établissent entre eux une union dont les conditions, les effets et la dissolution sont régis par les dispositions juridiques en vigueur dans leur pays… »

La définition 2014 précisera : « Acte solennel par lequel deux personnes de sexe différent, ou de même sexe, établissent entre eux une union… ». La définition de « mariage » est d’ores et déjà actualisée dans le Larousse en ligne.

 

L’Essentiel :

Le mariage pour tous déjà dans le dico

 

La définition du mot « mariage » sera modifiée dans le prochain « Petit Larousse », qui paraîtra en juin. « Un homme et une femme » sera remplacé par « deux personnes de sexe différent, ou de même sexe ».

 

La définition de « mariage » est déjà actualisée dans le Larousse en ligne. (photo : DR)

N’en déplaise aux opposants au mariage pour tous qui se réfugient derrière « la définition du dictionnaire » pour réfuter l’extension de ce terme aux personnes de même sexe, les pros du dico ont déjà pour la plupart entériné cette évolution de la société. « Nous avons modifié dans le Petit Larousse 2014 (qui sera publié en juin 2013) la définition du mot « mariage » en tenant compte du projet de loi en cours d’examen », indique Carine Girac-Marinier, directrice des dictionnaires et encyclopédies chez Larousse.

Auparavant, « mariage » y était défini comme un « acte solennel par lequel un homme et une femme établissent entre eux une union dont les conditions, les effets et la dissolution sont régis par les dispositions juridiques en vigueur dans leur pays… » La définition 2014 précisera : « Acte solennel par lequel deux personnes de sexe différent, ou de même sexe, établissent entre eux une union… ». La définition de « mariage » est d’ores et déjà actualisée dans le Larousse en ligne.

(L’essentiel Online/afp)

 

 

Journal Québec Presse : ARNAUD UPINSKY : FRANCE : LE RETOUR AUX VRAIES VALEURS

28 Mar

logoQP

 

FRANCE : LE RETOUR AUX VRAIES VALEURS

Date 28/3/2013 22:00:00 | Sujet : ARNAUD UPINSKY

 

 

ÉCHEC ET MAT

À L’ÉLYSÉE !

 

 

« Après le Palais présidentiel

EN ÉTAT DE SIÈGE,

20130328_04_400

le gouvernement

 

 

EST ÉCHEC ET MAT » — UPINSKY —

« Le Mariage homosexuel est avant tout un vice d’intelligence »

ARNAUD UPINSKY—, sur la photo de droite.

 

 

JOURNAL QUÉBEC PRESSE

PARIS — Le vendredi 29 mars 2013

Communiqué de presse de la Coordination Défense de Versailles, dépêche n°. 2

Versailles, acteur-clé de l’Art et de la politique. http://coordination-defense-de-versailles.info et Blog CDV

 

PAR Arnaud-Aaron UPINSKY

 

1 « C’est l’image du jour sur le grand échiquier de la politique, après le Palais présidentiel en état de siège, le gouvernement est échec et mat.

 

image006Comme dans tout processus révolutionnaire émergeant, les représentants du Régime, Hollande, Montebourg, Taubira, etc. ne peuvent plus sortir de chez eux sans être aussitôt entourés, interpellés, conspués, cernés, enveloppés dans la vague de révolte montante qui les fait apparaître, derrière leur guirlandes de policiers comme de dérisoires pantins de ce qui apparaît de plus en plus comme un futur Ancien régime qui, sourd et muet, en réponse à la voix du peuple, incapable de comprendre son âme profonde, emmuré dans des mots et la phraséologie surannée de fausses valeurs, se révèle désormais vide de sens comme lors de l’écroulement de l’URSS.

 

Nous sommes tous des enfants d’hétéros

 

Le modèle du genre d’aveuglement, faisant suite à son arrogance suicidaire, a été donné à Lyon par la provocation du garde des Sceaux, Taubira, ayant tenu à assister mercredi à « la création du premier opéra écrit par Robert Badinter, inspiré d’un drame carcéral de Victor Hugo évoquant l’homosexualité, et [ qui ] a été huée à sa sortie par plus de 200 opposants au mariage homosexuel. Massés aux abords de l’Opéra » les manifestants agitant « des drapeaux français en scandant “casse-toi Taubira” ou encore “nous sommes tous des enfants d’hétéros” détournant le slogan “nous sommes tous des enfants d’immigrés” ».

 

Image d’une tyrannie devenue inaudible

 

Ce soir, le Président Hollande attendu à l’entrée d’Antenne de France 2 où il doit s’exprimer à 20 h 15, c’est l’image d’une tyrannie devenue inaudible cernée par une Révolution sans tête apparente à la recherche d’une voix, d’un porte-parole et d’un chef de salut public qui soient à la hauteur de l’union sacrée qui s’impose pour triompher des récupérations, des manœuvres politiciennes et du retour des tenants de l’Ancien, pour porter enfin son idéal des vraies valeurs jusqu’à la victoire.

 

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-culture/taubira-a-lyon-pour-le-premier-opera-de-badinter-huee-par-les-anti-mariage-gay-27-03-2013-2676041.php )

 

HOLLANDE : c’est le refus de prendre la mesure de la Révolution en marche

 

20130328_09_4002— C’est désormais le saut dans l’inconnu. Là où son maître F. Mitterrand avait cédé lors de la manifestation de l’enseignement libre 1984.

 

Tout incline à penser que son disciple Hollande se prépare à s’obstiner comme en témoignent les accusations persistantes du pouvoir contre les « débordements » des manifestants, le trucage des chiffres de la manifestation et des vidéos en trompe l’œil, le refus de prendre la mesure de la Révolution en marche.

 

 

 

D’un aveuglement à l’autre dans l’Histoire de la France

 

L’Histoire de France est riche en aveuglements de ce type :

— Non Sire, ce n’est pas une révolte, c’est une Révolution ! » avait bien répondu le duc de Liancourt à Louis XVI au soir du 14 juillet 1789.

 

 

3— « Vous n’avez pas le monopole du cœur »,

avait répondu V. Giscard d’Estaing à F. Mitterrand stupéfait, lors de l’élection présidentielle de 1988. De même, aujourd’hui, peut-on rétorquer à un pouvoir trop sûr de son soutien « européen », « américain » et de son « savoir-faire » des policiers français (dixit Michèle Alliot-Marie à M. Ben Ali !) « Vous n’avez pas le monopole de la Révolution ! »

 

Mais qu’est-ce que la révolution ?

 

Mais qu’est-ce que la Révolution ? Car qu’est-ce que la Révolution sinon, en l’espèce, une question sémantique, un pur retournement de la phrase politique, des fausses valeurs de simulacre aux vraies valeurs des réalités supérieures, à commencer par la Vérité, qui ont fait et persistent à faire la France contre vents et marée ?

PHOTO : Arnaud-Aaron UPINSKY, préside la conférence de presse de la “Coordination Défense de Versailles”, sur le Pont des Arts, devant le Palais Mazarin, siège de l’Institut de France.

 

La France n’est pas morte : elle existe, elle est de retour.

 

20130328_12_4004— C’est une sorte d’électrochoc du 11 septembre à la française,

pour les ennemis de la France, de l’extérieur comme de l’intérieur, qui croyaient en avoir fini une fois pour toutes. La France n’est pas morte, la France existe encore, la France est de retour !

Photo : Des enfants gazés par les forces de l’ordre, dimanche dernier, sur les Champs-Élysées.

 

Elle a résisté en dépit de la haute dose de poison qui ne cesse de lui être injectée, de la corruption, du mensonge homicide qui cherche à la tuer à coup de porno, de jeux télévisés imbéciles, de destruction de l’école (mathématiques, littératures, art, etc.), d’élections truquées, de média aux ordres, d’une justice ayant substitué l’opinion à la vérité, de neutralisation de la politique par la démagogie politicienne aux appétits sans limites …

 

Les vraies valeurs patrimoniales

 

20130328_13_4005— Cette France de l’ « art de vivre »,

« d’aimer » et de « construire », de la Culture et de la Civilisation, qui est de retour, apolitique, laborieuse, enracinée dans ses vraies valeurs patrimoniales.

Il fallait être là, avenue de la Grande Armée et aux Champs-Élysées pour en respirer la fraîcheur, la simplicité, la vérité : sa valeur d’excellence aux antipodes des faux-semblants de la « com » du Régime d’imposture en place, ruinant le pays sans vergogne aux ordres de l’étranger rapace.

 

La force tranquille se déploie

 

20130328_14_400Cette manifestation, c’est une première mondiale, une de ces « spécialités » gastronomiques que le monde entier nous envie. C’était le contraire d’une manifestation, d’un « meeting »…

marketing à l’anglo-saxonne, à la Sarkozy ou à la Hollande.

 

C’était la promenade dominicale en famille, avec l’image des trois générations réunies derrière le landau du dernier né…

Pour faire court, c’était l’image bon enfant de la « sainte famille » affirmant la « force tranquille » de son art de vivre à la française comme preuve évidente de son excellence, de son harmonie, de sa fécondité « durable » et de sa valeur d’avenir « d’avant-garde » en face du modèle fétide et moisi de sa contrefaçon inversée du triste modèle d’anti-mariage prétendument « gay », à l’anglo-saxonne, réduit à jouer à l’homme et à la femme, au papa et à la maman, en se faisant faire des ersatz d’orphelin d’État en conserve !

 

Le vol du « mot » mariage, de sa valeur symbolique

 

image015Avec comme suprême aveu le besoin de vol du « mot » mariage, de sa « valeur symbolique » pour tenter faire vrai à coup de loi scélérate ! Sade n’avait-il pas un besoin compulsif de vertu pour se sentir sadique !

Oh simulacre, cet hommage que le vice rend à la vertu ! Quelle humiliation pour l’homo que de devoir jouer à l’hétéro !

 

 

Quel aveu ! Et quelle folie pour la Loi et les soi-disant représentants du Peuple français qu’un tel déni d’intelligence et de démocratie. Car le Mariage homosexuel est avant tout un vice d’intelligence qui traduit en termes économiques à la ruine et aux 1800 milliards de dette au service de l’étranger !

 

Le pouvoir paralysé

 

20130328_16_4006— Le monde est stupéfait,

le pouvoir paralysé (devant ce retour de la France que les États-Unis pillent et dénigrent notamment à Versailles) et les homosexuels ne comprennent plus, eux qui se croyaient d’avant-garde. Sur le site Yagg, déjà inquiet de la fausse définition du mot mariage, Vincent Viollain croit voir (cf. « La “Manif pour tous” une opération de communication réussie » ?

http://yagg.com/2013/03/26/la-manif-pour-tous-une-operation-de-communication-reussie-par-vincent-viollain/ ) une opération de « com » puissamment préparée, préméditée, à la mode marketing… Voir ainsi, c’est être victime d’une idolâtrie des apparences, des marques, et de faux-semblants cachant aux yeux des faux savants dans cette réunion de famille la spontanéité de l’essence même de la vie et de la création, dont le « mariage » est le symbole, et dans cette manifestation spontanée le symbole, il est vrai déroutant pour les décalés aux lunettes inversées, de la « sainte famille » …

 

La révolution des consciences à la française

 

20130328_17_4007— C’est le mot « mariage »,

la fausse définition que prétend imposer à coup de matraques et de gaz le couple autocratique Taubira-Hollande qui est à l’origine de cette révolution des consciences à la française !

Photos : D’autres enfants victimes des gaz lancés par les CRS, aux Champs-Élysées.

 

« Tout ce qui n’est pas clair n’est pas français » et l’article 1 du projet de loi Taubira viole le principe même de la langue, du peuple et de la Civilisation européenne dont la France porte aujourd’hui plus que jamais le modèle d’excellence en face de la barbarie anglo-saxonne sans limite !

 

Ce Régime archaïque ruine la France… mais

 

C’est cette salissure au plus intime de sa conscience et de son être le plus profond qui a ouvert les yeux du peuple de la douce France à la stupéfaction des gazeurs gouvernementaux. C’est elle qui a réveillé l’honneur viscéral des Français en leur révélant le vrai visage tyrannique d’un régime qui s’annonce déjà comme l’Ancien régime avec sa ribambelle de collaborateurs du deuxième type ! Ce Régime archaïque ruine la France mais c‘est tout à l’honneur des Français que ce ne soit pas la dette inique, ni l’alourdissement des impôts, ni une servitude matérielle de cette vieille tyrannie qui l’ait mis sut la voie de la Révolution, mais la valeur suprême même de la Civilisation symbole d’harmonie, d’amour, de vérité, de beauté, de bienfaisance, de solidarité et d’avenir, porteur du futur et de la mort du vieux monde dont le faux mariage de dérision, homosexuel contrefait, est le symbole anglo-saxon !

 

Versailles, c’est le homard

 

20130328_18_4008— D’où la lame de fond de cette Révolution,

soulevant la « Grande nation » que ses ennemis décrivaient à l’envie comme mort, est-elle partie ? Un proche de Frigide Barjot avait dit peu après la manifestation du 13 janvier : « C’est Versailles, c’est le Homard, c’est vous qui êtes à l’origine de ce mouvement de Résistance Culturel qui a conduit au grand rassemblement du Champ de Mars.

À partir de votre modèle de résistance culturelle, d’action directe devant les tribunaux et l’opinion, interpellant et mettant en cause les responsables, par lettre ouverte, pétition et langage « fort » pour rendre visible leur imposture, leur déni de vérité et de démocratie, vous avez fait école, des groupes ont voulu prendre votre place ou vous imiter et en quatre ans, les Français ont compris de mieux en mieux qu’il fallait qu’ils descendent dans la rue pour défendre leur patrimoine le plus sacré contre le viol d’un régime d’imposture, incapable et vermoulu.

 

« De l’effet Homard à l’effet Papillon »

 

20130328_19_4009— C’est « l’effet Homard » de Versailles,

à la française, répondant à « l’effet Papillon » de l’anglo-américain Edward Norton Lorenz posant la question :

« le battement d’ailes d’un papillon au Brésil peut-il provoquer une tornade au Texas ? » Dans le cas du Homard de Versailles la réponse est désormais : oui, assurément !

 

Les Grands Appartements Royaux vampirisés et saccagés par l’art new-yorkais de la dérision

 

20130328_20_40010— Dimanche 24,

la France a découvert un nouveau visage de la Tyrannie qui ne lui ressemble plus et un nouveau visage de la liberté qui lui ressemble enfin.

Si l’on en croit ce proche de Frigide Barjot – ce qui est facile à « tracer » –, il est pour le moins stupéfiant de voir revenir le modèle de Versailles sur les ailes et les racines de cette Révolution.

 

 

La Coordination Défense de Versailles, en défendant les Grands Appartements Royaux vampirisé et saccagé par l’art new-yorkais de la dérision, se disant à lui tout seul « Art contemporain », a redécouvert le mode de gouvernance du Roi-Soleil, et remis Louis XIV à la mode. Quel étonnement de découvrir en lui le créateur de la France, de la langue et de l’État moderne, dont les Français vivent encore et que la République couronne en signe de reconnaissance en installant dans son château sa plus haute assemblée :

le Congrès ! Louis XIV savait où il allait, comment et y parvenait en face de la montée de la puissance financière anglo-saxonne qui triomphe aujourd’hui dans l’axe Washington, Londres, Bruxelles pour le plus grand malheur de nos finances et de l’Europe.

image021Dans la guerre invisible qui oppose l’Europe à l’empire anglo-saxon, guerre dénoncée par les deux grands présidents de la Vème République, De Gaulle et Mitterrand, c’est le retour à la grille de lecture initiale de l’Europe à la française forgée par Richelieu, Louis XIII, Mazarin, Anne d’Autriche et Louis XIV, en face de l’Europe à l’Anglo-Saxonne qui opprime, qui donne la clef de l’énigme du faux déclin de l’Europe.

Faux déclin car elle est toujours détentrice des vraies valeurs en face des fausses valeurs anglo-saxonnes de prédation, mercantiles et purement spéculatives.

 

La mort physique et spirituelle de la France

 

image02211— Le « mariage » est le mot de trop

qui a rendu l’injustice criante et a réveillé les somnambules. À l’évidence, c’est cette véritable grille de lecture de guerre de la Civilisation contre la Barbarie qui explique la raison pour laquelle les ennemis de la France veulent en finir une fois pour toutes. Et ils pensaient la chose faite avec le mariage signifiant à terme la mort physique et spirituelle de la France.

 

C’est raté.
 

Et les oublieux de l’histoire qui seraient étonnés de ce nouveau service que nous rend Louis XIV, qu’il consultent leur bibliothèque, Voltaire et surtout leur intelligence et ils verront que l’actualisation de son modèle de gouvernance efficace, à bien y regarder, est porteur d’avant-garde. C’est d’ailleurs de lui que la France tient la primauté de la culture, du luxe (Comité Colbert), la première destination touristique au monde…

 

Un enseignement a falsifié l’histoire de France

 

12— Sauf à échouer,

la Révolution culturelle en cours, engagée par les Français tous amoureux de leur patrimoine, doit avant tout mettre fin au divorce fabriqué entre son passé et son présent, ses racines et ses ailes ! Si la France persistait dans sa division avec elle-même, elle serait inexorablement condamnée à mort par ses ennemis de l’extérieur comme de l’intérieur, les pires !

 20130328_23_400

Un enseignement a falsifié l’histoire de France pour la couper de la richesse de ses valeurs au profit de ses prédateurs. La France doit cesser d’être une proie livrée aux prédateurs de l’axe anglo-saxon. C’est sur cette grille de lecture culturelle et patrimoniale que le Président Hollande sera jugé. Tout ennemi de la langue française est ennemi de la France. S’il persiste, il apparaîtra comme la simple courroie de transmission de l’étranger, dénué de toute liberté de dire non !

 

Le retour aux vraies valeurs

 

13— En conclusion,

20130328_24juste avant l’intervention télévisée du Président Hollande. Déjà, volant au secours de la victoire, les forces de déclin et d’assujettissement cherchent à récupérer l’élan de salut public croissant devant l’évidence totalitaire ! La clef de la Révolution, du retour de la France à la Liberté et à la Prospérité, est dans le retour aux vraies valeurs de son patrimoine qui l’ont projetée au 1er rang des nations. C’est par l’oubli ou par le mépris de ces valeurs d’excellences qu’elle en est réduite à la déchéance et à la ruine actuelle.

La solution est dans la le retour à ses vraies valeurs. Un proverbe corse dit que plus un arbre est haut plus il doit avoir des racines profondes. C’est pour s’être coupée de ses racines que la France se trouve aujourd’hui à la dérive. Il ne tient qu’à elle se s’y replonger. Et plus elle voudra monter haut, plus elle devra plonger profondément ! Telle est la clef du grand échiquier de la Révolution intérieure en cours et de la Guerre invisible au profane qui fait rage à l’extérieur.

 

 

20130328_26PHOTO : Arnaud-Aaron UPINSKY.

Il est écrivain, Président fondateur de l’Union Nationale des Écrivains de France, mathématicien, épistémologue, titulaire d’une chaire d’épistémologiste en 1998, linguiste, expert en systèmes informatiques, historien des sciences, docteur en philosophie politique, auteur de livres et d’articles de référence. Selon l’expression consacrée, il fait partie de l’intelligentsia française.

Photo exclusive: novembre 2010, pour Québec Presse par  Isidore Grao de Nice.

Arnaud Upinsky, Président de l’UNIEF/Coordination Défense de Versailles

Contact presse :

courrierposte@orange.fr et tél. : 06 01 76 20 79

Sites : coordination-defense-de-versailles.info ;

BLOG CANADA-FRANÇAIS : http://canada-francais.coordination-defense-de-versailles.info

 

Cet article provient de Journal Québec Presse
http://journalquebecpresse.org

L’adresse de cet article est :
http://journalquebecpresse.org/modules/news/article.php?storyid=3215

 

 

Journal Québec Presse : ARNAUD UPINSKY : FRANCE : du jamais vu même en 68

25 Mar

logoQP

FRANCE : du jamais vu même en 68

Date 25/3/2013 18:00:00 | Sujet : ARNAUD UPINSKY

 

LA FRANCE DANS LA RUE

DU JAMAIS VU…
MÊME EN 68 !
 

 

 

 

LA FRANCE DANS LA RUE  :  LA GRANDE ARMÉE !

« Une dépêche de guerre ! » —Arnaud Upinsky—

 

LA PLACE DE L’ÉTOILE INTERDITE !

 

Par MICHEL CLOUTIER

JOURNAL QUÉBEC PRESSE

PARIS — Le mardi 26 mars 2013

C’est la France dans la rue avec des femmes et des enfants matraqués à coups de gaz lacrymogène dont Christine Boutin (photo) la présidente du Parti Chrétien-démocrate, effondrée sous le tir de tels gaz administrés par les forces de l’ordre, au cours de la “Manifestation-pour-tous”, déployée dimanche, sur les Champs-Élysées, noirs de monde contre le mariage gay en France.

PHOTO : Christine Boutin secourue par des membres de son parti. Photo, AFP, Agence France Presse pour Métro.

 

Christine Boutin a demandé la démission du ministre de l’Intérieur Manuel Valls, responsable de l’affreux gazage. Hervé Mariton, député UMP, réclame également une telle démission.

 

Près de l’Étoile, la brigade anti-émeute (CRS) passa à l’offensive en tirant des gaz à plusieurs reprises pour disperser des manifestants qui tentaient de forcer le barrage policier afin d’accéder aux Champs-Élysées, déjà envahis par une mer de monde. En fait, ils étaient plus d’un million de citoyens de tous les horizons de l’Hexagone à fouler la plus belle avenue du monde.

PHOTO : Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, sommé de quitter ses fonctions.

 

 

La Grande armée des Français

 

“Nous sommes 1,4 million”, ont affirmé les organisateurs sur Twitter.

“Au moins 1.400.000 manifestants forment la Grande Armée des Français levée contre le projet de loi Taubira”, ont-ils ensuite déclaré dans un communiqué que vient de publier à la une, le quotidien Métro.

 

 

C’est un mouvement révolutionnaire
— Arnaud Upinsky —

 

Dans ce débordement, Arnaud Upinsky (photo) a réservé ses commentaires au magazine électronique Journal Québec Presse, en ces termes:

1— Comme nous l’avons annoncé, c’est un mouvement révolutionnaire qui est enclenché avec un aveuglement croissant du gouvernement comme au Québec, mais une ampleur sans commune mesure.

 

Une conscience révolutionnaire se généralise

 

Les manifestants étaient bon enfant et une conscience révolutionnaire se généralise, nourrie de la révolte de se voir méprisés, traités en parias, abreuvés de mensonges d’État de plus en plus visibles…

 

2— Comme ailleurs, Internet neutralise la propagande et la répression.

 

La vidéo de la voiture de police étant passée sur une personne a rapidement été visible sur Internet ;

 

Le gouvernement a échoué

 

3— Le gouvernement est victime de ses mensonges. Il a nié l’importance de la mobilisation avec des chiffres mensongers, les faits et photos démontent ses trucages.

Il voulait cacher l’ampleur croissante de la révolte du pays, en saucissonnant la manifestation, il a échoué !

Il voulait interdire lieux symboliques, ils ont été conquis. La place de l’Étoile était interdite, les manifestants l’ont occupé, la police étant confiné dans un coin…

 

Quand ça brasse, rien ne va plus

 

En haut des Champs, une colonne de police cherchant à faire sauter le bouchon pacifique assis devant le cordon de CRS barrant la route de l’Étoile. On a dû battre en retraite, n’osant passer sur le corps d’un manifestant se mettant devant la voiture comme Eltsine avec un char.

L’acte est moins photogénique mais j’ai dit à cet homme que sa photo ferait le tour du monde… Quoi qu’il en soit, nous l’avons.

 

L’Élysée : un camp retranché

 

4— Le Gouvernement voulait interdire les Champs-Élysées, ils ont été envahis par la foule bon enfant qui y a défilé.

 

L’objectif absolu du ministère de l’intérieur est que jamais une manifestation n’atteigne le Palais présidentiel de l’Élysée.

 

Les manifestants l’ont atteint bien que le périmètre ait été transformé en camp retranché.

C’est du jamais vu même en 68. On s’est battu aux grilles de l’entrée principale de l’Élysée, côté coq. Des barrières ont été abattues.

 

Au moment des faits, j’ai vu fuir au pas de course, à la file indienne, des CRS manifestement appelés en renfort pour protéger l’entrée présidentielle.

 

5— De source policière, le gouvernement a perdu le contrôle de la situation et a dû appeler en renfort les voitures de banlieue.

 

6— Les Français commencent à comprendre par qui ils sont gouvernés… Le Pouvoir cherche à cacher la vérité par les mensonges habituels en dénonçant même des lancements de boulon qui n’ont pas eu lieu ….

C’est un peuple entier qui se soulève comme on nous l’a appris à l’école.

 

“Démocratie ! Liberté !”

C’est la Liberté guidant le Peuple d’Eugène Delacroix.

 

La foule criait, démocratie, liberté !!!

 

 

7— La situation est objectivement révolutionnaire (un peuple opprimant son peuple). On ne sait jusqu’où cela ira ou non.

Mais tous les ingrédients de la Révolution sont là à commencer par la bêtise du pouvoir matraquant des femmes et des enfants à coup de gaz lacrymogène et plus.

 

La bêtise du pouvoir

— Arnaud Upinsky —

 

 

C’est miracle qu’il n’y ait pas eu pire… Je vous envoie des photos (sous embargo) dès que possible en particulier sur les affrontements au COQ de l’Élysée… ce qui est tout un symbole.

Le monde entier doit savoir qu’en France le peuple réuni se dresse comme l’oppression d’une tyrannie sans nom et qu’il n’y a pas qu’en Syrie ou ailleurs que le Palais présidentiel est dans la tourmente …

Ni la Censure, ni le Pouvoir autocratique ne sont plus Tabou.

 

Arnaud Upinsky.

 

* * *

Arnaud Upinsky, Président de l’UNIEF/Coordination Défense de Versailles

Contact presse : courrierposte@orange.fr  et  tel : 06 01 76 20 79

Sites : http://coordination-defense-de-versailles.info et Blog CDV

 


 

 

PHOTO : Arnaud-Aaron UPINSKY.

Il est écrivain, Président fondateur de l’Union Nationale des Écrivains de France, mathématicien, épistémologue, titulaire d’une chaire d’épistémologiste en 1998, linguiste, expert en systèmes informatiques, historien des sciences, docteur en philosophie politique, auteur de livres et d’articles de référence. Selon l’expression consacrée, il fait  partie de l’intelligentsia française. 

Photo exclusive : novembre 2010, par Québec Presse, Isidore Grao de Nice.

 

 

Arnaud Upinsky, Président de l’UNIEF/Coordination Défense de Versailles

 

Cet article provient de Journal Québec Presse
http://journalquebecpresse.org

L’adresse de cet article est :
http://journalquebecpresse.org/modules/news/article.php?storyid=3213

 

 

 

Un événement qui fera date dans l’histoire du Parlement

11 Mar

C’est un événement qui fera date dans l’histoire du Parlement !

 

En écrivant au Président du Sénat, Jean-Pierre Bel, de « solliciter l’avis de l’Académie Française « AVANT [1] l’examen du texte » du projet de loi Taubira-Hollande par la haute assemblée, Anne-Marie Le Pourhiet, professeur de droit public à l’Université Rennes 1, vice-président de l’Association Française de Droit Constitutionnel, nous rejoint aujourd’hui dans notre combat de défense de la langue française – au titre du mot « mariage » -, et l’étend en direction du Sénat, dans le courrier qu’elle vient d’adresser le 6 mars dernier au président du Sénat et aux sénateurs avec copie à Mme Carrère d’Encausse.

Mme Carrère d’Encausse

 

C’est en experte avisée de Droit public et de Droit Constitutionnel qu’Anne-Marie Le Pourhiet  prend pour fondement juridique de sa double action en direction du Sénat et de l’Académie Française :

1) « Les statuts de l’Académie et règlements de l’Académie française, signés le 22 février 1635, par le cardinal Richelieu, [disposant] :  « La principale mission de l’Académie sera de travailler avec tout le soin et toute la diligence possibles à donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences » ;

2) « L’ordonnance du roi concernant la nouvelle organisation de l’Institut en date du 31mars 1816 et les statuts du 21 juin 1816 [ confirmant ]  l’organisation et les statuts issus des textes de 1635 et 1752 » ;

3) Le fait décisif, comme l’a souligné le communiqué CDV du  24 février 2013, que «  L’Académie est ainsi assimilée aux cours supérieures, comme instance suprême en matière de langue ».

 

Dans une Démocratie et un  État de droit « normaux », dignes de ces noms, l’initiative comminatoire d’Anne-Marie Le Pourhiet – ne faisant que traduire en terme de droit public et de droit constitutionnel l’ « évidence démocratique et juridique empiriques »  des 1,3 millions de manifestants, du peuple français dans sa constitution en tant que Nation, et faisant bras de levier avec celle de l’UNIEF/CDV – interdit tout examen du texte de loi Taubira-Hollande par le Sénat AVANT l’avis de l’Académie française en rendant visible la « forfaiture » qui consisterait à passer outre.

 

C’est ainsi qu’à la suite de la saisine des Écrivains, des défenseurs de la langue française  et du patrimoine, l’action du professeur de droit public de l’Université de Rennes met les pouvoirs publics au pied du mur :

– L’initiative juridiquement contraignante du vice-président de l’Association Française de Droit Constitutionnel, confirme le bien fondé de la saisine de l’Académie française par l’UNIEF/CDV :

– Elle étend puissamment ses conséquences aux règles de validité s’imposant aux débats du Sénat qui ne saurait étudier un texte écrit en français sans que l’Académie française ait au préalable fixé les « règles certaines à notre langue » qui obligent tous les Français ;

– Elle traduit en termes juridiques incontestables ces règles contraignantes qui s’imposent, en tout premier lieu, aux parlementaires pour débattre, décider et rédiger (ou rejeter) le texte absurde du projet loi Taubira-Hollande devant être écrit en langue française « Une et indivisible » pour tous, comme la République, et être certifiée AVANT tout débat par la haute autorité souveraine du français qu’est l’Académie française.

 

Jean-Pierre Bel, Président du Sénat


 

Copie lettre au Président du Sénat, Jean-Pierre Bel, du 6 mars 2013

Copie lettre au Secrétaire perpétuel, Hélène Carrère d’Encausse, du 6 mars 2013

 

 


[1] Mis en majuscule et souligné par la rédaction.

 

Lettre Ouverte à Madame Hélène Carrère d’Encausse, Secrétaire perpétuel de l’Académie Française

25 Fév

LETTRE OUVERTE

DE SAISINE DE L’ACADÉMIE FRANÇAISE

SUR LA FAUSSE DÉFINITION DU « MARIAGE »

DE L’ART.1 DU PROJET DE LOI TAUBIRA-HOLLANDE

LA COORDINATION DÉFENSE DE VERSAILLES, 

En date du 24 février 2013, adresse une Lettre Ouverte à Madame Hélène Carrère d’Encausse, Secrétaire perpétuel, de saisine de l’Académie Française pour lui demander de « tout mettre en œuvre pour faire opposition à l’adoption de la fausse définition du « mariage » de l’art. 1 du projet de loi Taubira-Hollande qui viole le principe même de clarté non contradictoire, d’universalité souveraine de la langue française, et la raison d’être de l’Académie Française aux yeux du monde entier ! » 

 

 

Petite salle des séances où l’Académie Française

 

Union Nationale des Écrivains de France
Coordination Défense de Versailles
8, rue d’Anjou, 75008 Paris

Le Président Madame Hélène Carrère d’Encausse
Secrétaire perpétuel de l’Académie française
Lettre ouverte 23, Quai de Conti
75006 Paris
Versailles, ce 24 février 2013

 

Objet : Saisine de l’Académie Française sur la fausse définition du mariage de l’article 1 du projet de loi Taubira-Hollande

Madame le Secrétaire perpétuel,

Dans l’actuel bras de fer opposant la Nation et le Président de la République voulant lui imposer une fausse définition du mariage, le silence de l’Académie française ne saurait durer !  C’est l’archevêque d’Albi, Mgr Jean Legrez, et non l’Académie française, qui a soulevé le problème en disant : « La première chose que le gouvernement doit faire est de convoquer l’Académie française pour changer le sens des mots ! »  Dès lors, toute la question est donc de savoir qui, du Gouvernement, du Peuple ou de l’Académie française, a le droit d’obliger les enfants à donner au mot « mariage » un sens inverse de celui de leurs parents ? Qui, comme l’a suggéré le Député Azérot, aurait le droit de trainer devant les tribunaux toute personne refusant la fausse définition du mariage que F. Hollande veut imposer au nom de « la force injuste de la loi » dénoncée par son mentor F. Mitterrand ? Qui est souverain maître de la langue, du sens des mots et du dictionnaire ?

C’est l’Académie qui détient le pouvoir souverain

La souveraineté de l’Académie est inscrite au principe même de sa devise, de son histoire, de ses statuts et de sa mission :

Sa devise « À l’immortalité », inscrite sur le sceau de Richelieu, dicte sa finalité aux académiciens, ainsi faits « immortels », d’assurer la stabilité de la langue française du Siècle de Louis XIV en la fixant pour l’éternité ;   

Son histoire prescrit le cap de service public : « Si la fondation de l’Académie française par Richelieu en 1635 » est une date clef de  l’histoire de France moderne, « c’est parce que, pour la première fois, les débats d’une assemblée de lettrés ont été considérés comme pouvant jouer un rôle éminent dans le devenir de la société et de la nation » ;

Ses statuts, depuis 1635, ont la particularité de lier l’autorité de la Compagnie au magistère intellectuel qu’ils lui confèrent sur la langue pour lui « donner des règles certaines ». « L’Académie est ainsi assimilée aux cours supérieures, comme instance suprême en matière de langue » : c‘est-à-dire à une Cour souveraine, scénarisée par son cérémonial, ses costumes d’apparat et son palais Mazarin à l’architecture de prestige grand siècle ;

Sa mission est la défense de la langue française, depuis qu’après avoir fait du français la langue administrative et judiciaire commune à l’ensemble du royaume, le roi en fera, à travers le gouvernement de Richelieu, l’instrument de sa politique d’unification du royaume, de rayonnement culturel et diplomatique, et la langue commune de l’Europe. « La principale mission de l’Académie sera de travailler, avec tout le soin et toute la diligence possibles, à donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences. » (Article XXIV) ; Dépositaire de la doctrine de Malherbe, (…) l’Académie a reçu une mission dont on mesure mieux aujourd’hui la profonde originalité : constituer avec sagesse et économie une langue qui ne fût pas celle des spécialistes, des érudits, ni celle des corporations, qui eût la clarté et l’élégance qu’on accorde au latin, où ne fût pas accentué l’écart entre langue écrite et langue parlée, qui tînt enfin sa force de son double attachement à l’usage et à la norme[1] ».

L’article 1 viole la souveraineté de l’Académie

Mais, aujourd’hui, l’Académie voit sa souveraineté effrontément violée par l’article 1 du projet Hollande prétendant se substituer à elle pour infliger aux vrais couples mariés le symbole inversé d’une paire d’homosexuels inféconds. Car dit bien C. Taubira «  il ne s’agit pas d’une ruse, pas d’une entourloupe, il s’agit d’un mariage avec toute sa charge symbolique ».

La double atteinte au droit de la langue, de sens et de symbole, est manifeste :

1.      L’art. 1 du projet de Loi Hollande viole outrageusement la règle d’or, de clarté non équivoque, ayant assuré au français sa suprématie internationale pendant quatre siècles, en donnant du mariage une définition absurde ; un même mot (mariage) ne pouvant désigner à la fois une chose et son inverse : le « différent » ou le « même » (sexe) !   Qu’on en juge par l’incompatibilité radicale des deux définitions de :

–         l’Académie : MARIAGE. Union d’un homme et d’une femme par le lien conjugal

–         l’Art. 1 du projet de loi : Le mariage est contracté par deux personnes de sexe différent ou de même sexe.

2.     Comment imaginer défi plus symbolique au génie du français et à sa règle d’or – de clarté, de pureté et de probité – que cette antidéfinition du « mariage » confondant outrageusement un « chose » et son « inverse », le « normal » et l’« anormal », le « vrai » et le « faux » ?  Symbole ignominieux de confusion des contradictoires – Molière verra même dans l’inclusion des contraires dans un même mot, la cause de tous nos maux ! – que Richelieu fustigera  en termes sans appel en disant : « Le bien et le mal sont en effet si différents et contraires qu’ils ne doivent point être mis en commerce l’un avec l’autre ; ce sont deux ennemis entre lesquels il ne se doit faire ni quartier ni échange. »

Le mot le plus chargé de sens immortel

Le 6 avril 2000, l’Académie s’est alarmée de « la politique d’amenuisement des filières littéraires …sur le point de parvenir à éliminer presque complètement de notre enseignement la connaissance et le goût de la littérature » jusqu’à interdire « la compréhension du langage scientifique comme des structures politiques et juridiques de notre civilisation. » Si bien qu’ «  aujourd’hui, la langue et la littérature elles-mêmes …semblent être devenues les ennemis à détruire. »

Aujourd’hui, avec l’article 1 du projet Hollande, c’est le mot « mariage » qui est devenu l’ennemi à abattre ! Et si le succès de coup d’État sémantique de la loi Hollande réussissait, il priverait les Français du mot le plus chargé d’humanité, d’intelligence du monde et de sens polysémique de la langue. Avec toutes ses réalités et  repères – intellectuels, identitaires, symboliques, artistiques, religieux, politiques, sociaux, biologiques, généalogiques, affectifs, psychologiques, historiques, familiaux, sexuels – attachés à ce mot « magique », un tel rapt dépossèderait les Français de leur droit constitutionnel à leur langue, l’Académie de sa souveraine raison d’être, et frapperait d’illégitimité et d’imposture le Régime qui oserait se livrer ainsi à une telle oppression de la langue, radicalement antidémocratique !

L’Académie française ne peut pas ne pas relever le défi de l’article 1

En réponse au projet du Gouvernement de détruire le mot le plus chargé de sens de la langue universelle, l’Académie – responsable de la défense de la langue la plus claire, élégante et universelle, de sa règle d’or de  précision non équivoque – ne saurait sans se déjuger ne pas relever le défi lancé à son pouvoir souverain sur la langue.

Depuis sa déclaration du 6 avril 2000, c’est bien dans cette Résistance à la destruction du français que l’Académie s’est déjà engagée, assurément guidée dans cette voie par cette sorte d’instinct « académique », hérité de Richelieu qui ne cessait de proclamer :  « La lumière naturelle fait connaître à un chacun que l’homme ayant été fait raisonnable il ne doit rien faire que par raison » ;  «  qu’il ne doit rien vouloir qui ne soit raisonnable et juste » ; que «  Les Intérêts  publics doivent être l’unique fin de ceux qui gouvernent les États et  leurs conseillers et être préférés aux particuliers. ».

C’est sur ce principe de défense que, dans sa séance du 12 juin 2008, elle a adopté à l’unanimité une déclaration s’opposant à la reconnaissance constitutionnelle des langues régionales dont la mention dans l’article 1 de la Constitution constitue, selon elle, « un déni de la République ». En relevant le défi de la fausse définition du mariage, elle ne fera que faire suite à l’avis du 21 janvier 2013 de l’Académie des sciences morales et politiques sur le projet de loi ouvrant le mariage aux personnes du même sexe et appelant « l’attention des pouvoirs publics sur la nécessité de respecter, dans la loi et ses textes d’application, le droit des couples hétérosexuels à demeurer « mari » et « femme » et « père » et « mère » de leurs enfants (sic) ». La rupture envisagée sur la filiation est plus profonde encore. Le projet « tend à promouvoir un droit à l’enfant qui fait passer celui-ci de sujet à objet de droit. Il conduit à nier la différence biologique entre les sexes (…) ».

Mais l’article 1 du projet de loi Hollande est une définition de mot relevant du magistère intellectuel  de l’Académie française qui, contrairement à l’Académie des sciences morales et politiques  – n’ayant qu’une voix consultative – est assimilée à une Cour souveraine dont le Président de la République assure d’ailleurs la fonction de « Chef et Protecteur » héritée de Richelieu. À l’image du pouvoir souverain des Cours supérieures sa souveraineté sur la langue est sans appel !

Saisine de l’Académie Française

Sauf à accepter d’être ridiculisé aux yeux du monde entier dans le principe même de sa devise « À l’immortalité » (de la langue française) par un Gouvernement ultra-minoritaire ; niant sa raison d’être de faire le dictionnaire et d’y donner la vraie définition des mots en prétendant lui imposer une fausse définition du mot mariage inverse de son sens immortel et universel ; niant sa vocation de défense de la langue commune du peuple contre tout empiètement partisan d’une tyrannie prétendant déposséder le Peuple de la définition commune et symbolique du mot immémorial la plus chargée de sens auquel il droit ; niant le principe même de sa souveraineté datant de Richelieu ; sauf à accepter de faire rétrograder la langue française et démissionner l’Académie française du 1er rang à celui d’un Institution discréditée dont le prestige de façade, non défendu les armes à la main, ne serait plus qu’une coquille vide de sens, ayant fait son temps, dénuée de toute légitimité et respectabilité ; sauf à se nier elle-même, l’Académie doit rejeter le dictat du Gouvernement !

C’est pourquoi, au nom de la vocation de l’Académie d’assurer l’immortalité de la langue française, de son devoir de  fidélité à l’œuvre de son fondateur Richelieu et à sa Mission de Défense de la langue française ; au nom de son Pouvoir souverain en matière de langue ; au nom de l’Union Nationale des Écrivains de France (UNIEF) et de la Coordination Défense de Versailles (CDV) ; nous vous saisissons de notre demande de tout mettre en œuvre pour faire opposition à l’adoption de la fausse définition du « mariage » de l’art. 1 du projet de loi Hollande qui viole le principe même de clarté non contradictoire, d’universalité souveraine de la langue française, et la  raison d’être de l’Académie aux yeux de tous !

Dans cette attente, et dans celle de votre réponse, nous vous prions d’agréer, Madame le Secrétaire perpétuel, l’assurance de notre haute considération.

Pierre CHARIE-MARSAINES Arnaud-Aaron UPINSKY
Président d’honneur, Commandeur de la Légion d’Honneur Président

 12693_une-academie


[1] Site de l’Académie française.

Arnaud Upinsky, Président de l’UNIEF/Coordination Défense de Versailles

 

POUR UNE RÉFLEXION DE FOND SUR LE « MARIAGE POUR TOUS » – DISCOURS CHOC DU DEPUTÉ BRUNO NESTOR AZEROT À L’ASSEMBLÉE

19 Fév

POUR UNE RÉFLEXION DE FOND SUR LE « MARIAGE POUR TOUS » – DISCOURS CHOC DU DÉPUTE DE GAUCHE BRUNO NESTOR AZEROT À L’ASSEMBLÉE

 

Suite à notre article du 3 février 2013, « Hors référendum, la Déclaration de guerre hétérophobe de l’État à l’Art, au Mariage et à la Démocratie, incite à la haine et à la Révolution ! » :

Et, le Député Azérot traduit le viol des consciences en termes de rupture avec la France

Nous mettons en ligne, aujourd’hui, le discours de Bruno Nestor Azérot*, député de la deuxième circonscription de la Martinique (divers gauche – GDR), prononcé le mercredi 30 janvier dernier à l’Assemblée Nationale. (VIDÉO).

* Bruno Nestor Azérot, né le 22 juillet 1961 à La Trinité en Martinique ; maire de Sainte-Marie depuis 2008 et député de la deuxième circonscription de la Martinique depuis le 16 juin 2012. Élu divers gauche (GDR) : « Le groupe GDR à l’Assemblée nationale compte quinze député-e-s », L’Humanité, 25 juin 2012

 

 

 

Au Palais Bourbon, le 30 janvier 2013, en homme libre d’Outre-mer, le député martiniquais Bruno Nestor Azérot a créé l’événement en administrant une leçon magistrale de Biologie, de Morale, de Droit, d’Hétérophobie et de Démocratie à Christiane Taubira.

 

 

Hors référendum, la Déclaration de guerre hétérophobe de l’État à l’Art, au Mariage et à la Démocratie, incite à la haine et à la Révolution !

03 Fév

HORS RÉFÉRENDUM ! LA GUERRE « HÉTÉROPHOBE » DE L’ÉTAT À L’ART, AU MARIAGE ET À LA DÉMOCRATIE, CONDUIT À LA HAINE ET À LA  RÉVOLUTION !

Versailles, acteur clef de l’Art et de la Politique

Il faut rendre l’Injustice visible !

À Versailles hier, au Palais Bourbon aujourd’hui, comme l’a avoué dans sa fureur fanatique C. Taubira, défendant sa Loi d’hybridation du mariage homosexuel pour tous, ce n’est pas de Fait qu’il s’agit mais de Ferveur religieuse, pas de Solution à apporter à la misère humaine, mais de Mise à mort d’une Civilisation, dans son Symbole suprême de transcendance et d’altérité : le Symbole même du Mariage vieux comme le monde, surplombant plus de 10 000 ans de Civilisation et d’harmonie universelle, accordant Religion, Nature et Humanité duale.

Comment ne pas voir dans l’ivresse jubilatoire de son regard, à l’ouverture du débat le 30 janvier 2013, la mise en scène, main levée, de prise de serment d’un crime rituel, consistant à planter en plein cœur de la Civilisation à abattre le poignard initiatique d’une mise à mort symbolique à accomplir sous le signe de la rose alchimique :

– « Et nous sommes si fiers de ce que nous faisons que je voudrais le définir par les mots du poète Léon-Gontran Damas : L’acte que nous allons accomplir est beau comme une rose dont la tour Eiffel assiégée à l’aube voit s’épanouir enfin les pétales [ dans le flonflon d’un 14 juillet de Roi à guillotiner ou encore à pendre au carrefour de la République toujours à naître (partie du poème initiatique dissimulée par Taubira, quel aveu]. Il est grand comme un besoin de changer d’air. Il est fort comme le cri aigu d’un accent dans la nuit longue ! ».

Viol des consciences sans précédent dans toute l’histoire de l’humanité, le projet  Hollande-Taubira d’agression et de destruction du Mariage pierre angulaire immémoriale de la Civilisation et de la Conscience humaine à laquelle aucune Barbarie, aucun Régime totalitaire n’avait encore jamais osé toucher ! – porte au paroxysme le divorce aigu existant entre le Peuple et l’État, dans tous les domaines : Art, Justice, Politique, Média, Enseignement, Économie, Europe, etc… Il rend visible l’injustice, l’illégitimité et la barbarie d’un Régime de double langage, d’imposture et de trucage, son mode de fonctionnement intrinsèquement menteur, nuisible et pervers. Divise désormais le Monde en deux camps irréconciliables : « Hétérophobie » contre Nature et Civilisation. Il fait de l’État devenu fou, aux yeux de tous les Français et du Monde entier, l’ennemi de leur langue, de leur culture et du genre humain.

1) DÉCLARATION DE GUERRE À l’ART ET À LA FEMME

2008. C’est une déclaration de guerre « hétérophobe » ciblée à l’Art que J.J. Aillagon lance, en prétendant marier Jeff Koons et Versailles, alors qu’il s’agit d’un viol.

Avec la Femme-Aspirateur pour suprême symbole misogyne : par l’installation des aspirateurs Hoover dans l’Antichambre du Grand Couvert où il n’y a que des femmes… – dont Marie-Antoinette en mère de famille avec ses enfants ! – nous invitant à y voir : 1) La fonction ménagère et sexuelle aspiratrice de la femme, en raison de la forme anthropomorphique de l’appareil ; 2) Le symbole cannibale des pompes à ovocytes dépossédant les femmes de leur rôle de mère et les transformant en marchandises.

2012. Échec du film « les Adieux à la Reine » tourné au château et visant à lancer le Mythe pervers de Marie-Antoinette reine des lesbiennes ! (cf. Communiqués CDV ou en PDF).

2) DÉCLARATION DE GUERRE À LA MATERNITÉ ET À L’ENFANT

Depuis le divorce en 1884, l’invention des mots homosexualité (1891) et hétérosexualité (1894), la montée du Pouvoir homosexuel n’avait cessé de progresser dans l’art, les média, la mode, l’espace public, etc. D’abord « défensif » par abolition du pouvoir paternel (1970), dépénalisation de l’homosexualité (1982) et Pacs (1999). Puis « hétérophobe » et « misogyne », avec déclaration de guerre « offensive », par pénalisation des « propos homophobes » (2003), Négation des sexes à l’école (Gender, 2011), suppression des cases « Mademoiselle » et « nom de jeune fille » des formulaires administratifs (févr. 2012) ; plan de déconstruction du modèle féminin à l’École, sous couvert du mot travesti de « stéréotype » (nov. 2012).

 

MAIS, le 7 nov. 2012, le masque tombe, avec l’ IMPRUDENT AVEU de C. Taubira sur l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples homosexuels : « C’est une réforme de la Civilisation ! », « Nous n’avons pas l’intention de faire comme si nous ne retouchions que trois ou quatre virgules dans le Code civil » ! Et, effectivement le 29 janvier 2013, c’est l’incroyable mise en scène, main levée, de prise de serment à la rose, de crime rituel par C. Taubira !

Quelle civilisation ? Celle du RAPT d’ ENFANT « POUR TOUS » qui est la véritable cible du Mariage-alibi. En effet, sous couvert d’amour, de Mariage et de droit à l’enfant POUR TOUS, c’est de narcissisme égocentrique et de négation des droits de l’enfant qu’il est question ! Il s’agit, 1) de FAIRE SAUTER LE « VERROU DU MARIAGE » : protecteur de la genèse maternelle de la vie, et de l’enfance pour l’arracher à ses parents et en faire un enfant-objet de consommation, un cobaye de laboratoire, livré aux « aspirateurs » pompes et autres ustensiles d’une médecine dévoyée (violant le serment d’Hippocrate) fabriqué sur commande tarifée ! 2) De déposséder l’enfant de son identité ontologique, devenu jouet, baby-toy, voir sex-toy, pur produit de consommation et de marchandisation financière livré aux fantasmes d’une paire « homosexuelle »HH ou FF (voire de la pédophilie ou du marché du sexe). 3) D’en faire un PRODUIT DE BASE dont on peut extraire à volonté tous les sous-produits souhaités par le Marché « libéral » du « progrès » : embryons pour produits cosmétiques, trafic d’ovocytes (10 000 €), PMA (30 000 €), GPA (40 000 €), etc. 4. D’en faire des Orphelins d’État, destinés à être mutilés par volonté perverse d’UN seul, l’État totalitaire criminogène !

MAIS Les chiffres confirment le but d’État de rapt d’Enfant et non de philanthropie. Le mariage est un bloc. Qui dit mariage dit droit de l’enfant et non à l’enfant. Sous couvert de liberté, d’égalité, d’amour, et de prétendue compassion pour les homosexuels, c’est bien d’une dislocation de l’unité naturelle du mariage protégeant l’enfant qu’il s’agit pour le livrer aux trafics en tous genres. Après le Pacs seul 0,2 % des « unions », sont concernées par l’unique « avantage » manquant aux homosexuels : « le droit à l’enfant » pour tous, par GPA (mère porteuse), PMA (bébé éprouvette), Il s’agit donc de substituer à l’enfant procréé par un homme et une femme mariés l’enfant en libre service pour tous, À COMMENCER PAR L’ÉTAT !  Dans cette guerre secrète de rapt d’enfant, le stratagème du mot « mariage » pour tous n’est là que pour autoriser la cannibalisation du corps et du ventre de la femme, dépossédée de sa spécificité de mère, pour  justifier la marchandisation de l’enfant devenu SDF. Il ne vise qu’à livrer le corps des femmes et des enfants-objets aux fantasmes homosexuels d’ÉTAT, aux marchands d’illusions, de malheurs et d’Utopie pour accéder à la Barbarie futuriste du « Chacun est à tous » du « Meilleurs des Mondes » prévu par l’Anglais Aldous Huxley comme futur progrès irrespirable de l’Humanité entière !

3) LE « PLAN » CACHÉ DU « MEILLEUR DES MONDES » À LA SAUCE ORWELL

2013, l’actuelle tentative de viol des consciences par l’État, pour imposer le faux mariage pour tous, n’est que l’aboutissement d’une politique visant au contrôle de toute la chaîne de la vie : du bébé éprouvette au crématorium final ! C’est-à-dire PRÉCISÉMENT du modèle annoncé par A. Huxley dans son livre d’anticipation du Meilleur des Mondes qui, dès 1931, révéla le plan anglo-saxon, en ces termes futuristes :

1931 : « À mesure que diminue la liberté économique et politique, la liberté sexuelle a tendance à s’accroître en compensation. » « Les gens sont heureux ; (…) ils ne sont encombrés de nul pères ni mères ; ils n’ont pas d’épouses, pas d’enfants, pas d’amants, au sujet desquels ils pourraient éprouver des émotions violentes ; ils sont conditionnés (…) « La révolution véritablement révolutionnaire se réalisera (…) dans l’âme et la chair des êtres humains. Sade se considérait comme l’apôtre de la révolution véritablement révolutionnaire, au-delà de la simple politique et de l’économique — de la révolution des hommes, des femmes et des enfants individuels, dont le corps allait devenir désormais la propriété sexuelle commune de tous, et dont l’esprit devait être purgé de toutes les connaissances naturelles, de toutes les inhibitions laborieusement acquises de la civilisation traditionnelle. Sade était un fou et le but plus ou moins conscient de sa révolution était le chaos et la destruction universelle. Les gens qui gouvernent le Meilleur des mondes peuvent bien ne pas être sains d’esprit ». Ne faut-il pas voir ici, dans cette conclusion sans appel d’A. Huxley, l’annonce transparente de ces fous et malades qui nous gouvernent aujourd’hui !

1956 : « À tout bien considérer, poursuit Huxley, il semble que l’Utopie soit beaucoup plus proche de nous que quiconque ne l’eût pu imaginer, il y a seulement quinze ans. À cette époque je l’avais lancée à six cents ans dans l’avenir. Aujourd’hui, il semble pratiquement possible que cette horreur puisse s’être abattue sur nous dans le délai d’un siècle. » Nous n’avons le choix qu’entre deux solutions (…) la destruction de la civilisation (…) ou bien un seul totalitarisme supranational, suscité par le chaos social résultant du progrès technologique. »

Mais, aujourd’hui en 2013, près d’un siècle après la révélation du plan anglo-saxon du Meilleur des Mondes, en 1931, n’apparaît-il pas clairement que « destruction de la Civilisation » à la sauce « Taubira-Hollande » et « totalitarisme supranational », sont une seule et même chose ?

 

4) DÉCLARATION DE GUERRE À LA DÉMOCRATIE

Présidentielles 2012. Le Conseil Constitutionnel a déclaré F. Hollande élu à 51, 64 % contre 48, 36 % pour N. Sarkozy. Mais, rapporté aux inscrits (46 066 307) F. Hollande n’a eu que 39,08 %  contre 36, 60% pour N. Sarkozy, soit un écart de 2, 48 %. François Hollande ne représente donc qu’une faible minorité des Français ! Ce qui ne lui donne aucun droit de se comporter en dictateur pour changer le Peuple ! Quant à C. Taubira, la Justice étant elle-même minoritaire en France, à 40 % (cf. communiqué CDV du 1er juil. 2011 ou en PDF), elle n’a pas non plus à y « faire la loi » !

17 janvier 2013, Baromètre YouGov Le HuffPost. 75 % des Français sont insatisfaits de F. Hollande, perdant 2 points à la suite de la manifestation anti « mariage »-homosexuel. CQFD.

Fin janvier 2013. C’est dans cette situation ultra-minoritaire de désaveux populaire et de crise aiguë, que F. Hollande veut imposer au forceps une « réforme de Civilisation » contre nature du Mariage inscrit depuis toujours au patrimoine de l’Humanité. Alors que, par surcroît, la mobilisation lilliputienne de ses partisans du 27 janvier 2013 n’aura pu rassembler que 5 % de ses opposants rassemblés lors du ras de marée du 13 janvier 2013. C’est donc par une série de manœuvres des plus machiavéliques qu’il aura mené sa guerre contre la Démocratie par :

1. VIOL ANTICONSTITUTIONNEL DE LA LANGUE FRANÇAISE (la langue de la République). « Au nom du peuple français », nul n’a le droit d’appeler « Mariage » l’association d’une paire d’homosexuels alors que, depuis la nuit des temps ce mot a TOUJOURS désigné dans toutes les langues du monde l’union légitime d’un homme et d’une femme. Faire un tel rap d’Etat du mot « Mariage », au profit électoral des 2 % d’homosexuels ayant permis de gagner les présidentielles 2012, pour y mettre deux significations inverses (une paire de même sexe et un couple  homme-femme), est un intolérable mensonge et un viol de la langue du Peuple français auquel l’État n’a aucun droit de toucher sans forfaiture. Un tel coup d’État sémantique, priverait les Français du mot le plus chargé d’humanité, d’intelligence du monde et de sens polysémique de la langue. Avec toutes ses réalités et  repères – intellectuels, identitaires, symboliques, artistiques, religieux, politiques, sociaux, biologiques, généalogiques, affectifs, psychologiques, historiques, familiaux, sexuels – attachés à ce mot « magique », un tel rapt dépossèderait les Français de leur droit constitutionnel à leur langue, frapperait d’illégitimité et d’imposture le Régime politique qui oserait se livrer à une telle oppression génocidaire, radicalement antidémocratique !

2. ESCROQUERIE « LÉGALE » AU SUFFRAGE UNIVERSEL EXPRIMANT LA VOLONTÉ GÉNÉRALE. Oser se prévaloir, comme d’un Dogme religieux, de la promesse électorale 31 du Candidat Hollande (destinée à faire du « dumping électoral » sur son concurrent Sarkozy pour obtenir les 1,24 % d’écart nécessaires pour triompher par un cadeau démagogique avantageant au plus 2 % des électeurs au détriment de tous), voilà une belle escroquerie, légale certes, mais antidémocratique et violant à la fois le dogme constitutionnel d’interdit du mandat impératif et la Loi disant que les partis doivent contribuer à l’expression de la volonté générale et non de son viol. Or, les 2 % ne font pas la Volonté générale !

3. SONDAGES MENTEURS. Prétendre sans discontinuer que les Français seraient, à la fois et majoritairement, à 64 % en faveur du mariage pour tous MAIS à 57 % contre l’adoption par des paires d’homosexuels, revient à dire très précisément que les Français sont majoritairement opposés au mariage égal pour tous (c’est-à-dire donnant également droit à l’adoption par des homosexuels) et donc contre le Mariage homosexuel ! La propagande d’État ment donc en faisant dire aux sondages que les Français seraient pour le « Mariage » homosexuel, alors qu’ils sont contre ! Comme lors du  référendum de 2005 et des expositions de Versailles, les Média chantent l’air du Pouvoir. À Versailles, Aillagon avait interdit le Livre d’or pour cacher la vérité : 95 à 100 % des visiteurs opposés aux expositions dégradantes dans les Grands Appartements Royaux ! De même, plus de 95 % des Français sont contre l’adoption des enfants  par des paires d’homosexuels, jusqu’à 99 %une fois réellement avisés et non manipulés !

4. VIOL DE LA VOLONTÉ GÉNÉRALE. Le trucage consistant à diviser en deux questions ce qui devrait être posé en une seule  – à savoir « Êtes-vous favorable au Mariage pour tous, c’est-à-dire donnant également droit à l’adoption, à la PMA, etc. ? –, pour tromper l’Opinion est la preuve d’une volonté préméditée de viol de la Volonté générale.

5. VIOL DE LA DÉMOCRATIE PAR REFUS ANTICONSTITUTIONNEL DU RÉFÉRENDUM. F. Hollande sait que son projet de destruction du Mariage universel au profit d’une infime minorité de 1 à 2 % est ultra minoritaire dans le pays. C’est par abus de confiance qu’il se réclame de sa promesse électorale 31 passée « par surprise ». C’est également pour tenter de faire passer la Loi par surprise qu’il a, dès le début et sans discontinuer, suscité des sondages trompeurs. C’est toujours pour tenter d’imposer sa loi par ruse qu’il a séparé son « examen de passage » en deux étapes : Mariage pour tous PUIS adoption et PMA… Une fois le mot « mariage » pour tous acquis, l’adoption devant s’en suivre automatiquement ! C’est donc bien parce qu’il se sait en minorité qu’il ne cesse d’invoque une « promesse » surprise, de faux sondages et une fausse raison constitutionnelle, pour refuser un Référendum qu’il perdrait !

Aujourd’hui, ne visant qu’à faire sauter le verrou du Mariage au nom des prétendus « droits » de 0,2 % de la population, tel est le viol de la Démocratie, qu’ose perpétrer F. Hollande, élu d’un Parti PS par 36 % des électeurs à peine et ayant contre lui, à ce jour :  75 % de l’Opinion, la quasi-totalité des populations d’outre-mer, et 100 % des Religions, des Droits inaliénables de la Langue, de la Démocratie et des Droits de l’Homme !

 

5) VIOL DES CONSCIENCES !

C’est au nom du Dogme de la République, Liberté, Égalité, Fraternité, qu’est conduite la campagne d’aveuglement et de viol des consciences en faveur de la Loi Taubira. Mais, Napoléon se moquait de ces trois mots « magiques », disant qu’en amusant le Peuple avec il pouvait le conduire, selon son bon plaisir, dans un sens ou en sens inverse.

Démonstration :

Pour détruire la Famille et imposer le mariage homosexuel, il suffit d’appliquer le Dogme au « profit » de la « femme » présentée comme « victime » : La Liberté, lui donnera « droit » au divorce et à l’avortement « remboursé » ; l’Égalité, droit à l’abolition de l’autorité paternelle ; la Fraternité (alias Charité !) interdira à tous le « droit » de lui refuser ces Droits de l’Homme ! Astuce qui, appliquée aux « homosexuels » présentés comme victimes, conduit à l’équation du Gouvernement : Liberté + Égalité + Fraternité = Mariage pour tous.

Mais, à l’inverse, pour justifier la défense de la Famille de toujours, il suffit d’appliquer le même Dogme, cette fois au profit de l’enfant choisi pour victime de la dislocation de la famille et de … l’avortement : La Liberté lui donne « droit » à disposer de son corps, de sa vie et de la protection « à vie » du père et de la mère « responsables » de sa mise au monde ! L’Égalité lui donnera le « droit » à bénéficier de « la vie », à égalité avec les couples ne pratiquant pas l’avortement, et d’une vraie famille, avec un père et une mère, à égalité avec ses camarades de classe ; la Fraternité (alias Charité !) interdira à tous de lui refuser le « droit » d’avoir de vrais frères et sœurs, du même sang, comme les autres enfants, de lui refuser tous ces bienfaits du VRAI MARIAGE IMMÉMORIAL biologico-institutionnel : la Liberté, l’Égalité, l’Amour des vrais parents et la fratrie, résultants des Droits de l’Homme POUR TOUS, y compris les enfants !

Telle est la magie aveuglante, quasi « mathématique », du Dogme Liberté Égalité, Fraternité, mis en œuvre par le Gouvernement pour faire sauter le VERROU DU MARIAGE, en violant les consciences pour leur faire admettre que les « mariés » peuvent être, au choix, deux hommes ou deux femmes comme le tyran d’Orwell oblige à dire « 2+2=5 » !

Et, le Député Azérot traduit le viol des consciences en termes de rupture avec la France : 

Au Palais Bourbon, le 30 janvier 2013, en homme libre d’Outre-mer, le député martiniquais Bruno Nestor Azérot a créé l’événement en administrant une leçon magistrale de Biologie, de Morale, de Droit, d’Hétérophobie et de Démocratie à C. Taubira, en ces termes :

« Il est nécessaire de distinguer la question de l’homosexualité et celle du mariage gay, la confondre, comme l’ont fait certains orateurs, n’est pas honnête », la première relevant de la sphère privée, la seconde de la sphère publique.

« La famille, pivot de notre société depuis les Constituants et la Révolution française, depuis l’émancipation de 1848 va-t-elle exploser au sens littéral du terme ? Notre responsabilité est grande devant l’histoire. Moi, homme issu d’un peuple opprimé réduit en l’esclavage où le système social refusait à un homme et à une femme de pouvoir avoir un enfant et de se marier légitimement, où le mariage fut interdit et fut une conquête de la liberté, j’affirme le droit à l’égalité dans la différence et non dans le même le semblable, l’unique. Car, enfin, au nom de l’égalité, du refus des discriminations, peut-on établir une équivalence entre tous les couples ? Je crois au contraire que l’on ne peut mettre fondamentalement sur le même plan hétérosexualité et homosexualité. Un homme et une femme ce n’est pas pareil que deux hommes ou deux femmes ensemble. Établir une Équivalence, une nouvelle Égalité, une nouvelle Norme, c’est nier la Réalité. C’est rétablir une oppression en confondant, genre, sexe et pratique. C’est une dictature de la pensée contre l’humanité vitale et les droits de l’homme et de la femme. Refuser cette différence naturelle c’est refuser la différence sexuée, c’est déjà revenir sur l’oppression de la femme et de ses droits émancipés. C’est instaurer une nouvelle contrainte. Oui, car il sera interdit de faire la différence désormais entre un homme et une femme au risque d’être discriminatoire. Et l’enfant ? Puisque deux hommes et deux femmes ne peuvent procréer que va-t-on faire, car pour procréer il faut bien un homme et une femme ? Donc inéluctablement il y aura recours à la procréation médicale assistée, … mais ce n’est pas le droit qui refuse aux homosexuels d’avoir un enfant, c’est la nature !

« Outre-mer, en revanche la quasi-totalité de notre population est opposée à ce projet qui bouscule toutes les coutumes, toutes les valeurs sur lesquelles reposent nos sociétés ultra maritimes. Cette voix doit être entendue et comprise et nous devons expliquer cette opinion à notre électorat qui ne comprend pas ce qui se passe ici et maintenant. Le risque est en effet grand d’un profond désenchantement vis-à-vis de la politique du gouvernement, voire d’une cassure morale irrémédiable. Car ce texte ne donne pas une liberté supplémentaire, il fragilise le délicat édifice sur lequel nos sociétés antillaises et guyanaises  après l’abolition de l’esclavage. Il y a même à mon sens un risque de rupture du « Pacte Républicain » qui nous lie depuis deux siècles à la France. » 

 

LA COORDINATION DÉFENSE DE VERSAILLES, initiatrice du 1er mouvement international de Résistance Culturelle à la Guerre, déclarée à Versailles à l’Art, à l’Intelligence et à la Civilisation, pour triompher de l’aveuglement politico-médiatique : 

DÉCLARE QUE LE VIOL DES CONSCIENCES PAR LA LOI TAUBIRA-HOLLANDE met aujourd’hui à l’ordre du jour l’apostrophe de Saint Just : « Un peuple n’a qu’un ennemi dangereux, c’est son gouvernement ! »

QUE NUL NE SAURAIT COMPRENDRE le double langage de la Loi Taubira-Hollande sur le Mariage, s’il ne considère qu’en arrière fond de la présente Loi c’est la prise de contrôle totale de l’Homme par l’État – son Cerveau, par l’Art ; son Sexe et sa Vie, par la Science – qui est la finalité ultime du Plan en cours d’écriture, dans le cadre d’une Guerre totale dirigée contre l’Homme Libre, la France et la Civilisation.

QUE, VÉRITABLE CRIME CONTRE LE GENRE HUMAIN, la Déclaration de guerre de la Loi Taubira-Hollande met aujourd’hui les Français en état de Légitime Défense contre un Gouvernement ultra-minoritaire.

QUE SON PERFIDE CHEVAL DE TROIE DE PRÉTENDUE « OUVERTURE », consiste à « ouvrir » à son ennemi Inverse la Valeur familiale à détruire, pour « faire entrer le loup dans la bergerie » ! 1) En Art, ouvrir la Majesté de Versailles à la dérision inverse des sex-toys, c’est annuler sa valeur Symbolique ; 2) En Droit, de même, ouvrir le Symbole du Mariage à son inversion homosexuelle, c’est l’annuler : 3) En toute logique, ouvrir le sens au contresens, c’est en faire un non-sens, en détruire le sens !

QUE DANS L’ « OUVERTURE » DU MARIAGE AUX HOMOSEXUELS, il ne s’agit pas de Solution à apporter à la misère humaine mais de Mise à mort « hétérophobe » d’une Civilisation dans son Symbole suprême de transcendance, d’altérité et d’harmonie, sachant accorder Nature, Religion et Humanité duale depuis la nuit des temps !

QUE LE VÉRITABLE ENJEU DE LA BATAILLE DU MARIAGE est celui d’une Guerre à Mort entre la Civilisation du modèle européen, dont la France représente l’art de vivre depuis quatre siècle, et la Barbarie du modèle anglo-saxon dont le Meilleur des Mondes représente la repoussante préfiguration d’asservissement et d’avilissement de l’Homme, en cours de réalisation depuis 1931 !

QUE FAIRE SAUTER LE VERROU DU MARIAGE, en vue de généraliser le rapt légal d’ovocytes et d’enfants orphelins d’État, est le pas décisif recherché par le Gouvernement pour nous faire rentrer au forceps dans le Meilleur des Mondes de la promiscuité sexuelle, du « chacun est à tous », de la marchandisation du corps de la femme, des mères porteuses, des bébés éprouvettes, du trafic d’embryon et de l’enfant-objet produits de consommation livrés aux fantasmes du narcissisme hétérophobe unisexe et à l’eugénisme de la Barbarie d’État.

QUE POUR FAIRE SAUTER CE VERROU, se prévalant des « droits » de 0,2 % de la population et d’une promesse 31 en trompe l’œil, un Gouvernement, ultra minoritaire et partant illégitime, élu par 36 % du corps électoral à peine et ayant contre lui plus de  75 % de l’Opinion, la quasi-totalité des populations d’outre-mer et 100 % des Religions, ne recule devant rien : ni le Mensonge d’État et le viol des Consciences, ni le viol de la Logique, de la Langue et de la Nature, ni la forfaiture d’un Serviteur refusant à son Souverain maître « le Peuple » le droit à la parole par Référendum !

QU’AINSI LE GOUVERNEMENT, dans cette guerre de Civilisation à mort, annoncée par le Général De Gaulle et F. Mitterrand, incite à la Haine et provoque une nouvelle Division du Monde entre deux camps irréconciliables opposant : « Hétérophobie » contre Nature et Civilisation, garants de l’Homme libre !

LA CDV PRÉVIENT QUE, SAUF REFERENDUM, LA F0RFAITURE DU GOUVERNEMENT CONTRE SON PEUPLE SOUVERAIN, dans une situation de crise dans tous les domaines (média, économie, justice, art, école, etc.), rend de plus en plus urgente une Révolution de Salut public appelant une déconstruction d’un Régime inique de double langage, d’imposture et de trucage. Qu’elle ouvre une phase pré-révolutionnaire dont le député de la Martinique Azérot a esquissé la menace en annonçant : « le risque de rupture du « pacte Républicain » qui depuis deux cents ans nous lie à la France ! » Qu’elle fait sonner comme l’annonce d’une Révolution politique prochaine la cuisante « victoire à la Pyrrhus » de Hollande, « le plus beau jour de sa vie politique », lors du vote de l’article 1 de la loi Taubira, « gagné » par la MINORITÉ ABSOLUE de 43% des 577 députés, à peine, alors que 40 % de la Représentation nationale avait tenu à être absent lors de ce vote initial !

C’est ainsi qu’en toute logique, la Révolution des Beaux-Arts et de l’Intelligence, partie de Versailles en 2008, débouche aujourd’hui sur la perspective d’une Révolution politique !

Arnaud Upinsky, Président de l’UNIEF/Coordination Défense de Versailles

Télécharger en PDF