RSS
 

Archives de la catégorie ‘Rémy Aron’

Rémy Aron, Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres

15 Déc

Chers Amis de Versailles,

En avant première, vous trouverez, ci-joint, le message que vient de nous adresser Rémy Aron, Président de la Maison des Artistes,  et artiste de renom qui n’a cessé d’encourager le « fer de lance » de notre action depuis 2008.

Nous sommes heureux de cette distinction de son éminent mérite, le 12 décembre 2011 comme chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres par le Ministre, amplifiée par le courage et l’intelligence du bien commun dont il a fait preuve à cette occasion en concluant franchement en réponse au Ministre :

« Enfin, je tenais à vous annoncer aussi,  ce matin,  que nous travaillons au Manifeste des artistes qui sera la contribution collective des artistes pour fêter en 2012 les 60 ans de la Maison des Artistes, notre maison commune.

Ce manifeste sera aussi pour vous-même, Monsieur le Ministre,  un état des lieux, vrai et franc, venant,  sans détours,  du cœur et de l’intelligence des artistes.

Il  pourra éclairer  votre gouvernance et vos choix.

Manifeste dont je vous incite à prendre connaissance attentivement dans l’intérêt de nos artistes. »

Nous le félicitons de ce succès porteur d’avenir.

Bien cordialement.

Arnaud Upinsky


Chers amis,
Pour vous tenir informé de mes activités je vous adresse personnellement la newsletter que vient de publier la Maison des Artistes.
En vous souhaitant à tous de bonnes fêtes de fin d’année.
Bien amicalement.
Rémy Aron
Communiqué de La Maison des Artistes   Décembre 2011
 

Photo Patrice Huguier

Frédérique Mitterrand, Ministre de la Culture et de la Communication et Rémy Aron,
Président de La Maison des Artistes

12 décembre 2011

Lundi 12 décembre, Rémy Aron, Président de La Maison des Artistes s’est vu remettre l’insigne de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres par Frédérique Mitterrand, Ministre de la Culture et de la Communication.
Retrouvez ci-dessous un extrait du discours prononcé par Monsieur le Ministre lors de la remise de cette distinction ainsi que la réponse de Rémy Aron qui s’adressent à tous les artistes de La Maison des Artistes.
La Maison des Artistes

Extrait du discours prononcé par Frédérique Mitterrand

Retrouvez l’intégralité du discours en cliquant ici

 

Cher Rémy Aron,

C’est à l’École des Beaux-Arts de Paris, dans l’atelier de Gustave Singier, que vous faites votre apprentissage, avec notamment Roger Plin et Jean Bertholle pour professeurs. Une fois diplômé, vous résidez à la Cité Internationale des Arts de 1974 à 1975. Vos compositions s’orientent alors vers un style figuratif qui favorise les techniques traditionnelles : le crayon, l’huile, l’acrylique, le pastel, le fusain. Votre peinture, ouverte aux jeux de lumière, a pour thèmes de prédilection les natures mortes, l’atelier, les vues d’intérieur, les modèles vivants, les paysages, où dernièrement vous introduisez des éléments architecturaux. Une couleur, un point, souvent, y suffisent à évoquer un volume, dans un univers personnel fait d’allusions, de suggestions, de décalages oniriques.

Votre œuvre s’expose désormais dans les galeries du monde entier, des États-Unis au Japon, en passant par le Liban et le Maroc. C’est en Chine que vous organisez vos plus grandes expositions, à Canton, Dongguan, Wuxi et Panjin. Votre œuvre féconde obtient de nombreux prix : une bourse de séjour à la Casa Velasquez à Madrid en 1979, une bourse du Conseil régional d’Ile-de-France en 1982 et en 1985, le premier Prix Noufflard décerné par la Fondation de France, puis le Grand Prix Fernand Cormon, décerné par la Fondation Taylor. Vous recevrez également la Médaille d’or des artistes français.

Vous qui connaissez l’univers particulier des salons pour y avoir très souvent exposé, comme au Salon d’Automne, au Salon de Mai, au Salon Grands et Jeunes d’aujourd’hui, à la Biennale 109, au Salon Comparaisons, vous avez été également secrétaire général de la Fédération des Salons Historiques du Grand Palais. Vous y avez défendu l’expertise essentielle que les salons apportent à l’art, et leur capacité à constituer un vivier de découvertes de nouveaux artistes, à la fois pour les visiteurs, pour les institutions, et pour le marché de l’art.

Votre engagement au service de l’art et des artistes, c’est également votre enseignement de la peinture et de la gravure depuis 1982 à l’atelier des Beaux-Arts de la Ville de Paris ; et c’est bien sûr votre présidence, depuis 2005, de la Maison des Artistes, un mandat qui vous tient particulièrement à cœur. Créée en 1952, la Maison des Artistes est un organisme unique en France, qui protège les intérêts des artistes plasticiens en étant gestionnaire de leur régime de sécurité sociale. Vous œuvrez ainsi à défendre la création, en soutenant les artistes et leur place dans la Cité pour que leurs regards demeurent libres.

Les arts plastiques, en France, ont la chance de pouvoir compter sur l’un des grands peintres de notre époque parmi leurs alliés privilégiés.

Cher Rémy Aron, au nom de la République française, nous vous faisons Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres.

 

Réponse de Rémy Aron, lors de la remise de l’insigne de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres le lundi 12 décembre 2011.

 

Monsieur le Ministre,

C’est un grand honneur pour moi d’avoir reçu de vos mains cette belle distinction dans l’Ordre des arts et des lettres.

Je vous en remercie chaleureusement.

Mais cette distinction va surtout à toute la structure de la Maison des Artistes que j’ai l’honneur de présider depuis bientôt sept ans. Elle la reçoit comme  une reconnaissance par l’Etat,  de la pertinence de son action pour la solidarité dans nos métiers.

Car nous travaillons tous ensemble, les membres du bureau,  les artistes volontaires et nos collaborateurs engagés et si dévoués, pour porter la voix des artistes de France.

Nous prenons aussi cette distinction comme l’écho qui peut résonner ici ce matin,  de la parole et du travail  des artistes plasticiens dans toutes leurs diversités qui œuvrent sur tous les territoires de la République.

Comme Renoir l’écrivait pour une  préface au Livre de l’art de Cennino Cennini : « Il faut y insister c’est l’ensemble des œuvres laissées par de nombreux artistes oubliés ou inconnus qui fait la grandeur d’un pays et non l’œuvre originale d’un homme de génie.

Celui-ci, isolé parmi ses contemporains ne peut, le plus souvent, être enserré dans des frontières ou dans une époque : il les dépasse.

Ceux – là, au contraire, incarnent à la fois l’époque et le territoire, le terroir presque.»

 

Monsieur le Ministre, j’ose vous dire publiquement, ce matin,  qu’il faut laisser  une bonne part de l’expertise professionnelle aux artistes eux-mêmes par les structures représentatives et les grands Salons nationaux qui ont une place essentielle dans le paysage des arts.

En effet, les trois piliers ou plutôt les trois légitimités,  qui devraient soutenir un développement harmonieux des arts et avancer de conserve, sont à part égales : L’Etat, le marché, et les artistes élus par leurs associations démocratiques.

Nous le souhaitons tous et nous pouvons aussi ensemble, bâtir des ponts solides avec les autres grands peuples d’artistes dans le monde, comme la Chine.

Enfin, je tenais à vous annoncer aussi,  ce matin,  que nous travaillons au Manifeste des artistes qui sera la contribution collective des artistes pour fêter en 2012 les 60 ans de la Maison des Artistes, notre maison commune. 

Ce manifeste sera aussi pour vous-même, Monsieur le Ministre,  un état des lieux, vrai et franc, venant,  sans détours,  du cœur et de l’intelligence des artistes. 

Il  pourra éclairer  votre gouvernance et vos choix.

Nous allons tous continuer à travailler ensemble, à réveiller  la confiance.

Merci.

La Maison des Artistes – 11 rue Berryer – 75008 PARIS
Association agréée pour la gestion des assurances sociales des artistes auteurs d’œuvres originales graphiques et plastiques (Art. L382-1 du Code de la Sécurité Sociale).