RSS
 

VIDÉOS : La 1ère Fête du Homard Thermidor

27 Mar

Succès historique

LA 1ère FÊTE DU HOMARD THERMIDOR CONSACRE

LA VICTOIRE DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION SUR L’OBSCURANTISME !

Cette fête de la Liberté, organisée par la Coordination Défense de Versailles et placée sous la présidence d’honneur du Prince Sixte-Henri de Bourbon, s’est tenue le 1er décembre 2011 au Molière. Elle date l’étape décisive du 1er mouvement de Résistance culturelle internationale, né en 2008 en réponse à la Guerre déclarée à Versailles contre l’Intelligence, l’Art et la Civilisation par l’invasion du new-yorkais Jeff Koons 1er dans les Grands appartements royaux. Trois ans après la constitution d’un front commun anti-Koons, cette 1ère fête du homard Thermidor a fait salle comble. Elle a rassemblé les principaux acteurs de la défense du chef d’œuvre du Roi soleil cannibalisé depuis trois ans, sous le symbole du Homard régressif de Jeff Koons 1er, pour en consacrer la chute.

 


 

VIDÉO de la 1ère Fête du Homard Thermidor

* * *

Retrouvez sur YouTube les différentes interventions par participants :

  1. Arnaud Upinsky : Origine de la fête du Homard Thermidor ; Guerre contre l’art, l’intelligence et la Civilisation ; la scénarisation de l’exposition de Koons 1er occultée par les média ; inversion des valeurs de Louis XIV et de Jeff Koons 1er , de l’art français et de l’art new-yorkais, de la France et de New-York.
    >>>Télécharger la vidéo
  2. Arnaud Upinsky : Deux mensonges : – 1er mensonge « Louis XIV aimait l’art contemporain ». Non, au contraire, il s’est battu toute sa vie contre l’art contemporain.2ème mensonge « C’est grâce à l’art contemporain (new-yorkais) que Versailles est connu ». Non, c’est l’inverse.
    >>>Télécharger la vidéo
  3. Arnaud Upinsky : L’Action de Résistance culturelle depuis 2008 jusqu’au départ de J.-J. Aillagon :  le désaveu de l’exposition Jeff Koons 1er par le Ministre de la culture, Christine Albanel,  patrimoine moral et défense des œuvres de l’esprit.
    >>>Télécharger la vidéo
  4. Arnaud Upinsky : Victoire obtenue grâce au bon choix des mots. Guerre sémantique et de civilisation, le front commun..
    >>>Télécharger la vidéo
  5. Guy Ecudié ; Président de l’ARAP : Exposé des fondements de la procédure judiciaire qu’il a menée contre les ferrailles de Venet, défigurant la Place d’Armes, et son épilogue heureux.
    >>>Télécharger la vidéo
  6. Solange de Villars : Conseillère de Quartier à la ville de Versailles, membre actif de l’ARAP, de la Société des Amis de Versailles et de la CDV, a rappelé le succès de la « pétition du Dragon » qu’elle a initiée avec le soutien du Maire de Versailles, F. de Mazières, pour obtenir sa réouverture.
    >>>Télécharger la vidéo
  7. Le Prince Sixte-Henri de Bourbon : Détenteur des droits moraux sur le chef d’œuvre de Louis XIV, a exprimé les Droits de son « engagement dans cette bataille de Versailles pour la préservation de ce patrimoine universel qui est l’héritage de tous les Français » et non d’un petit nombre.
    Les raisons de son action en Référé-Liberté devant le TA de Versailles pour défendre le droit moral au respect du chef d’œuvre chef Versailles .
    Le château signature magistrale d’un souverain d’exception, référence et vitrine internationales.
    >>>Télécharger la vidéo
  8. Pierre Gilou & Arnaud Upinsky : Pierre Gilou est Président de l’association de Sauvegarde des Artistes du Grand Palais et membre des Amis de Versailles. Artiste de renom engagé dans le Référé-Liberté, il a dénoncé la situation des artistes exclus et condamnés à mort par l’art officiel subventionné, la censure des artistes par des fonctionnaires, la machine à casser l’enseignement des Beaux-Arts.
    Il nous explique ce qu’est le véritable art, quelle est la situation scandaleuse des artistes non subventionnés, exclus et condamnés à mort, leur découragement, la censure de la parole des artistes par les fonctionnaires, la machine à casser l’enseignement des Beaux-Arts, le besoin de déverrouiller le système et de redonner la liberté d’expression et de création aux artistes. Il nous explique aussi ses relations avec les artistes américains.
    Arnaud Upinsky, quant à lui, nous dit pourquoi il faut inverser la situation. Les créateurs doivent prendre la place des prédateurs.
    >>>Télécharger la vidéo
  9. Mme Keiko Murasé & Arnaud Upinsky : Madame Keiko Murasé. Elle a voulu participer au procès contre J.-J. Aillagon, elle représente le Japon et est amie de Versailles. Elle trouve que la France est un beau pays, qu’il ne faut pas l’abimer, que ces pseudos œuvres d’art contemporaines ne sont pas compatibles avec le prestige de la France, et qu’elles en détruisent l’image, à tel point que cela fait fuir les Japonais qui ne comprennent pas pourquoi on rabaisse ainsi la France en exposant des objets qui la salissent. En ce qui concerne les Mangas, le Japon a présenté ses excuses à la France pour montrer que les  » mangas  » présentés par Murakami ne sont pas des mangas, que l’art des mangas est un art véritable et que ce que l’on a proposé à Versailles comme des mangas ne sont que des objets new-yorkais faits dans des usines.. Elle est en France depuis plus de 25 ans, la France s’est beaucoup dégradée depuis, à tel point qu’elle songé à repartir au Japon.
    >>>Télécharger la vidéo
  10. Maître Rosny Minvielle de Guilhem : Avocat des Référé-Libertés a insisté sur le succès de l’impact médiatique international et le vide juridique (liberté fondamentale).
    >>>Télécharger la vidéo
  11. Bertrand de la Roncière : Président de l’association de la statue Louis XIV a exposé son combat ayant empêché la mise aux oubliettes de la statue de Louis XIV.
    L’association Louis XIV qui s’est opposé à la mise aux oubliettes de la statue et son succès de mise sur la Place d’Armes appuyée par J.-J. Aillagon mais pour en faire l’usage que l’on sait avec Venet.
    >>>Télécharger la vidéo
  12. Madame Rapatel. DG de la galerie Art France : Carole Senille Rapatel, DG d’Art France, la plus ancienne Galerie d’art de l’avenue Matignon, expert près de la cour d’appel, a exposé sa défense de l’Art français et son action en Chine.
    Elle fait part de son expérience de Galeriste, du déclin des exportations, de la libération de la parole dont elle a été témoin à la suite de l’impact médiatique de l’action de la Coordination. Elle livre son expérience de son action en Chine.
    >>>Télécharger la vidéo
  13. David Grigny : Meilleur Ouvrier de France en ébénisterie, découvreur et restaurateur du bureau-plat du père de Louis XVI, exclu de travail par une loi de 2002, a fait sensation en relatant son apostrophe au Président de la République, le succès de sa grève de la faim, sa rencontre avec le Ministre de la culture et la perspective de la révision de la loi de 2002 qu’il a obtenue. Sa victoire est le triomphe de la persévérance.
    Le bureau-plat de Louis XV

    Le bureau-plat de Louis XV

    La loi de 2002 l’empêche de travailler. La chasse gardée du métier. Sa décoration par Nicolas Sarkozy, sa grève de la fin, sa réception par Frédéric Mitterrand et son succès pour que la loi d’exclusion de 2002 soit enfin changée. Son parcours du combattant, c’est le triomphe de la persévérance.
    >>>Télécharger la vidéo

 

Ce meilleur ouvrier de France peine à trouver du travail !

David Grigny a obtenu le titre de meilleur ouvrier de France en ébénisterie en 2008. Il pensait pouvoir restaurer du patrimoine. Mais une loi de 2002 l’empêche d’exercer son art.

David Grigny

David Grigny

 

En janvier 2008, il avait été décoré par Nicolas Sarkozy, devenant le sixième meilleur ouvrier de France en ébénisterie. Fin 2010, il rendait médaille et diplôme avec le sentiment d’avoir fait ce concours « pour rien », dans la mesure où cela ne l’a pas davantage aidé à « accéder à des chantiers de musées. Certes, ce titre n’est pas une fin en soi, mais il peut en principe ouvrir des portes. »

David Grigny, meilleur ouvrier de France

David Grigny, meilleur ouvrier de France en ébénisterie décoré en Janvier 2008 par Nicolas Sarkozy

La restauration du patrimoine constitue 60 % de l’activité de David Grigny. Lui qui est titulaire de trois CAP et d’un BEP est convaincu que l’on « repousse la filière professionnelle », et que la conservation (nettoyage) est aujourd’hui privilégiée à la restauration (réparation). Il avait travaillé pour de grands noms parisiens avant d’ouvrir son atelier à Lille en 2002. En juin 2010, il mettait la clef sous la porte. Depuis, il a tout perdu. « Je refuse le RSA et l’inscription à Pôle emploi, ce serait une énorme insulte pour tous les confrères ouvriers, estime-t-il. Et si j’ai rendu ma médaille, c’est pour qu’on me la rende et que je puisse retravailler. Car c’est professionnellement que j’ai faim. »

Une cause juste, avoue la Société nationale des meilleurs ouvriers de France, « bouleversée » par la situation de David Grigny. « On la vit très mal », confie Gilles Lefort, responsable pour la région Nord, selon qui le problème est bien réel : « Si vous n’avez pas l’agrément, vous ne pouvez pas travailler. C’est une aberration de la législation. Il y a un réel problème de fond pour les artisans de très haut niveau.  »

Durée : 2 min 03 , Date : 10 mai 2010 , Auteur : TF1

 

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Réagissez