RSS
 

Archive de janvier, 2012

Vandalisme du Patrimoine par la Mairie de Paris

25 Jan

La place de la République vandalisée par la Mairie de Paris

La Tribune de l'Art

Pour information ( à suivre) …
La place de la République vandalisée par la Mairie de Paris !

Le massacre était programmé : la Mairie de Paris vient de faire éventrer, avec la complicité passive du ministère de la Culture qui n’a rien fait pour les protéger, les fontaines des Dauphins de la place de la République (ill. 1 et 2), les brisant intégralement à l’exception des bronzes et des clôtures en fonte qui ont été conservés et seront bientôt stockés au dépôt des œuvres d’art de la Ville de Paris1.

Vandalisme des Fontaines

Une des fontaines des Dauphins de la place de la République (côté Boulevard Voltaire) en cours de destruction (18/1/12) ; Photo : Didier Rykner

 

Une fois de plus, après la destruction du stade Jean Bouin et de ses tribunes Art Déco, l’installation prévue sur les Serres d’Auteuil de Roland-Garros, le projet de la nouvelle Samaritaine (sur lequel il faudra que nous revenions) qui va dénaturer la rue de Rivoli et détruire des immeubles du XVIIIe siècle, le désintérêt pour les églises, Bertrand Delanoë et ses équipes viennent de démontrer leur profonde inculture et l’indifférence totale qu’ils portent au patrimoine de la ville qu’ils administrent. À propos des églises, on pourra lire sur le site Paris.fr le pitoyable plaidoyer de Danièle Pourtaud, adjointe du maire au Patrimoine, en faveur de la politique de la ville : la « situation est compliquée » et la précédente mandature mettait beaucoup moins d’argent. Rappelons à Mme Pourtaud que le maire actuel est aux affaires depuis près de onze ans…

Vandalisme des Fontaines

Une des fontaines des Dauphins de la place de la République (côté Boulevard Saint-Martin) en cours de destruction (18/1/12) ; Photo : Didier Rykner

 

L’argumentation est consternante. L’article ose avancer que, depuis 2001, « la rénovation de 37 édifices a été effectuée ». Et elle donne une liste où l’on trouve rien moins que quelques-unes des églises dont l’architecture ou les décors sont parmi les plus menacés de Paris comme Saint-Merry, Saint-Séverin, Saint-Joseph-des-Carmes, La Madeleine, Saint-Philippe-du-Roule, Notre-Dame-de-Lorette, Saint-Germain-de-Charonne et bien d’autres encore…
C’est l’urgence qui dicte les chantiers : des pierres tombent de la façade de Saint-Paul-Saint-Louis ? Il faut intervenir car on n’a plus le choix. Il pleut dans Saint-Philippe-du-Roule ? On installe un pis-aller avec une couverture provisoire qui va durer des années.
Combien d’églises aurait-on pu contribuer à restaurer avec le budget dépensé pour vandaliser la place de la République ?

Une des fontaines de la place de la République avant sa destruction par la Mairie de Paris

Une des fontaines de la place de la République avant sa destruction par la Mairie de Paris ; Photo : Didier Rykner

 

Nous avions commencé une série sur les édifices cultuels parisiens. Sans négliger les quelques rares opérations de restauration en cours ou récemment terminées (nous parlerons bientôt de la Chapelle des Âmes du Purgatoire de l’église Sainte-Marguerite), nous poursuivrons prochainement notre parcours dans les églises « rénovées », en réalité fort menacées, de Mme Pourtaud.

 

Didier Rykner, mercredi 18 janvier 2012
  1. Nous ne connaissions pas l’auteur de ces fontaines. Signalons que le site e-monumen lui consacre un dossier, indiquant que l’architecte est Joseph Bouvard, successeur de Davioud. []
 

Nouvelle menace financière anglo-saxonne sur l’harmonie patrimoniale de Versailles

16 Jan

Logo Temple Mormon Paris

Nouvelle menace financière anglo-saxonne sur l’harmonie patrimoniale de Versailles :
le projet de « percée » des Mormons aux portes du château.

Soutenons Avenir 46, qui nous adresse ce message !

Collectif  Avenir46

Madame, Monsieur,

Nous vous remercions très chaleureusement du soutien que vous apportez à notre démarche d’information et de pétition au sujet du 46 boulevard Saint-Antoine, au Chesnay, qui s’est vu attribuer par le maire de la ville un permis de construire dans une incroyable discrétion.

Nous sommes peu de choses face aux dizaines de milliards de dollars des Mormons, mais, grâce à votre soutien, nous gagnons chaque jour un peu plus l’opinion et les médias, dont la couverture va croissante (Le Parisien, La Croix, France Inter, Radio Notre-Dame, France 3, bientôt un grand média télévisé national, etc.).

Désormais, les Mormons dévoilent leur mépris pour le Chesnay qu’ils ne citent nulle-part ( ils parlent de leur « temple de Paris » ), et leur appétit de captation en ne masquant pas au passage leur ambition de devenir un concurrent de premier ordre à l’Église : « Bref, face à ces remarques d’officiels catholiques – qui sont en fait bien logiques, presque attendues, car on ne peut pas demander à des prêtres catholiques de crier de joie à l’annonce de la construction d’un temple mormon – doit-on déceler une crainte face à un concurrent sur un marché du religieux hexagonal qui se pluralise de plus en plus ? » peut-on lire sur le blog « mormonisme ». Au préalable, l’auteur, enseignante mormone, ironise même avec malice sur l’état des fidèles de l’évêché versaillais qu’il réduit à un club du troisième âge : « L’identité catholique ? Mais aujourd’hui, si les grands-parents sont catholiques, les petits enfants sont bien souvent agnostiques ou athées, et peuvent même être musulmans. »

Car les Mormons crient déjà victoire, comme le relate dans son blog l’ancien Conseiller Général du Chesnay-Rocquencourt, Jean-Louis BERTHET : http://www.jeanlouisberthet.org/blog/2011/12/30/lopinion-des-mormons/  d’après l’article : http://www.sltrib.com/sltrib/news/52199843-78/temple-lds-france-church.html.csp
« Dans le Salt Lake Tribune du 21 juillet dernier, les Mormons ont donné leur version de leur implantation au Chesnay. Elle mérite d’être connue. L’article porte un titre révélateur : la percée Mormon (The mormon breakthrough). C’est un terme militaire. Au Chesnay, les Mormons se vantent d’avoir réalisé une « percée ». Bravo ! Dans cet article, M. Brillault, maire du Chesnay, est cité. On lui fait dire des paroles étonnantes : “ Le projet des Mormons est le meilleur et spécialement le plus rentable. (The most profitable). Les Mormons vont dépenser plus de 80 millions d’Euros au total. ” On comprend son admiration. Le plus rentable, soit. Mais pour qui ? Pour les Mormons, bien sûr, qui écrivent : “ Les responsables de l’Église des Saints du Dernier Jourc’est le nom qu’ils se donnentont travaillé pendant des mois (have been working for many months) avec les responsables du Chesnay après que plusieurs essais pour trouver un site convenable aient échoué. ” Grâce au maire du Chesnay, ils ont rentabilisé leur travail. Un des responsables se glorifie même d’avoir trouvé un élu pour permettre aux Mormons de faire du prosélytisme. Écoutons-le : “ Comme c’est surtout une région catholique avec beaucoup d’églises, avoir un temple près de Paris et avoir des gens qui le voient de loin et qui s’interrogent à son sujet va renforcer le travail missionnaire (enhance the missionnary work). ” Le projet est aussi rentable, financièrement, pour la société immobilière propriétaire, laquelle va empocher 20 millions d’Euros, un prix inespéré, supérieur à la valeur réelle du terrain. »

Temple Mormon du Chesnay

Temple Mormon du Chesnay

 

Notre action dans le cadre du collectif AVENIR46 fait désormais l’objet d’une contre-attaque mormone :
— un site dernier cri a été mis en ligne : www.templemormonparis.org qui véhicule leur propagande sur le Temple dit « de Paris », mais implanté au Chesnay (« Euromormon » ?)
— des commentaires nombreux sont venus polluer la pétition
— nous avons bien entendu reçu des courriels peu aimables nous invitant à revoir nos sources, mais sans démentir nos informations.
— les représentants de l’Église catholique sont plus ouvertement pris à parti.

Plan du site du Temple Mormon du Chesnay

Plan du site du Temple Mormon du Chesnay

Nous continuons de vous informer, au travers de notre site www.avenir46.fr . Nous sollicitons les élus locaux et les représentants de l’État et ambitionnons avec leur concours de démontrer qu’un autre avenir est possible pour le 46 boulevard Saint-Antoine.

Le cap des 1.100 signatures est franchi : nous vous invitons à faire circuler cette pétition auprès de vos proches.

Avec nos fidèles remerciements,

L’équipe d’Avenir 46

Projet de Temple Mormon du Chesnay

Projet de Temple Mormon du Chesnay

 

(Mise à jour du 25/01/2012, 16h30) : La pétition a recueillie 5332 signatures à ce jour.

Pour une consultation publique des Chesnaysiens sur l’avenir du 46 boulevard Saint-Antoine

Petition Consultation Publique

Pétition électronique : http://www.mesopinions.com/Pour-une-consultation-publique-des-Chesnaysiens-sur-l-avenir-du-46-boulevard-Saint-Antoine-petition-petitions-dc8fde3e092625746320aff43c1d9366.html#signer-petition

Pétition papier : https://skydrive.live.com/redir.aspx?cid=7bd44a99f7f1d856&resid=7BD44A99F7F1D856!147&parid=7BD44A99F7F1D856!103&authkey=!AJvHG2qsM0WIv64

 

Versailles dévoile le  »vice électoral caché » du Régime présidentiel

15 Jan

Présidentielles 2012

À L’HEURE DU 600ème ANNIVERSAIRE DE JEANNE D’ARC ET DE LA PERTE DU CRÉDITAAA  DE LA FRANCE, VERSAILLES DÉVOILE LE TRIPLE SUBTERFUGE :
►    DU « SACRE PRÉSIDENTIEL » DE DOMRÉMY
►    DU « DISCOURS VENTRILOQUE » DE H. GUAINO
►    DU « VICE ÉLECTORAL CACHÉ » DU RÉGIME PRÉSIDENTIEL

Nicolas Sarkozy à Vaucouleurs - Photo : Alexandre Marchi

Nicolas Sarkozy à Vaucouleurs - Photo : Alexandre Marchi

VERSAILLES – École d’Intelligence, d’Art et de Politique – est une prodigieuse grille de lecture de la légitimation patrimoniale de la Politique. C’est pourquoi New York a planté au cœur de Versailles le drapeau de son hégémonie : le « Split Rocker » de Jeff Koons, symbole clef de la perversion politique.

le « Split Rocker » de Jeff Koons, symbole clef de la perversion politique.

Le « Split Rocker » de Jeff Koons, symbole clef de la perversion politique.

Le « Split rocker ». Ce monstre chimère à double visage (vieux-jeune / dinosaure-poney), narguant l’harmonie de Versailles, véritable cheval de Troie de la nouvelle politique culturelle de viol de l’art classique par l’art new-yorkais, représente la juxtaposition des contraires. Orwell disait : «  La conciliation des contraires est le moyen de garder le pouvoir éternellement ! » C’est la figure machiavélique clef de la politique interdisant tout renouveau des Institutions.

Le Patrimoine, figure « légitimante » de la politique. LA FRANCE est la 1ère puissance patrimoniale au monde. « Une et indivisible », la République monarchique n’est Une que dans la cohérence des Ors de son patrimoine symbolique royal : Versailles haut-lieu du Congrès, Palais Bourbon siège de l’Assemblée Nationale, Palais du Luxembourg, siège du Sénat, Palais de Élysée, etc. Pour être élu, tout candidat à la Président de la République doit « à tout prix » incarner l’Identité patrimoniale de la France aux yeux des électeurs. Et pour y parvenir, l’actuel Président aura coup sur coup eu recours au subterfuge du « Split rocker » de juxtaposition cachée des contraires, aux élections présidentielles de 2007 et 2012.

1er Subterfuge : se faire élire sur le discours d’un autre !

En 2007, c’est grâce au subterfuge du ventriloquisme littéraire que le futur Président a juxtaposé son image à celle d’un homme de synthèse du patrimoniale. Il a lu comme siens les discours patrimoniaux de H. Guaino pour en tirer sa légitimation politique, comme l’a révélé le film « Les plumes des Président »1 :

Henri Guaino, conseiller du président Nicolas Sarkozy

Henri Guaino, conseiller du président Nicolas Sarkozy

–    Sarkozy, n’a « pas de référence littéraire », dit H. Guaino, alors que « la France est un vieux pays littéraire, elle se reconnaît dans l’écrit, dans la beauté de la langue. Et par conséquent, il ne peut pas y avoir de grands discours présidentiels qui ne soient d’abord des textes écrits, travaillés. » Les discours de H. Guaino font vibrer la corde du patrimoine historique et « permettent de trouver les mots d’une certaine solennité, pour porter, pour incarner les habits de la fonction présidentielles. » « Assis au premier rang, H. Guaino murmure les mots au moment même où N. Sarkozy les déclame ! » Modèle de ventriloquisme, le discours du 14 janvier 2007 – dans lequel N. Sarkozy dira « J’ai changé ! », et pour cause ! – fera basculer définitivement les sondages, jusque là tous négatif et après tous positifs. Cette opération ventriloque aura fait passer le candidat pour son inverse : pour un homme de vaste culture s’inscrivant dans la durée de l’Histoire, pour l’incarner, alors qu’en réalité il est l’homme de l’instantanéité se situant aux antipodes des valeurs patrimoniales historiques de la France.

C’est la transposition électorale du subterfuge amoureux de Cyrano ! En votant pour la plume de H. Guaino, les Français ont élu sans le savoir le président Sarkozy, d’où leur déconvenue. Poussée jusqu’à cette caricature, l’utilisation de « plumes à légitimer » transforme la Démocratie en mise en scène, lui enlève toute crédibilité, et invite à une totale refondation des Institutions fantoches qui autorisent une telle dérision d’un Président homme de lettres postiche.

2ème Subterfuge : se faire sacrer au nom des valeurs qu’on dévalorise.

Nicolas Sarkozy - 600ème anniversaire de Jeanne d'Arc

Nicolas Sarkozy - 600ème anniversaire de Jeanne d'Arc à Domrémy

En 2012, après avoir congédié J.J. Aillagon pour reconquérir le symbole clef de Versailles, le Président candidat viendra chercher à Domrémy la légitimation de son sacre patrimonial pour juxtaposer son image à son contraire. N’est-il pas l’anti-Jeanne d’Arc par excellence au regard des valeurs de foi et de légitimité dont elle a témoigné jusqu’au bûcher ? 1. Religion. Sous couvert de subventions, son Régime n’a cessé de promouvoir une propagande antireligieuse : à Avignon, Paris, etc. 2. Guerre de libération anti-anglais. Il représente l’invasion tous azimuts des anglo-saxons ; par son suivisme des États-Unis ; par son culte de l’argent et du modèle anglo-saxon : « La City est un atout pour l’Europe » ! ; par sa réintégration dans l’OTAN ; par l’anglais imposé à l’école ; par sa politique culturelle d’invasion de l’art new-yorkais à Versailles symbole patrimonial de la souveraineté de la France … ; jusqu’aux indépendantistes du Québec qu’il qualifie de « sectaires » ! 3. Légitimité politique. En ignorant le « non » à 54 % du référendum de 2005 sur la Constitution européenne, exigeant de sortir du nouveau traité de Troyes, il livre la France à la « souveraineté » anglo-saxonne. C’est par le subterfuge de sa juxtaposition à l’image du symbole patrimonial de la France, pour se faire sacrer par les valeurs qu’il dévalorise, que le Candidat cherche à nouveau une légitimation politique postiche !

3ème Subterfuge : Le « vice caché » d’un Régime ennemi du patrimoine qui l’a fait élire.

D’élection en élection, la spirale suicidaire du « vice électoral caché » nous entraine inexorablement : 1. Il se fait élire en s’identifiant au patrimoine par juxtaposition ; 2. Une fois élu sur le Patrimoine, il en profite tout en le trahissant ; 3. De subterfuge en subterfuge électoral, la France déboussolée tombe ainsi de Charybde en Scylla. Tel est le vice caché du « Split rocker » électoral, symbole de la perversion politique et du double langage, la contradiction mortelle du Régime présidentiel se révélant l’ennemi du patrimoine après son élection. « Tout régime vit de son principe et meurt de sa contradiction. » (Napoléon)

LA COORDINATION DÉFENSE DE VERSAILLES
–    CONSTATE que de tels subterfuges, de création de fausses valeurs destructrices, sont permis en politique alors que dans tout autre domaine ils seraient qualifiés de publicité mensongère, contrefaçon, usurpation d’identité, escroquerie, etc. ;
–    DÉNONCE le détournement de la légitimation patrimoniale de la politique par le subterfuge d’une « juxtaposition ventriloque des contraires », suprême caricature d’une Démocratie ainsi transformée en mise en scène grotesque du « faire croire sans y croire » lui enlevant tout crédit et toute autorité ;
–    EN APPELLE à une Refondation totale de la Science politique et de ces Institutions fantoches autorisant sans murmure une telle dérision de notre Patrimoine le plus prestigieux, bien le plus précieux, et des valeurs suprêmes de l’Humanité fondant la Démocratie conçue comme une communauté d’idéal et de destin.
Telle est la prodigieuse grille de lecture mondiale de Versailles, de la légitimation patrimoniale de la politique, livrant la clef du « vice caché  » du Régime actuel : la raison secrète pour laquelle la France montée si haut, à l’École de Versailles, est aujourd’hui tombée si bas, sous le symbole suicidaire du « Split rocker » new-yorkais.

Arnaud Upinsky, Président de l’UNIEF/Coordination Défense de Versailles
Contact presse : courrierposte@orange.fr et tel : 06 01 76 20 79

Les plumes des Présidents

  1. http://coordination-defense-de-versailles.info/videos/2011-12-09_LCP_Les-plumes-des-Presidents.mp4 []
 
 

NOUVELLE MENACE SUR VERSAILLES : VersaillesGate en perspective…

12 Jan

Le 2 décembre dernier (2011) le site de La Tribune de l’Art nous avait alerté sur une nouvelle menace sur Versailles :

La Tribune de l'Art

Une partie du Domaine National de Versailles en pré-vente au Salon de l’Immobilier d’Entreprise !

2/12/11 – Patrimoine – Versailles, Domaine National – Nous avons consacré un précédent article aux menaces que la révision du PLU de Versailles et que le « Grand Paris » font peser sur le parc du château, resté propriété de l’État depuis Louis XIV (voir l’article). Les derniers développements dans cette affaire sont particulièrement inquiétants et témoignent de ce qui ressemble à une véritable fuite en avant.

C’est ainsi avec stupeur que l’on constate la présence de « Versailles Grand Parc », communauté d’agglomération présidée par le maire de Versailles, au Salon de l’immobilier d’entreprise (SIMI1 ) (ill. 1) qui se termine aujourd’hui 2 décembre au Palais des Congrès de la Porte Maillot. Comme l’explique le site Internet de « Versailles Grand Parc » : « Ce salon permet de promouvoir le foncier disponible [sic] […] et de rencontrer […] investisseurs, promoteurs, entreprises, agents immobiliers. » ! Les terrains concernés se situent à la fois dans l’enceinte du Grand Canal, objet de notre première étude (terrains de Pion et de Satory), mais aussi dans l’ancien parc de chasse du château (terrain de Santos-Dumont par exemple).

Source : http://www.latribunedelart.com/une-partie-du-domaine-national-de-versailles-en-pre-vente-au-salon-de-laeur-tm-immobilier-daeur-tm-entreprise-article003407.html

Cette menace – disions-nous alors –, représente pour Versailles un « VersaillesGate en perspective… »

VersaillesGate

Le 4 janvier, La Tribune de l’Art nous donne les dernières informations sur ces menaces graves et irréversibles sur le Domaine de Versailles :

Patrimoine : Le Plan Local d’Urbanisme de Versailles : de mal en pis

Le conseil municipal de Versailles a approuvé, le 24 novembre 2011, la révision de son Plan Local d’Urbanisme (voir les précédents articles consacrés à cette question). La municipalité persiste donc dans son projet visant à substituer à l’urbanisation légère et réversible des terrains affectés à l’armée, qui demeuraient propriété de l’Etat, une urbanisation irréversible tant par sa cession au privé que par son importance.
Le délai de recours contre le PLU s’achèvera à la fin du mois de janvier. Force est de constater que bien peu d’associations ont manifesté, pour l’heure, une intention d’agir contre celui-ci, et que la presse reste curieusement atone (à l’exception du Journal des Arts2 ) devant ce qui pourrait être l’un des plus grands scandales patrimoniaux de la décennie. La Mairie, de son côté, s’emploie à nier cette réalité.

Source : http://www.latribunedelart.com/le-plan-local-d-urbanisme-de-versailles-de-mal-en-pis-article003478.html

  1. Le SIMI est organisé par le « Groupe Moniteur », « partenaire fondateur », avec « Bouygues Immobilier », de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine. []
  2. Sophie Flouquet, « Les chantiers de Versailles », Le Journal des Arts, n° 359, 16 décembre 2011-5 janvier 2012, p. 6. []