RSS
 

Archive de décembre, 2011

JOYEUX NOËL DE PROVENCE

23 Déc

La crèche Marcel Carbonel à Avignon

Des signataires de Provence souhaitent un joyeux Noël à tous les membres de la CDV  en leur adressant ces santons et ces crèches exceptionnelles, fleurons du patrimoine marseillais à préserver au même titre que le patrimoine le plus prestigieux de Versailles, modèle du genre.

Santons Marcel Carbonel

La crèche d’AVIGNON dans l’Hôtel de Ville
La crèche Marcel Carbonel à Avignon

Une crèche provençale exceptionnelle
Sur 54m2, elle représente un paysage provençal imaginaire mêle massifs rocheux, garrigues, vignes, champs de lavande, champs d’oliviers, villages perchés, rivière et torrent. On y retrouve le petit peuple des santons. Ils illustrent les petits métiers d’autrefois. Ils se rassemblent par petits groupes et partent à travers les chemins, franchissent les ponts, s’attardent en de vifs conciliabules. Tous convergent vers la grange qui abrite la nativité.

La crèche de l’Abbaye de St Victor
à Marseille

La crèche Marcel Carbonel à Saint Victor de Marseille

Santons Marcel Carbonel

Marcel CarbonelÀ l’évidence, l’excellence de cette fidélité patrimoniale de l’artisanat local provençal tranche joyeusement avec ces décorations « contemporaines » souvent tristes, mercantiles et déshumanisées, à la new-yorkaise, qui endeuillent trop souvent nos villes et villages, au lieu de créer l’ambiance familiale festive attendue.

 

C’est bien volontiers que nous nous joignons à leur vœux de joyeux Noël et de bonne année 2012 après une année 2011 particulièrement chargée et riche de succès.

 

Succès historique de la 1ère FÊTE DU HOMARD THERMIDOR

19 Déc

Succès historique

Arnaud Upinsky au Molière

LA 1ère FÊTE DU HOMARD THERMIDOR CONSACRE

LA VICTOIRE DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION SUR L’OBSCURANTISME !

Le Homard de Jeff KoonsCette fête de la Liberté, organisée par la Coordination Défense de Versailles et placée sous la présidence d’honneur du Prince Sixte-Henri de Bourbon, s’est tenue le 1er décembre 2011 au Molière. Elle date l’étape décisive du 1er mouvement de Résistance culturelle internationale, né en 2008 en réponse à la Guerre déclarée à Versailles contre l’Intelligence, l’Art et la Civilisation par l’invasion du new-yorkais Jeff Koons 1er dans les Grands appartements royaux. Trois ans après la constitution d’un front commun anti-Koons, cette 1ère fête du homard Thermidor a fait salle comble. Elle a rassemblé les principaux acteurs de la défense du chef d’œuvre du Roi soleil cannibalisé depuis trois ans, sous le symbole du Homard régressif de Jeff Koons 1er, pour en consacrer la chute.

 

TROIS  VICTOIRES ÉCLATANTES

Les combats incessants, littéraires, médiatiques et judiciaires, menés devant l’opinion internationale avec un succès croissant, depuis 2008, débouchent sur le point d’orgue de trois victoires décisives. Arnaud Upinsky, Président de l’UNIEF/CDV a rappelé les causes de l’inévitable congédiement de J.-J. Aillagon obtenu en réponse à sa lettre ouverte au Président de la République du 21 septembre 2010. Solange de Villars, Conseillère de Quartier à la ville de Versailles, membre actif de l’ARAP, de la Société des amis de Versailles et de la CDV, a rappelé le succès de la « pétition du Dragon » qu’elle a initiée avec le soutien du Maire de Versailles, F. de Mazières, pour obtenir sa réouverture. Guy Escudié, Président de l’ARAP a exposé les fondements de la procédure judiciaire qu’il a menée contre les ferrailles de Venet, défigurant la place d’armes, et son épilogue heureux.

FRONT COMMUN DES ARTS ET LETTRES

SAR Le Prince Sixte-Henri de Bourbon

Le rejet du viol de Versailles par New-York a fait l’unanimité. Le Prince Sixte-Henri de Bourbon, détenteur des droits moraux sur le chef d’œuvre de Louis XIV, a exprimé les Droits de son « engagement dans cette bataille de Versailles pour la préservation de ce patrimoine universel qui est l’héritage de tous les Français ».  Pierre Gilou, Président de l’association de Sauvegarde des Artistes du Grand Palais, artiste de renom engagé dans le Référé-liberté, a dénoncé la situation des artistes exclus et condamnés à mort par l’art officiel subventionné, la censure des artistes par des fonctionnaires, la machine à casser l’enseignement des Beaux-arts. Keiko Murasse, artiste, a tenu à représenter l’honneur du Japon et de son Empereur outragé en participant au procès contre Aillagon. Le pseudo-art contemporain n’est pas compatible avec le prestige de la France. Le Japon a présenté ses excuses car les Mangas de Murakami ne sont pas de véritables mangas mais de piètres objets new-yorkais faits en usine. Rosiana Venezian, guide au château, requérante s’est fait représenter. Maître Rosny Minvielle de Guilhem, avocat des Référé-libertés a insisté sur le succès de l’impact médiatique international et le vide juridique (liberté fondamentale). Bertrand de la Roncière, Président de l’association de la statue Louis XIV a exposé son combat ayant empêché la mise aux oubliettes de la statue. Carole Senille Rapatel, DG d’Art France, la plus ancienne Galerie d’art de l’avenue Matignon, expert près de la cour d’appel, a exposé sa défense de l’Art français et son action en Chine. David Grigny meilleur ouvrier de France en ébénisterie, découvreur et restaurateur du bureau-plat du père de Louis XVI,  exclu de travail par une loi de 2002, a fait sensation en relatant son apostrophe au Président de la République, le succès de sa grève de la faim, sa rencontre avec le Ministre de la culture et la perspective de la révision de la loi de 2002 qu’il a obtenue. Sa victoire est le triomphe de la persévérance.

LE « FER DE LANCE »  DE LA LIBERTÉ

Rémy Aron, Président de la Maison des Artistes, en artiste indépendant avait qualifié de « fer de lance » notre l’action anti-Koons, soulevant l’ire de J.-J. Aillagon. Il vient de recevoir l’insigne de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres par le Ministre de la culture. Bon présage d’avenir, tandis qu’au passé les actes manqués de J.-J. Aillagon – désavouant sa politique invasive à Rome ; n’osant pas prendre l’exposition de Jeff Koons 1er comme date historique dans son « Versailles en 50 dates », mais au contraire celle du procès que nous lui avons fait, le 24 décembre 2008 ; n’osant pas présenter son livre au Salon du livre de Versailles fin novembre 2011 –, consacrent la défaite cuisante de l’art new-yorkais. La chute du Homard marque l’échec de l’intelligence régressive new-yorkaise qui prétendait inverser les canons de la Beauté, pour substituer l’ignoble à l’excellence, dans l’échelle des valeurs universelles de l’art.

Fort de ses succès, la CDV s’attachera désormais a renouer avec la gouvernance culturelle de Louis XIV à l’origine de l’hégémonie culturelle de la France ;  avec la vocation de mise du prestige de Versailles au service de ses intérêts vitaux ; avec sa politique de promotion de l’excellence visant non pas à étouffer les talents, comme aujourd’hui, mais à faire rayonner le prestige des Lettres, des Arts et de l’Art de vivre « à la française », dans le monde entier à partir de Versailles ; avec sa volonté de donner à l’Intelligence la place qui lui revient en tête de la Nation.  

À l’École internationale de Versailles, pour rendre visible la suprématie des valeurs culturelles de la France et redonner au chef d’œuvre unique du Roi-soleil son rôle de rayonnement des Arts et des Lettres, au service de la Civilisation et du Bien commun, tous les ans, la fête du homard Thermidor renouera avec la vocation de Versailles de rassembler tous les amis du Patrimoine, des Arts et Lettres, en vue de faire triompher les canons de l’excellence et  les meilleurs talents dans le monde entier.

Les Français doivent se réapproprier leur patrimoine. Cette fête d’avenir des Arts et Lettres sera la fête de la Création et de la Liberté !

Arnaud Upinsky au Molière

Arnaud Upinsky, Président de l’UNIEF/Coordination Défense de Versailles

Contact presse : courrierposte@orange.fr   et  tel : 06 01 76 20 79

Site : http://coordination-defense-de-versailles.info

 ~ ~ ~ ~ ~

Menu du dîner du homard Thermidor

Menu du dîner du homard Thermidorcliquer sur l’image pour l’agrandir

Menu du dîner du homard Thermidor

Merci à César Molina qui a participé de la réussite de la soirée.

LE MOLIÈRE

Le Molière, Versailles
César et Pilar MOLINA
Tel: 01 39 53 69 00
Fax: 01 39 53 61 31
10 Avenue du Général de Gaulle
78000 VERSAILLES
lemolière@voila.fr
Site : restaurant-versailles.eu

 

Rémy Aron, Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres

15 Déc

Chers Amis de Versailles,

En avant première, vous trouverez, ci-joint, le message que vient de nous adresser Rémy Aron, Président de la Maison des Artistes,  et artiste de renom qui n’a cessé d’encourager le « fer de lance » de notre action depuis 2008.

Nous sommes heureux de cette distinction de son éminent mérite, le 12 décembre 2011 comme chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres par le Ministre, amplifiée par le courage et l’intelligence du bien commun dont il a fait preuve à cette occasion en concluant franchement en réponse au Ministre :

« Enfin, je tenais à vous annoncer aussi,  ce matin,  que nous travaillons au Manifeste des artistes qui sera la contribution collective des artistes pour fêter en 2012 les 60 ans de la Maison des Artistes, notre maison commune.

Ce manifeste sera aussi pour vous-même, Monsieur le Ministre,  un état des lieux, vrai et franc, venant,  sans détours,  du cœur et de l’intelligence des artistes.

Il  pourra éclairer  votre gouvernance et vos choix.

Manifeste dont je vous incite à prendre connaissance attentivement dans l’intérêt de nos artistes. »

Nous le félicitons de ce succès porteur d’avenir.

Bien cordialement.

Arnaud Upinsky


Chers amis,
Pour vous tenir informé de mes activités je vous adresse personnellement la newsletter que vient de publier la Maison des Artistes.
En vous souhaitant à tous de bonnes fêtes de fin d’année.
Bien amicalement.
Rémy Aron
Communiqué de La Maison des Artistes   Décembre 2011
 

Photo Patrice Huguier

Frédérique Mitterrand, Ministre de la Culture et de la Communication et Rémy Aron,
Président de La Maison des Artistes

12 décembre 2011

Lundi 12 décembre, Rémy Aron, Président de La Maison des Artistes s’est vu remettre l’insigne de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres par Frédérique Mitterrand, Ministre de la Culture et de la Communication.
Retrouvez ci-dessous un extrait du discours prononcé par Monsieur le Ministre lors de la remise de cette distinction ainsi que la réponse de Rémy Aron qui s’adressent à tous les artistes de La Maison des Artistes.
La Maison des Artistes

Extrait du discours prononcé par Frédérique Mitterrand

Retrouvez l’intégralité du discours en cliquant ici

 

Cher Rémy Aron,

C’est à l’École des Beaux-Arts de Paris, dans l’atelier de Gustave Singier, que vous faites votre apprentissage, avec notamment Roger Plin et Jean Bertholle pour professeurs. Une fois diplômé, vous résidez à la Cité Internationale des Arts de 1974 à 1975. Vos compositions s’orientent alors vers un style figuratif qui favorise les techniques traditionnelles : le crayon, l’huile, l’acrylique, le pastel, le fusain. Votre peinture, ouverte aux jeux de lumière, a pour thèmes de prédilection les natures mortes, l’atelier, les vues d’intérieur, les modèles vivants, les paysages, où dernièrement vous introduisez des éléments architecturaux. Une couleur, un point, souvent, y suffisent à évoquer un volume, dans un univers personnel fait d’allusions, de suggestions, de décalages oniriques.

Votre œuvre s’expose désormais dans les galeries du monde entier, des États-Unis au Japon, en passant par le Liban et le Maroc. C’est en Chine que vous organisez vos plus grandes expositions, à Canton, Dongguan, Wuxi et Panjin. Votre œuvre féconde obtient de nombreux prix : une bourse de séjour à la Casa Velasquez à Madrid en 1979, une bourse du Conseil régional d’Ile-de-France en 1982 et en 1985, le premier Prix Noufflard décerné par la Fondation de France, puis le Grand Prix Fernand Cormon, décerné par la Fondation Taylor. Vous recevrez également la Médaille d’or des artistes français.

Vous qui connaissez l’univers particulier des salons pour y avoir très souvent exposé, comme au Salon d’Automne, au Salon de Mai, au Salon Grands et Jeunes d’aujourd’hui, à la Biennale 109, au Salon Comparaisons, vous avez été également secrétaire général de la Fédération des Salons Historiques du Grand Palais. Vous y avez défendu l’expertise essentielle que les salons apportent à l’art, et leur capacité à constituer un vivier de découvertes de nouveaux artistes, à la fois pour les visiteurs, pour les institutions, et pour le marché de l’art.

Votre engagement au service de l’art et des artistes, c’est également votre enseignement de la peinture et de la gravure depuis 1982 à l’atelier des Beaux-Arts de la Ville de Paris ; et c’est bien sûr votre présidence, depuis 2005, de la Maison des Artistes, un mandat qui vous tient particulièrement à cœur. Créée en 1952, la Maison des Artistes est un organisme unique en France, qui protège les intérêts des artistes plasticiens en étant gestionnaire de leur régime de sécurité sociale. Vous œuvrez ainsi à défendre la création, en soutenant les artistes et leur place dans la Cité pour que leurs regards demeurent libres.

Les arts plastiques, en France, ont la chance de pouvoir compter sur l’un des grands peintres de notre époque parmi leurs alliés privilégiés.

Cher Rémy Aron, au nom de la République française, nous vous faisons Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres.

 

Réponse de Rémy Aron, lors de la remise de l’insigne de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres le lundi 12 décembre 2011.

 

Monsieur le Ministre,

C’est un grand honneur pour moi d’avoir reçu de vos mains cette belle distinction dans l’Ordre des arts et des lettres.

Je vous en remercie chaleureusement.

Mais cette distinction va surtout à toute la structure de la Maison des Artistes que j’ai l’honneur de présider depuis bientôt sept ans. Elle la reçoit comme  une reconnaissance par l’Etat,  de la pertinence de son action pour la solidarité dans nos métiers.

Car nous travaillons tous ensemble, les membres du bureau,  les artistes volontaires et nos collaborateurs engagés et si dévoués, pour porter la voix des artistes de France.

Nous prenons aussi cette distinction comme l’écho qui peut résonner ici ce matin,  de la parole et du travail  des artistes plasticiens dans toutes leurs diversités qui œuvrent sur tous les territoires de la République.

Comme Renoir l’écrivait pour une  préface au Livre de l’art de Cennino Cennini : « Il faut y insister c’est l’ensemble des œuvres laissées par de nombreux artistes oubliés ou inconnus qui fait la grandeur d’un pays et non l’œuvre originale d’un homme de génie.

Celui-ci, isolé parmi ses contemporains ne peut, le plus souvent, être enserré dans des frontières ou dans une époque : il les dépasse.

Ceux – là, au contraire, incarnent à la fois l’époque et le territoire, le terroir presque.»

 

Monsieur le Ministre, j’ose vous dire publiquement, ce matin,  qu’il faut laisser  une bonne part de l’expertise professionnelle aux artistes eux-mêmes par les structures représentatives et les grands Salons nationaux qui ont une place essentielle dans le paysage des arts.

En effet, les trois piliers ou plutôt les trois légitimités,  qui devraient soutenir un développement harmonieux des arts et avancer de conserve, sont à part égales : L’Etat, le marché, et les artistes élus par leurs associations démocratiques.

Nous le souhaitons tous et nous pouvons aussi ensemble, bâtir des ponts solides avec les autres grands peuples d’artistes dans le monde, comme la Chine.

Enfin, je tenais à vous annoncer aussi,  ce matin,  que nous travaillons au Manifeste des artistes qui sera la contribution collective des artistes pour fêter en 2012 les 60 ans de la Maison des Artistes, notre maison commune. 

Ce manifeste sera aussi pour vous-même, Monsieur le Ministre,  un état des lieux, vrai et franc, venant,  sans détours,  du cœur et de l’intelligence des artistes. 

Il  pourra éclairer  votre gouvernance et vos choix.

Nous allons tous continuer à travailler ensemble, à réveiller  la confiance.

Merci.

La Maison des Artistes – 11 rue Berryer – 75008 PARIS
Association agréée pour la gestion des assurances sociales des artistes auteurs d’œuvres originales graphiques et plastiques (Art. L382-1 du Code de la Sécurité Sociale).
 
 

La « mission politique » de C. Pégard à Versailles, à l’horizon des présidentielles 2012

10 Déc

Clef des Présidentielles 2012

LA COORDINATION DÉFENSE DE VERSAILLES  

Catherine Pégard à Versailles

Catherine Pégard à Versailles

Rend publique, aujourd’hui, la lettre de « mission politique » qu’elle vient d’adresser à Madame Catherine Pégard, Président de l’Établissement Public de Versailles, pour déjouer l’impasse dans laquelle elle est engagée, à l’horizon des présidentielles 2012.

Sollicite de la rencontrer pour dévoiler les mécanismes pervers d’une politique d’aliénation de notre patrimoine qui vise à faire de Versailles le pivot mondial de l’art des marchés régnant à New-York – symbole abhorré de la Crise actuelle de l’Euro – au dépens de nos intérêts vitaux.

En appelle à mettre un terme à la politique de « fracture culturelle » suicidaire de confrontation, entre l’art classique français et l’art new-yorkais, mettant le meilleur au service du pire, pour qu’aucune exposition de néo-vandalisme spéculatif « contemporain » au château de Versailles ne vienne plus tourner en dérision le symbole de l’excellence de la France et de son prestige qui, depuis quatre siècles, fait l’admiration du monde entier !

Elle vous transmet ci-dessous :

1)       « Versailles dévoile la fracture culturelle », son communiqué du 13 octobre 2011 :

http://coordination-defense-de-versailles.info/doc/2011-10-13_Communique_CDV_Versailles_devoile_la_%20fracture_culturelle.pdf

2)       « La « France d’à côté » ne se sent plus représentée », Le Monde du 6 décembre 2011 :

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2011/12/06/la-france-d-a-cote-ne-se-sent-plus-representee_1613839_1471069.html

3)       « La défiance envers les dirigeants politiques en hausse », Le Monde du 2 novembre 2011 :

http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/11/02/la-defiance-envers-les-dirigeants-politiques-en-hausse_1597162_823448.html

 

Lire la Lettre Ouverte à Catherine Pégard

Télécharger le Lettre Ouverte à Catherine Pégard en PDF