RSS
 

Archive de août, 2008

A la Une du Times, la vague d’opposition à Jeff Koons Versailles

29 Août

Sous le titre « Ainsi Jeff Koons est il assez « grand » pour les salles sacrées de Versailles ? » , le journal de référence de la City et de la finance fait pour la première fois état de la vague de réprobation demandant l’interdiction de l’exposition. Sur Timesonline, à l’adresse :
http://entertainment.timesonline.co.uk/tol/arts_and_entertainment/visual_arts/article4629153.ece

So, is Jeff Koons grand enough for the hallowed halls of Versailles?

The heritage and identity of the French nation will be sullied if the American pop artist Jeff Koons is allowed to go ahead with an exhibition in the hallowed halls of Versailles, according to traditionalists.

They have started a campaign to bar the King of Kitsch from the 17th-century château outside Paris that was home to the French monarchy until the Revolution.

Jean-Jacques Aillagon, chairman of the body that runs Versailles, says however that Koons’s eccentricity is well suited to an edifice shaped by Louis XIV, known as the Sun King, who ruled France from 1643 to 1715.

The exhibition, which is due to open next month, would bring together a baroque artist from our time with the baroque of the 1600s, said Mr Aillagon.

He has asked the 53-year-old Postmodern artist to place 15 works in the Grand Appartment and Hall of Mirrors at Versailles, among the most striking symbols of French power and culture in the ancien régime.

These will include inflatable oeuvres such as Balloon Dog and Lobster as well as Hanging Heart, a 9ft stainless-steel monument that fetched a record price for contemporary art when it was sold last year for $23.6 million (£12 million).

A porcelain representation of Michael Jackson and his chimp Bubbles will be placed among the arcaded mirrors, the marble pilasters, the busts of Roman emperors and the works of Charles Le Brun, the 17th-century French painter and art theorist.

Split-Rocker, an 11-tonne stainless steel sculpture covered in 90,000 live marigolds, impatiens, petunias, geraniums and begonias, is destined for the palace gardens.

Critics are livid at the invitation to an artist who immortalised his one-year marriage to Ilona Staller, the former Italian porn star known as La Cicciolina, in a series of works depicting their love-making.

“Organising such an exhibition in the château is an outrage to the work of Louis XIV,” said Arnaud-Aaron Upinsky, chairman of the right-wing National Writers’ Union, which is leading the campaign to keep Koons out of Versailles.

“This project is felt by many French people to be a veritable sullying of the most sacred aspects of our heritage and identity.”

Edouard de Royère, chairman of the Heritage Foundation, said: “I am not against contemporary art but I am shocked by its intrusion into a magic place such as Versailles.”

Laurent Dandrieu, culture editor of the weekly magazine Valeurs Actuelles, said visitors would be disappointed to discover inflatable animals “in a place where they imagined they would find intact the image of former royal splendour”. Detractors say that Koons accepted the invitation only to enhance his notoriety – and the value of his work.

The artist said that the exhibition would shed light on the philosophy of his work. “I don’t intend to invade historic rooms, fill them with Jeff Koons and denature them,” he told Le Figaro. “I want to capture the harmony of the place.”

A Versailles spokesman said the exhibition would offer new insights into a site “everyone thinks they know”.

Adam Sage in Paris

 
 

Concertations au sommet du G 8 du patrimoine et des Associations de Défense du Patrimoine

25 Août

Concertations au sommet du G 8 du patrimoine et des Associations de défense du patrimoine

Provoquées par le scandale de l’exposition « Jeff Koons Versailles », des concertations au sommet tant du cercle des associations vouées au Château de Versailles ( Société des Amis de Versailles, American Friends of Versailles, French Heritage Society) que de la  réunion des associations nationales de sauvegarde du patrimoine bâti et paysager ( Fnassem, La Demeure Historique, Ligue Urbaine et Rurale, Maisons Paysannes de France, Union RAMPART, Sauvegarde de l’Art Français, SPPEF, Vieilles Maisons Française ) se développent.

 
 

Engagement croissant de la presse et du public

22 Août

— 22 août 2008 —

Engagement croissant de la presse  et du public

L’intérêt croissant de la presse pour le scandale de « l’exposition Jeff Koons » se développe et se concrétise par des interviews et des demandes de concertations, comme prévu, après les Jeux Olympiques de Pékin. Du côté de la Mairie de Versailles on commence à entendre dire que « Ça bouge beaucoup ». Du côté du public, il apparaît que la vue du homard de Koons dans les Appartements Royaux a créé un choc. Le public veut comprendre et considère qu’on lui cache l’information. À mesure qu’il réalise le sacrilège du patrimoine, il se sens plus intimement bafoué et veut en savoir plus.

 
 

Le scandale « Jeff Koons Versailles » s’amplifie

21 Août

— 21 août 2008 —

Le scandale s’amplifie. Découverte que, contrairement aux dires du Figaro,  deux des seize photos de l’exposition viennent de la galerie « porno » – sexe – de Jeff Koons.

Le Figaro du 19 juin 2008, dans son article « Choc des cultures à Versailles », avait affirmé hautement : «  Pas de Made in Heaven, la série sexe inspirée de son couple avec la Cicciolina, qui fit scandale à la Biennale de Venise 1990. »

Mais la reconstitution de la future exposition des seize pièces de l’exposition a permis de découvrir les deux pièces qui, contrairement à l’affirmation du Figaro, font partie du  « made in Heaven objets ». Il s’agit de l’auto-portrait en marbre de Jeff Koons, lui-même, destiné au Salon Apollon et, par dessus tout, du Large Vase of Flowers destiné à la Chambre de la Reine.

"Large Vase of Flowers" dans la Chambre de la Reine

Le fait que Jeff Koons ait écrit à propos de ce « Large Vase of Flovers » qu’« Il y a 140 fleurs. Elles sont très sexuelles et fertiles » ; que cet objet provienne de sa galerie porno « Made in Heaven » ; que cette provenance ait été malicieusement cachée en la niant par avance pour détourner des recherches ; et que ce bouquet ( symboliquement empoisonné) soit destiné, nous dit-on à « orner » la Chambre de la Reine ; tout ceci en fait une profanation particulièrement abjecte, d’autant plus que celle-ci se présente comme un hommage courtois alors n’est que dérision codée.

 

La Chambre de la Reine

 

Quel homme oserait offrir à une femme un bouquet de fleurs tiré d’une poubelle ? Et ici il y a moralement et symboliquement plus salissant qu’une poubelle.

Avancement des travaux du « Split Rocker » sur la terrasse de l’Orangerie, véritable « cheval de Troie » avancé devant le château — 20  août 2008

 

Un inspection des lieux, lors de la continuation des travaux du « Split Rocker », en cours de construction, montre à que point cette monstruosité énigmatique bouleverse les proportions et saccage le jardin en brisant la suprême harmonie des lieux.

« Split Rocker » sur la terrasse de l'Orangerie

Les touristes – africains, bretons, russes, chinois, américains – ne s’y trompent pas qui se demandent, d’abord pétrifiés, ce que « cela veut dire », cette « chose », et qui, une fois renseignés tant sur les tenants et les aboutissants de cette chimère – faussement naïve ou enfantine, accouplant un cheval à bascule et un dinosaure… – que sur l’opération promotionnelle, destinée à faire monter la cote de Jeff Koons aux enchères, ne manquent pas de marquer leur réprobation et leur stupéfaction qu’une telle « monstruosité » puisse être autorisé dans ce lieu.

L’affichage des travaux en cours est instructif sur la chaîne de responsabilités, les dates et les surfaces défoncées et bétonnées pour supporter le monstre : sur le propriétaire (l’établissement public), le permis de construite, le rôle de la Mairie et la nature des travaux.

Contrastant avec l’affichage de ces travaux d’esbroufe pharaoniques et dispendieux, est le manque d’attention consacré à l’accès à cette terrasse de l’Orangerie. Celui qui longe la grille constate l’état de délabrement, la rouille, les serrures hors d’usage et leur remplacement par de sinistres chaînes à cadenas, témoignant d’un état d’abandon manifeste. Que coûterait l’entretien d’un coup de peinture et la remise en état des serrures ?

Quel triste impression pour les visiteurs et quel contraste avec la mise en scène de l’intronisation de Jeff Koons 1er !

Et tout à l’avenant.

 
 

« Versailles Off », la nouvelle politique culturelle
d’« art contemporain »

16 Août

Des sources versaillaises communiquent un récapitulatif des « Journées off », placées l’an dernier sous le signe morbide d’un squelette géant violant l’harmonie du lieu :

 

Versailles Off : Deux Nuits Blanches où les visiteurs peuvent se promener dans les jardins selon un parcours défini et découvrent comment des « artistes » s’expriment dans les Bosquets où sur le Tapis Vert avec des jeux de sons et lumières et des compositions diverses et variées….

Versailles Off 2006 : exposition de  robes de mariée dans la Chapelle Royale qui sera empêchée – interdite – par une poignée de Versaillais déterminés ( cf. ci-dessous).

Versailles Off 2007 : exposition d’un squelette de 15 à 20 mètres de long ( au nom évocateur de Calamita Cosmica ) entre les Bassins des Miroirs et dont les pieds sont tournés vers la façade du Château dans la Galerie des Glaces. Les visiteurs découvrent un autre squelette (environ 1m50) en cristal de Murano – avec des cheveux…… Cour de Marbre, sur la façade (chambre du Roi) un portrait virtuel géant de Zidane avec musique et vociférations rappelant la coupe du monde 1998…..

Printemps 2008 : un portrait géant de Germaine Tillon sur le Pavillon Dufour, un portrait géant d’Aimé Césaire sur le Pavillon Gabriel, ces deux portraits sont restés ensemble pendant une quinzaines de jours.

Juin 2008 : exposition de photos de Karl Lagarfeld photos en noir et blanc sur papier – selon une méthode ancienne – avec un résultat plutôt sinistre.

Telles est la chronologie des atteintes ,voire des profanations que subissent le Château et les jardins, l’escalade continue avec l’annonce de l’exposition « Jeff Koons Versailles » ….. qui doit donc être interdit, d’une manière ou d’une autre comme le fut l’exposition Lacroix.

Il faut que cette atteinte au patrimoine et au respect des lieux comme des personnes cesse.

Un précédent d’interdiction : l’exposition Lacroix des « robes de mariée » dans la Chapelle Royale.

 

Dans le cadre de Versailles Off 2006 , Christian Lacroix voulait imposer une exposition de robes de mariée dans la Chapelle Royale. Le texte de présentation se complaisait à aguicher avec une intention quelque peu démoniaque traduite en termes de « magie noire, magie blanche » ; la messe mensuelle prévue de longue date , à la Chapelle Royale, ayant d’ailleurs été annulée en raison de cette exposition …

Les nombreuses plaintes de Versaillais, tant auprès de Mgr. Aumonier que du Maire de Versailles, Étienne Pinte, n’avaient pas abouti.

Aussi, une manifestation s’organise-elle spontanément, au dernier moment : le courrier électronique et le « bouche à oreille » suffisent à réunir une centaine de personnes, en un instant, et sans aucune organisation, vers 19 heures, le samedi 7 octobre, sur la Place d’Armes.

Après trois  quart d’heures passés devant la grille du Château, le groupe se décide enfin à pénétrer dans la cour à la suite d’une voiture de service. L’effet de surprise est tel que les  deux ou trois gardiens présents ne peuvent empêcher l’intrusion.

Dans le calme, les manifestants se dirigent vers la Chapelle et entreprennent un « seat in ». Des gardiens supplémentaires et des policiers en civil sont appelés en renfort. Cependant on ne remarque aucune volonté  d’évacuer les manifestants.

Sur la Place d’Armes, le public s’impatiente, l’ouverture des grilles est retardée. Finalement, la foule pénètre dans la cour mais des barrières retiennent les visiteurs à une certaine distance de la Chapelle Royale, celle-ci étant la station numéro 1 du parcours. Des visiteurs manifestent bruyamment leur mécontentement,  des invectives fusent….La situation semblent bloquée.

Des manifestants partent même, mais il en reste une quarantaine très déterminés. L’un d’eux suggère alors de dire un Chapelet. La prière étonne les policiers et les gardiens… Des visiteurs tentent de couvrir les voix en criant.

Un manifestant entonne le » Christus vincit » : stupeur ! Le Chapelet est repris et les lumières de la Chapelle s’éteignent soudain……..La Croix a triomphé dira malicieusement un manifestant !

Le lendemain Dimanche la Chapelle restera fermée de jour comme de nuit.

La facilité avec laquelle cette exposition profanation stricto sensu de la Chapelle Royale a été interdite ne s’expliquerait-elle pas tout simplement ? Par le fait qu’à la moindre résistance, le principe élémentaire selon lequel chacun  doit le respect au caractère, au symbole ou à la mémoire spécifiques, d’un lieu (quel qu’il soit, mais a fortiori « sacré »)   est un Droit universellement reconnu dans tout pays civilisé et que le violer ravale son auteur au rang de la barbarie ? À méditer.

Des sources artistiques ou proches des milieux gouvernementaux communiquent des informations sur les circuits financiers liés à l’« art contemporain » – 12 août 2008

 

Des sources artistiques, proches du Ministère de la Culture ou des musées signalent que les circuits de financement des artistes, bénéficiant des soutiens publics au titre de l’art contemporain, et les circuits d’achats d’œuvres d’art contemporain par les musées, sont pour le moins opaques.

Elles signalent qu’elles n’ont pu savoir précisément les montants ainsi distribués, le Ministère entendant justifier le refus de communiquer les informations par des raisons de respect de la confidentialité attachée aux personnes. Elles font valoir que les musées français achèteraient plus d’œuvres d’art contemporain aux étrangers qu’aux Français. Ce qui crée un sentiment d’injustice auprès des artistes français. La raison de cette différence tiendrait à la plus grande « flexibilité » des flux financiers avec l’étranger.

D’autres sources proches de milieux gouvernementaux signalent que, dans certaines affaires sensibles, l’art contemporain peut être un moyen « flexible » de rétribuer des services, cet art très plastique permettant un création de valeur quasiment ex nihilo.

 

Envoi d’une Lettre Ouverte au Maire de Versailles, François de Mazières

10 Août

Envoi d’une lettre ouverte au Maire de Versailles, François de Mazières, lui demandant sa position

Première parutions et déclarations d’agences étrangères – fin juillet, début août 2008

Après le lancement de l’affaire par Les Nouvelles de Versailles, du 30 juillet 2008, sous le titre « Le Pop Art » au château fait débat, la sortie de l’article du Parisien, du 3 août 2008, « L’expo qui fait scandale au château de Versailles », et les premières émissions radiophoniques consacrées à la profanation du patrimoine par cette exposition, les agences de presse étrangères Reuters, DPA et Belga, ( mais pas l’AFP…) propagent la nouvelle du scandale outre Rhin et en Europe.

Devant la montée de l’indignation et de la demande d’informations, la décision de création d’un site au service de Coordination-défense-de-Versailles est prise.